Accueil / Écriture / Blogue à desseins / Articles selon une catégorie
>>> Accès aux archives
>>> Fil RSS Abonnez-vous au flux RSS


Lundi, le 20 août 2012
IA et SF
En ce moment, je suis en train de lire Zendegi de Greg Egan. Le mystérieux et très discret écrivain australien de hard science est aussi l’auteur de quelques articles scientifiques, en particulier dans le domaine de la physique (et plus particulièrement en relativité générale et en cosmologie quantique, comme cet article dont le sens m’a largement échappé).
J’avoue avoir un net penchant pour les œuvres de fiction qui essaient de s’intéresser de très près aux avancées scientifiques et technologiques et qui cherchent à voir quelles pourraient être leurs implications sur la société, en poussant ces avancées à leurs limites, genre dans lequel excelle Egan même si cela donne parfois à la lecture de ses textes une certaine âpreté.
Le premier auteur à m’avoir ainsi touché est sans conteste René Barjavel, dont la culture scientifique restait modeste, mais qui avait d’extraordinaires capacités d’imagination et qui s’est fait le spécialiste de la thématique de la fin du monde.
J’ai découvert Barjavel lors de mes années au collège, mais l’auteur qui m’avait le plus marqué à la fin du lycée est Jean-Michel Truong qui, en plus d’être auteur de fictions et d’essais, est aussi un expert en intelligence artificielle. Son roman Reproduction interdite, paru en 1988, m’avait fait une impression durable, d’une part parce qu’il était le premier du genre sur le clonage humain, d’autre part parce qu’il se déroulait en Alsace, lieu natal de l’auteur et où j’ai moi-même vécu mon enfance, mais encore parce qu’on y découvrait de manière finement décrite le système expert (un outil d’intelligence artificielle) utilisé par le personnage principal pour mener son enquête. J’avoue avoir été moins intéressé par son roman le Successeur de pierre, paru en 1999, car l’auteur y poussait loin, et peut-être trop loin à mon goût, ses idées post-humanistes.
La semaine dernière, le 15 août 2012, nous quittait l’auteur Harry Harrison. Connu notamment pour son roman dystopique Soleil vert, paru en 1966, et adapté au cinéma par Richard Fleischer en 1973, il avait aussi écrit en collaboration avec Marvin Minsky, un des « pape de l’IA » le roman Le problème de Turing en 1992. Ce roman d’aventures science-fictives avait le don de plonger le lecteur au cœur des mystères de l’intelligence, artificielle ou non, et s’avérait être un mariage vraiment réussi entre la science et la fiction, une rencontre bien trop rare et si précieuse...


Samedi, le 2 octobre 2010
Rentrée littéraire
Oui, je ne mets plus très souvent ce blog à jour : mon activité créatrice du moment se limite à mon boulot de chercheur (dont je ne souhaite pas parler ici), ou alors à la cuisine, d’où l’aspect de blog culinaire que prennent ces notes...
Il n’empêche que je lis quand même des œuvres de fiction. J’ai terminé tout dernièrement le premier tome de Bodichiev d’André-François Ruaud. Je n’ai jamais été un grand fan des enquêtes policières mais, ici, les affaires du détective imaginé par Ruaud se déroulent dans un monde uchronique, ce qui donne une saveur particulière à l’ouvrage. On apprécie ainsi autant la découverte de cet univers — où, de nos jours, la Russie des tsars s’étendrait sur la majeure partie du monde (de l’archipel britannique à la côte occidentale de l’Amérique du Nord) — que des personnages ayant réalisé tels ou tels méfaits, la manière dont ils ont procédé ainsi que leurs motivations. Je recommande vivement la lecture de ce recueil de nouvelles, d’autant que les expressions et mots un peu précieux qu’emploie Ruaud pour peindre son monde s’accordent à merveille avec le temps de son livre, mélange d’un présent et d’un passé décalé.
Après Bodichiev, j’ai débuté avec un autre grand bonheur la lecture de La tête en arrière de Violaine Schwartz, comédienne et cantatrice qui narre avec un humour caustique l’histoire d’une chanteuse lyrique, sans travail depuis des mois et des mois, qui... (allez plutôt suivre le lien pour la suite du résumé ou découvrir les premières pages du roman). Ensuite, je vais attaquer Cent Seize Chinois et quelques de Thomas Heams-Ogus. Je crois que je vais aussi beaucoup aimer ce livre. En tout cas, j’ai eu l’occasion de rencontrer ces deux jeunes auteurs jeudi dernier à la Villa Gillet, et ils m’ont donné très envie de lire leurs textes... et aussi de me remettre à l’écriture.
Ah oui, et ce n’est pas ma faute, la carte Wi-Fi de mon ordinateur portable s’est remise à déconner, alors j’ai acheté une petite clé USB-Wi-Fi et je n’ai pas pu m’empêcher de prendre aussi Lunar Park de Bret Easton Ellis. J’avais vu les adaptations cinématographiques d’American Psycho, Les Lois de l’attraction et Zombies et j’ai lu cet été Moins que zéro... alors je me suis dit que ce serait mieux de connaître aussi ce roman d’autofiction avant de commencer Imperial Bedrooms dont j’avais fait l’acquisition sous sa forme anglaise lorsque j’étais au Canada.
Problème, avec tout ça : il va me falloir une nouvelle bibliothèque... Mes rayonnages débordent de partout !


Dimanche, le 8 novembre 2009
The Box de Richard Kelly
Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie.

Arthur C. Clarke (1917—2008)

Dans son nouveau film, le réalisateur et scénariste Richard Kelly rend un bel hommage à l’âge d’or de la science-fiction.
Tout d’abord, le film repose sur la nouvelle Button, Button de Richard Matheson (Le journal d’un monstre, Je suis une légende, Échos, etc.), déjà adaptée à la télévision sous la forme d’un épisode de la Cinquième Dimension ; l’ambiance est terriblement seventies (même par le travail sur l’image et la lumière) ; les numéros d’Amazing et Astounding Stories apparaissent déjà défraîchis ; le contexte, avec le monde des chercheurs et ingénieurs de la NASA au moment du programme Viking, évoque un passé où tout semblait encore possible dans le domaine de la conquête spatiale... et l’histoire débute le 16 décembre 1976, jour anniversaire de feu Arthur C. Clarke (ainsi que de ceux de Philip K. Dick et du mien, par la même occasion).
Rapidement, le début de l’histoire : Quelques jours avant Noël de l’année 1976, un colis est déposé devant la porte de la maison qu’occupent les Lewis. Dans ce colis se trouve une boîte noire surmontée d’un bouton-poussoir. L’après-midi, un homme arrive pour expliquer le fonctionnement de la boîte aux Lewis : s’ils appuient sur le bouton, une personne qu’ils ne connaissent pas mourra, mais ils recevront un million de dollars. Ils ont vingt-quatre heures pour se décider..
Annoncé comme cela, on dirait à mauvais pitch à la M. Night Shyamalan (qui — mais cela ne regarde que moi — n’a pas fait grand chose de bien depuis Sixième sens). Cependant, il n’en est rien car, très vite, ce qui aurait pu n’être qu’une simple histoire fantastique assez fumeuse se transforme en un véritable scénario de science-fiction qui prend autant aux tripes qu’au cortex, avec l’installation d’une pesante ambiance d’inquiétante étrangeté, et nous retrouvons là l’excellent Richard Kelly de Donnie Darko, regonflé à bloc après l’épisode plutôt malheureux de Southland Tales.


Mercredi, le 23 janvier 2008
Anticipation, anti-, si, passions
Pff...
À la moitié du film Impostor de Gary Fleder (inspiré de l’œuvre de Philip K. Dick), je me doutais bien – malgré la chute à rebondissements – de qui était le réel imposteur.
Dans l’improbable Alien vs. Predator de Paul W. S. Anderson, il ne m’a pas fallu plus de 10 minutes pour imaginer quel personnage allait être le survivant.
Et dans la nouvelle PV de Lucas Moreno, au sommaire du numéro 49 de Bifrost (qui vient juste de paraître, un numéro spécial Robert Silverberg), dès la quatrième page, au moment où le personnage principal se demande ce que veut dire l’énigmatique inscription « P V », j’avais eu une idée assez nette de la signification de cet acronyme... et cette hypothèse, dévoilée 10 pages plus loin, s’est avérée être la bonne.
Bref, aucune surprise ! Ou si peu...
Mes connaissances et capacités de raisonnement – par déduction, induction, analogie ou autres – me gâchent de plus en plus le plaisir de la découverte et l’émerveillement face à la nouveauté.
Merde alors : je suis en train de perdre le regard d’enfant que je portais sur le monde...


Samedi, le 22 septembre 2007
Les contraintes créatrices
Je suis d’accord avec David et Umberto. (Attention, article long, plus de 1500 mots, mais ça compense le fait que mon dernier billet date du début de la semaine...)
J’ai terminé depuis peu Dans les coulisses du roman, le dernier essai de l’excellent écrivain britannique David Lodge. Dans ce livre fort instructif, Lodge commence par raconter l’histoire mouvementée de l’écriture et de l’accueil par le public de L’auteur ! L’auteur !, sa biographie romancée d’Henry James (parue en 2005 en France), histoire mouvementée en effet car, peu avant la sortie de son roman, un autre (a priori très bon) livre était malencontreusement paru en Grande-Bretagne traitant du même sujet...
Le chapitre de l’essai de Lodge qui m’a cependant le plus interpellé concerne l’histoire de l’écriture du Nom du la rose d’Umberto Eco (roman paru en 1980 en Italie et en 1982 pour la traduction française), livre dont Eco lui-même avait déjà parlé dans son essai Apostille au Nom de la Rose (1983).
À l’origine, Eco voulait placer son histoire dans l’Italie contemporaine, mais il a finalement choisi la fin du Moyen Âge, a repris des éléments classiques du roman policier en situant l’intrigue principale dans un lieu isolé (une abbaye) et, tout en produisant un texte érudit qui continue de faire le délice des intellectuels, a rendu un hommage appuyé à Conan Doyle – dont l’œuvre a connu et connaît encore un incontestable succès populaire – à travers son héros détective (qui a d’ailleurs pour nom « Guillaume de Baskerville », comme le fameux chien). Pour Eco, la construction du roman s’est effectuée à travers l’apparition d’un ensemble de contraintes créatrices afin de garder toute sa cohérente, ainsi l’histoire devait-elle se dérouler au cours du XIVe siècle, dont il était peu familier (Eco maîtrisait davantage les XIIe et XIIe siècles) puisqu’il fallait que l’esprit philosophique de Roger Bacon et Guillaume d’Occam (dont est animé le héros) ait existé au temps du récit, ou encore l’abbaye devait-elle être située en altitude afin de faire coïncider deux éléments temporels, le premier concernant un événement non fictif (ayant eu lieu en novembre 1321), le second un effet du roman (un cadavre retrouvé la tête enfoncée dans du sang de cochon – en référence à l’Apocalypse –), ce qui n’était possible qu’en hiver (en une autre saison, il était trop difficile de conserver la viande de cochon avant de pouvoir la préparer, et les cochons n’étaient ainsi abattus que par temps très froid) ou un peu plus tôt dans les lieux situés en altitude.
Je reprends les propos de David Lodge dans Dans les coulisses du roman (Rivages, 2007) traduits de l’anglais par Marc Amfreville, à la page 261 :

En d’autres termes, pour raconter une histoire, il faut construire un univers qui a une relation cohérente et logique avec le monde réel, le défi pour le romancier consiste à explorer et à développer sa ou ses idées de récit à l’intérieur de ces contraintes. Les relations entre l’univers fictionnel et le monde réel ne requièrent pas nécessairement l’imitation réaliste (l’allégorie, par exemple, entretient avec le monde réel une relation logique cohérente mais sans aucun caractère réaliste) ; toutefois, pour ce qui concerne Le Nom de la rose, c’est le cas.

Avec mon ami auteur Jean-Jacques Girardot, nous avions rencontré le même type de phénomène lors de l’écriture de notre nouvelle intitulée « Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... » (parue en 2003 dans l’anthologie Passés recomposés, sous la direction d’André-François Ruaud, aux éditions Nestiveqnen).
Tous deux chercheurs en informatique dans le « civil » et spécialisés en hard science-fiction, je n’imaginais pas que ma collaboration avec Jean-Jacques Girardot se jouerait sur le registre du steampunk, cette science-fiction essentiellement située à l’ère victorienne ou édouardienne qui présente un univers différent du nôtre à travers quelques traits distinctifs, tels l’apparition d’éléments fantastiques, ou bien à travers l’énergie qui n’est plus associée à l’arrivée de la fée électricité mais à des sources différentes comme une intensification de la force caractéristique de la révolution industrielle qu’était la machine à vapeur (d’où vient d’ailleurs le terme steam au lieu du cyber de cyberpunk).
Puisque nous avions l’opportunité de proposer un texte dans une anthologie uchronique, et donc de travailler sur une histoire à la structure cohérente mais décalée de l’Histoire (véritable) par l’apparition d’un événement non réel (ou la non production d’un fait historique avéré), Jean-Jacques m’avait fait part de son envie de se laisser guider par des éléments inspirés par ses lectures de jeunesse. Il souhaitait ainsi retrouver dans notre texte la société de dirigeables ABC décrite par Rudyard Kipling – le célébrissime auteur du Livre de la jungle (1894) – dans ses nouvelles « As Easy as ABC » ou « With the Night Mail », mais aussi désirait employer un personnage de fiction inventé par sir Arthur Conan Doyle, à savoir le professeur Challenger (le héros du Monde perdu, un peu moins connu il est vrai que Sherlock Holmes).
Tout d’abord, les propositions de Jean-Jacques m’avaient assez déconcerté. N’étant pas de la même génération que lui, je n’avais pas eu ce genre de lectures durant mon enfance, et je me sentais un peu mal à l’aise à manier un univers issu d’un matériel littéraire que je ne maîtrisais pas. J’ai pourtant lu les quelques textes proposés par Jiji, rafraîchissants comme des bonbons acidulés, et – de mon côté – j’ai fait des recherches sur la période du début du XXe siècle pour apporter ma propre pierre à l’édifice que nous construisions, et je suis tombé sous le charme de cette époque où bouillonnaient de nouvelles visions scientistes du monde. L’image à laquelle tenait Jean-Jacques était celle d’un dirigeable s’arrimant à la tour Eiffel. Nous avions donc une contrainte de lieu, Paris, et une contrainte de date, après l’Exposition universelle de Paris de 1889. Des auteurs passionnés avaient analysés les textes de Conan Doyle et avaient situé la rencontre du professeur Challenger et du journaliste Malone (au cours du Monde perdu) vers 1905. Il fallait donc que l’histoire ait lieu un peu plus tard, et comme nous pensions que l’Exposition universelle était un événement qui aurait bien pu s’accompagner d’une rencontre entre des hommes de sciences de tous les pays, nous avions imaginé une nouvelle exposition à Paris en 1909 (au lieu de celle qui eut lieu à Seattle). Le contexte politique trouble à la veille de la Grande Guerre (au sein des grands pays d’Europe, ou dans leurs colonies) que connaissait l’année 1909 était intéressant à plus d’un titre et nous permettait de mettre en avant un certain nombre d’événements différents de l’Histoire, ces différents faits étant des conséquences de la divergence uchronique que nous avions située quelques années plus tôt. Clin d’œil à Sherlock Holmes, nous avions aussi mis en place un lieu clos où un crime avait été réalisé (le meurtre et la disparition de l’équipe lyonnaise du docteur Claudius Regaud dans l’École militaire du Champs de Mars où étaient consignés tous les savants). Il était vraiment très curieux de se rendre compte que plus nous faisions des recherches pour ancrer notre histoire dans le réel (tout en considérant les effets possibles de la divergence uchronique que nous nous étions imposés), bien que des contraintes se soient mises en place, l’essentiel des informations trouvées avaient plutôt une vertu créatrice et nous donnaient plein d’idées pour rebondir au niveau de l’intrigue. C’était impressionnant : plus nous grattions le passé, plus nous découvrions des personnages historiques ou des événements réels qui ne faisaient que renforcer nos idées d’un passé alternatif qui aurait pu se produire.
Pour les lecteurs intéressés, vous trouverez l’article retraçant de façon plus détaillée cette histoire de création littéraire sous forme papier dans « Le steampunk, une machine littéraire à recycler le passé », parue dans La Science-Fiction dans l’Histoire, l’Histoire dans la Science-Fiction, Actes du Colloque, Nice – 10-11-12 mars 2005, dir. D. Terrel, Revue Cycnos, Volume 22, Numéro 1, p. 55-66, 2005 (en collaboration avec Jean-Jacques Girardot) ou directement sous forme électronique ici.
Néanmoins, même si écrire est une activité passionnante (je commence à avoir à présent assez de matière pour donner une suite à cette nouvelle, j’attends avec impatience que Jean-Jacques soit un peu plus disponible pour se lancer dans l’aventure), et qu’il est tout aussi plaisant de lire les romans de David Lodge et Umberto Eco que leurs essais, il faut malgré tout ne pas se leurrer : il y a de moins en moins de lecteurs (en dehors de quelques phénomènes moutonniers de PotterMania touchant essentiellement le jeune public) et paradoxalement de plus en plus d’auteurs, pas nécessairement de talent... C’est ainsi que les derniers éditeurs publiant de la littérature de l’imaginaire ne proposent plus vraiment de science-fiction ambitieuse, je n’ai réussi à en trouver aucun capable de miser un kopeck sur quelqu’un qui, comme moi, cherche à faire publier un roman exigeant transcendant les genres de la science-fiction, de l’espionnage et du thriller, un texte qui va de la hard science fiction jusqu’aux interprétations ésotériques de la Bible tout en passant par la critique sociale.
Las, cela ne m’empêchera pas d’écrire, même si je ne rencontre mon public que par l’intermédiaire de ce site Web.


Dimanche, le 18 février 2007
Vivent les vacances !
Chouette, pas de cours à donner la semaine à venir, je vais pouvoir mettre les autres casquettes dont je coiffe ma vie : chercheur, auteur et sculpteur. Joie !
Que dire depuis presque deux semaines ?
Ai gagné des places de cinéma, suis allé voir le film d’animation danois le vilain petit Canard et moi de Michael Hegner et Karsten Kiilerich. Quelques longueurs, ça ne vaut pas Shrek, mais il y a des idées plutôt bien vues sur le passage de l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte.
Ai eu l’occasion de faire du roller, vendredi dernier, avec mon copain Rémi. Bah, le pote a beau faire le malin sur une scène d’opéra, il fait moins le fier sur des roulettes. :-) Avons sympathisé avec un curieux monsieur et appris à la fin de la randonnée qu’il est...curé.
Sinon, pour les billets réguliers, c’est ici qu’il faut aller :
– Egoquizz 150 : avez-vous ou êtes-vous déjà...
– Oui, je suis un super héros
– La conspiration des demi-sucristes
– Je suis un "Stépamois" (attention : humour !)
– Héliophobe


Mercredi, le 7 février 2007
Precious little diamond
Week-end cinéma.
Samedi, je suis allé voir Blood Diamond d’Edward Zwick et, dimanche, Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier.
Je craignais un peu le pire pour la production américaine, avec Leonardo DiCaprio au générique, le traitement d’un sujet très sensible (les diamants exportés de pays d’Afrique en guerre servant à financer les guerres où sont enrôlés des enfants soldats), mais avec un scénario de Charles Leavitt (qui avait déjà été scénariste du curieux K-Pax, l’homme qui vient de loin), le film s’en sort plutôt bien, évitant presque les clichés du genre (presque car DiCaprio, jouant un méchant garçon, nous fait le coup de Titanic à la fin).
Le film français est aussi une réussite. La version cinématographique diffère en de nombreux points du roman de Fred Vargas mais cette adaptation présente l’avantage de faire tenir en moins de deux heures l’essentiel du thriller de l’autrice-archéologue sans recourir aux nombreux flashs-back qui auraient été nécessaires pour devoir expliquer la personnalité et les motivations des différents personnages.
Un point commun entre les deux films ? Les diamants, symboles du sang versé lors des guerres africaines fratricides dans le film américain, et talismans sensés protéger du fléau dans le film français.


Vendredi, le 26 janvier 2007
Une justice au royaume pourri du cinéma ?
Je viens de prendre connaissance de la nouvelle liste des Razzies (récompensant les plus mauvais films, du moins ceux réalisés aux Etats-Unis). C’est ici : http://www.variety.com/awardcentral_article/VR1117957871.html?nav=news&categoryid=1985&cs=1
Déjà, j’apprends qu’il y avait un "Basic Instinct 2"... Euh ?
Ce qui me console, c’est que "la Jeune fille de l’eau" (Lady in the Water), réalisé par M. Night Shyamalan, se trouve largement cité aux Razzies, et je n’ai toujours pas digéré le temps et l’argent dépensés pour voir ce film, l’été dernier. J’avais adoré l’ingénieux "Sixième sens" et été intéressé par "Incassable" du même réalisateur, même si j’avais trouvé les idées vraiment malsaines dans ce dernier film. J’avais pardonné la navrante reprise champêtre de la "Guerre des Mondes" qu’était "Signes". La tragique utopie du "Village" m’avait troublé. Mais que dire de la "Jeune Fille de l’eau" ? Peut-on prendre un ridicule conte pour enfant au pied de la lettre et l’adapter dans notre monde ? Night pense que oui. Et le scénario n’est hélas que cela, ce qui est bien décevant.
Pour moi, ce serait un zéro pointé pour "la Jeune fille de l’eau", catégories scénario et réalisateur. Night, je t’ai laissé ta chance : un bon film suivi de trop de mauvais ; la prochaine fois, tu n’auras plus mes sous.


Mardi, le 23 janvier 2007
Anges et vieux démons
Reçu hier, dans ma boîte aux lettres (car je suis abonné, si si...) le dernier numéro en date (le 45) de la revue Bifrost. Et dedans, pages 101 et 102, une critique de l’anthologie les Anges électriques par Thomas Day.
D’ordinaire, ça déménage sec quand cet écrivain joue au critique (surtout quand il endosse le pseudonyme collectif de « Cid Vicious » !) mais, même en signant son article sous son nom de plume, cela ne l’empêche pas de tailler dans cette anthologie parfois à la hache, et pas nécessairement sans raison. Quand on arrive à la nouvelle écrite par votre serviteur, cela donne :
« (...) Seule bonne surprise francophone, Fabrice Méreste, qui frôle l’excellence, avec un texte trop sensuel pour être qualifié d’eganien, même s’il y a un peu de Greg Egan dedans ; dommage que la chute, qui pourrait être facilement considérée comme un tract catho anti-avortement, ajoute au texte une morale nauséabonde. »

Euh, que dire ? Bon, il y a du compliment, certes, et on me rapproche inévitablement de Greg Egan parce que j’écris de la hard science sur la problématique de la nature de la conscience. Cependant, cette thématique n’est pas l’exclusivité de l’auteur australien car, étant chercheur et ayant une formation en sciences cognitives, il n’y a rien de plus normal à ce que j’aborde aussi le problème de la nature de l’esprit. D’ailleurs, mon ami et compagnon de plume Jean-Jacques Girardot était aussi considéré comme « eganien » dans certains de ses textes.
La fin de la critique de Thomas Day est plus difficile à interpréter avec son conditionnel ambigu. Me prendre pour un catholique intégriste adepte d’une position anti-avortement est ridicule (il suffit de me connaître). Ma nouvelle « des Ailes dans la tête » aborde cependant la question des cellules souches, un sujet sensible auquel j’ai tenté de donner une réponse optimiste : quand des cellules embryonnaires, voire fœtales, ne peuvent donner lieu à la constitution d’un nouvel être en raison des circonstances, au moins peuvent-elles avoir une utilité pour des individus qui en auraient un besoin vital. À ce titre, cela rejoint l’idée plus générale du don d’organe, et on peut déjà retrouver des éléments similaires dans la fin métaphorique de l’étonnant film québécois Jésus de Montréal de Denys Arcand (1989).


Lundi, le 22 janvier 2007
Mylène et moi
Je crois que ça a commencé comme ça. Je devais être au collège, dans les premières années (6ème ou 5ème), et j’avais entendu une chanteuse fredonner des paroles que je n’avais pu comprendre qu’à l’aide d’un dictionnaire (les mots "libertine" et "catin" m’avaient ensuite fait rougir).
Un de mes meilleurs amis, plus proche de la "grande ville", avait accès à davantage de chaînes de télévisions (hertziennes, à l’époque, ce devait être les débuts d’M6) que la télévision familiale, à mon grand désespoir. Et un jour, il m’a annoncé être tombé sur le clip de la quasi-inconnue "Mylène Farmer", une curieuse ritournelle illustrée par un mélange de sexe (les scènes de la baignoire et avec l’amant) et de violence (la bagarre avec la méchante). Bref, tout pour intriguer les jeunes ados que nous étions. Et c’est sur la frustration de n’avoir la chance de voir le clip "Libertine" de la flamboyante chanteuse que j’ai commencé à construire mon admiration pour elle.
Premiers albums, premiers concerts, des clips travaillés comme de véritables petits films par Laurent Boutonnat (seul Michael Jackson avec "Thriller" faisait aussi bien), des chansons aux sens obscurs qui nous détournaient de nos problèmes quotidiens d’ados en quête d’identité, des chorégraphies étranges, des interviews rares, du mystère. Ouais, j’étais fan, sans conteste.
Et depuis ce temps-là ?
Si je n’ai pu voir la belle il y a un an à Bercy, je me suis fait offrir le DVD du concert, et je suis allé dimanche dernier voir le film de celui qui nous l’a fait découvrir. "Jacquou de croquant" s’avère être une très belle épopée périgourdine, avec des acteurs de talent, le tout filmé par celui qui ne s’est pas laissé abattre par l’échec de "Giorgino", son opus précédent.
Cerise sur le gâteau : Mylène Farmer chante le générique de fin, "Devant soi".
Respect, Mylène...


Lundi, le 27 novembre 2006
Les gamins, parfois c’est mal, parfois c’est bien
Les gamins, quand ils naissent et que des collègues vous laissent tomber parce qu’ils prennent des congés parentaux, et que du coup vous devez les remplacer et êtes obligés de modifier tous vos projets, ce n’est vraiment pas cool.
Mais quand les gamins sont présents dans une salle de cinéma où vous vous trouvez aussi avec un bon copain parce que vous avez gagné des places pour voir Souris City, c’est quand même bien sympa. Il y en a vraiment pour tous les âges dans le dernier né des studios DreamWorks, avec différents niveaux de lecture (sérieusement, vous croyez qu’un môme saisit l’allusion quand on découvre un cafard lisant la Métamorphose de Kafka ?), et il est difficile de résister aux fous rires communicatifs de la salle et aux applaudissements spontanés. On a beau dire, ça n’a rien à voir comparé au home cinéma.


Mercredi, le 30 août 2006
Cinéma d’été
Des quelques films que je suis allé voir cet été, je retiendrai simplement le fait que ce que je préfère, c’est le cinéma français.
La Tourneuse de Pages de Denis Dercourt nous entraîne dans l’univers d’une vengeance nourrie par des années de rancœur. De bonnes trouvailles. De plus, comme le film se déroule dans le monde de la musique, certaines scènes ont lieu à la Maison de la Radio, ce qui a rappelé de nombreux souvenirs à Rémi, un ami qui m’accompagnait au cinéma, et qui avait été membre du Chœur de Radio France avant de devenir soliste.
Le film que je viens de voir à l’instant, Selon Charlie de Nicole Garcia, est une peinture où se mêlent plusieurs portraits, des hommes un peu perdus, trompés et trompeurs, égratignés par la vie, un clair-obscur de destins croisés.
Mais le réalisateur dont je me promets de ne plus voir le prochain film, c’est bien M. Night Shyamalan. J’avais adoré l’ingénieux Sixième sens et été intéressé par Incassable, même si j’avais trouvé les idées vraiment malsaines dans ce dernier film. J’avais pardonné la navrante reprise champêtre de la Guerre des Mondes qu’est Signes. La tragique utopie du Village m’avait troublé. Mais que dire de la Jeune Fille de l’Eau ? Peut-on prendre un ridicule conte pour enfant au pied de la lettre et l’adapter dans notre monde ? Night pense que oui. Et le scénario n’est hélas que cela, ce qui est bien décevant.


Dimanche, le 23 octobre 2005
Tim, tam, toum
Samedi, je suis allé voir au cinéma Les Noces funèbres de Tim Burton (Tim Burton’s Corpse bride).
Résultat : un peu plus d’une heure de bonheur dans un univers complètement déjanté, un conte étonnant raconté à travers la technique du stop-motion, une folie géniale que l’on doit, entre autres, à... euh... au réalisateur Mike Johnson, aux scénaristes John August, Caroline Thompson et Pamela Pettler, à la voix de Johnny Depp (c’était en V.O.), à la musique de l’incomparable Danny Elfman...
Tim, je t’adore. Mais même si l’on te considère comme l’un des cinéastes les plus inventifs de sa génération, même si tu as été l’un des producteurs du film, même si les Noces funèbres se sont faites sur une idée qui tu as eue avec Carlos Grangel, même si tu as participé à la réalisation, en te mettant autant en avant comme tu l’as fait ici, en allant jusqu’à ajouter ton nom dans le titre du film (car, bien entendu, ce n’est pas Burton qui se marie de manière funèbre !), je me demande...
Dis-moi, Tim, tu n’aurais pas pris un peu le melon ?


Mardi, le 19 avril 2005
Dernières lectures
Voici un état de mes dernières lectures depuis que je suis revenu du 5e Colloque International de Science-Fiction de Nice :
  • L’Ère du Dragon de Xavier Mauméjean, Éditions Mnémos, 2003.
    Dans cette suite de La Ligue des Héros où l’arrivée de Peter Pan et du peuple de Nulle Part en plein Londres avait changé la face du monde, Xavier Mauméjean nous décrit un monde alternatif dans lequel rien ne va plus. L’intrigue débute à Pékin en 1900 où les représentants des puissances de l’Occident sont aux abois, menacés par les forces chinoises aidées des créatures de l’Internationale Féerique. Une nouvelle Ligue des Héros est alors formée pour aller à leurs secours...
    Gasp, Maumémjean est complètement fou ! Ce roman steampunk, qui joue avec brio du mélange des genres, est incroyable : jamais le lecteur n’a le temps de souffler en lisant cet ovni littéraire à la fois drôle et teinté d’une certaine ironie. L’intrigue est fouillée, avec pléthore de références réelles et imaginaires, et on sort de cette lecture tout abasourdi. Une grande claque.
  • Jhereg de Steven Brust, Éditions Mnémos, 2005.
    Vlad Taltos est un assassin. C’est un métier comme un autre qu’il exerce dans la cité d’Adrilankha où se côtoient différentes races organisées en Maisons. Mais là, Taltos, cet Oriental de la Maison du Jhereg, a un problème avec son prochain contrat : il s’agit d’un piège qui risque de déclencher la guerre entre la Maison du Dragon et celle du Jhereg...
    Univers étonnant que celui de Brust, une fantasy avec ses monstres, sa magie, sa sorcellerie, ses complots, ses combats à l’épée... et un peu de science-fiction quand même, avec un empire galactique, des pouvoirs psi, des manipulations génétiques... Vraiment rafraîchissant. [Eh merde, André, pourquoi tu m’as passé ce livre ? Si ça continue, par ta faute, je vais finir par aimer la fantasy !]
  • Fiction, tome 1, Moutons Électriques éditeur, printemps 2005.
    • « Jusqu’à la pleine lune » de Sean McMullen. Carlos, un jeune linguiste espagnol est appelé par son oncle pour participer à une enquête criminelle. En fait, de crime, il s’agit de la découverte d’une jeune femme qui semble tout droit échappée de l’âge des cavernes. Carlos tente alors de communiquer avec elle pour comprendre ce qui lui est arrivé...
      Ouah ! La première nouvelle de Fiction commence fort ! Des idées fortes vraiment bien traitées par cet auteur australien, un très grand moment de lecture.
    • « # Critical Mass in the Quantum Cathedral 1.1. », « 3.1. En plusieurs soirs d’été » et « 4.0. Kat Onoma » de Jim Dedieu.
      Euh ?... Pour les amateurs de short-short stories saugrenues.
    • « Sous terre » de Roland Fuentès. Deux hommes. Une poule. Une taupe. Des plants de tomate. Peut-être les seuls rescapés de l’univers.
      Humour noir.
    • « Dédales » d’Alex Nikolavitch.
      Visite caverneuse et mortelle. D’ennui.
    • « Création » de Jeffrey Ford. Une fantasy forestière contant la création d’un bonhomme de bois.
      Joli.
    • « Solitude » d’Ursula K. Le Guin. La vie d’une petite fille dans une société primitive et post-cataclysmique envoyée par sa mère ethnologue pour collecter des informations, les adultes ne se parlant pas dans cette culture.
      Une belle petite histoire de science-fiction ethnologique.
    • « L’anniversaire du monde » d’Ursula K. Le Guin. La vie d’une petite fille destinée à devenir une déesse à sa majorité.
      Ursula Le Guin, toujours dans le même registre.
    • « Le bretteur qui n’était pas mort » d’Ellen Kushner. Dans une cité, les bretteurs vivent en provoquant des duels. Le champion Richard acceptera-t-il d’enseigner son art à une jeune recrue ?
      Une histoire sympathique de cape et d’épée.
    • « Voyage au centre de l’univers » de Juan-Miguel Aguilera. Quand le jeune Pierre Theilhard de Chardin rencontre Jules Vernes...
      Une curieuse rêverie.
    • « Charge utile » de Jean-Jacques Régnier. Dans cette suite d’« Ernest et les cas métaphysiques » (nouvelle parue dans le numéro 131 de Yellow Submarine), Raymond, le convoyeur de l’espace, et son intelligence artificielle Ernest sont à nouveau confronté à un problème : les passagers qui devaient bien tranquillement voyager en état d’hibernation se réveillent les uns après les autres. L’espace vital du petit vaisseau est de plus en plus menacé...
      Charmante histoire, un brin longuette mais pleine d’humour et de verve.
    • « Échos » de Marie-Pierre Najman. Dans les alentours de Lyon, des drôles de clochards se rendent à la soupe populaire. Le problème, après la bouffe, c’est de se limer les cornes...
      Une curiosité. Des faunes dans notre quotidien. Ou bien...
    • « Presque chez soi » de Terry Bisson. Trois copains trouvent que les différents éléments qui entourent le stade abandonné du village ressemblent à un aéroplane. Et si, justement, il pouvait voler ?
      Une histoire étrange, un très beau conte fantastique.
    Pari gagné avec ce premier tome de la nouvelle anthologie périodique de Fantasy & Science Fiction. En plus de ces nouvelles chocs, des articles originaux, des dossiers intéressants, une ligne éditoriale soignée. Encore !
  • Bifrost, numéro 38, Éditions du Bélial’, avril 2005.
    • « Spatterjay » de Neal Asher. Sur une île à la nature des plus hostiles, une équipe d’humains et de mutants mène une expédition. Mais qui peut rester encore humain au contact d’une telle nature ?
      Une très chouette nouvelle.
    • « Perdre son temps » de Philippe Curval. Gérard aime Ludmilla. Mais il n’est plus tout jeune. Alors il va voir le professeur Lindström qui lui propose un traitement révolutionnaire pour le faire rajeunir.
      Délirant.
    • « La Véritable toute première affaire » de Johan Héliot. Passepartout accompagnait Phileas Fogg dans son tour du monde de 80 jours parce qu’il était un agent secret. Et le voyage de Fogg n’était pas qu’un pari fou, il était aussi le moyen de retrouver certains de ses « frères » afin de réaliser une sinistre mission...
      Johan Heliot reviste avec bonheur certaines références littéraires dans un bel univers steampunk.
    • « Boucherie modèle » de André Ruellan. Comme son nom l’indique.
      Une short-short story qui donne faim si on est carnivore et pas très sensible.
    • « Le Fil de l’épée de bois » de Victor Conde. Le Patriarche fait des rêves. Il a peur de n’être plus qu’une machine de guerre destinée à anéantir les exths.
      Une lente et sombre plongée dans l’irréalité.
  • Les Trois Crapules du Klahgann d’Alexis Nevil, Éditions Eons, 2005.
    Des barbares édentés à la peau bleue cherchent à s’emparer de la Source d’Abondance que gardent des moines. Mais voilà qu’un golem arrive pour défendre la Source.
    Alexis Nevil, dans son premier roman, décrit un univers peuplé des personnages qui ont marqué son imagination. On retrouve du Conan dans les barbares, des éléments de science-fiction, et bien sûr des références japonisantes, ce qui donne un curieux mélange pas vraiment désagréable. [Au fait, Niouk, ce sont qui, finalement, les trois crapules ? Moi, j’en compte quatre, pas une de moins : Languelame, Od-Go, Rha-Ghensh et Ghrôen].
    Le court roman de Nevil est suivi d’une nouvelle (une amusante short-short) de Markus Leicht intitulée « le Gnok ».
  • Sunk de David Calvo & Fabrice Colin, Moutons Électriques éditeur, 2005.
    L’île de Sunk coule. Ou c’est l’eau qui monte. Arnaud et son frère Sébastien, sur demande du Maire du Village, vont monter une expédition pour aller voir ce qui se passe dans les hauteurs avant que tout ne soit noyé et dévoré par les requins.
    Colin et Calvo s’y sont mis à deux pour nous peindre un univers de folie, un roman inclassable écrit avec une verve rabelaisienne, avec des références de fantasy, des Champigolos, des Orques, de la pizza, du Picon bière, des canards. Et beaucoup d’eau.
    Drôle. Délirant. Suprenant. Et, bien sûr, sombre...



Dimanche, le 2 janvier 2005
Let’s talk about sex!
En ce moment, je lis Sexomorphoses d’Ayerdhal (que le monsieur m’avait dédicacé lors de sa venue à Sainté, en octobre dernier, à la Fête du Livre). Un peu compliqué, surtout quand on n’a pas lu le premier tome (l’Histrion) : space opéra avec stratégies impériales galactiques, pouvoirs psy... et un héros/héroïne qui, à travers des mutations, passe d’un genre à l’autre. Et c’est pas mal...
Je viens de terminer d’écrire une nouvelle et ce serait vraiment génial de la voir publier, pour bien débuter l’année. Je suis content des thèmes qui y sont abordés, de l’histoire, des personnages... Et surtout, j’ai tout particulièrement soigné une scène d’amour qui y est décrite (car nous étions vraiment très, voire trop, soft dans « Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... », la nouvelle écrite avec Jean-Jacques Girardot).
Entendue hier soir, mais que l’on trouve encore sur le site de Mauvais Genres (l’émission de France Culture qu’elle est bien), une heure consacrée au sexe bizarre. À écouter sans attendre... parce que, à partir de samedi prochain, le 8 janvier, ce sera trop tard !
Au hasard des clics, je suis tombé sur un quizz sympa : Sex Quiz for Dummies. Bon, c’est en anglais, mais c’est rigolo et instructif. En plus, le réalisateur du quizz, un prof (qui doit être un sacré original, apparemment), donne des explications à chacune des réponses, avec références à la clé.
Et puis, que faisiez-vous au moment de passage de la nouvelle année ? Pour ma part, avec mes amies, nous étions surpris en pleine partie de Love Trivia...

Voilà une année qui s’annonce donc sous d’agréables auspices érotiques.

[Certes, je ne suis pas insensible aux horreurs qui touchent le monde en ce moment. Mais même sans être licencié en psychologie, vous n’êtes pas sans savoir que Thanatos s’accompagne de l’autre pulsion : Éros...]


Dimanche, le 14 novembre 2004
Réconciliation
Parce que c’était un dimanche après-midi et non en soirée (étant quelqu’un du matin, il m’est difficile d’assister à un spectacle où on ne peut pas bouger sans lutter contre le sommeil après 22 heures) ; parce que mon copain Rémi, qui tenait le rôle principal, a une voix d’or et un excellent jeu de scène ; parce qu’il m’a obtenu des places très bien situées dans le grand théâtre Massenet ; parce que la mise en scène d’Arnaud Bernard était tout simplement grandiose (avec de subtils clins d’œil à la Belle Époque) ; parce que l’Elisir d’Amore de Donizetti a quelque chose d’envoûtant et que la difficile alchimie entre le spectacle et la musique est un art délicat qui ici s’exprime parfaitement ; parce que j’y étais allé en compagnie de mon ex-petite amie venue tout exprès de Lyon et que nous nous entendons toujours aussi bien ; parce que je n’ai pas vu passer ces trois heures alors que je m’étais fermement ennuyé (voire même presque endormi) lors de mes malheureuses expériences précédentes (Don Giovanni de Mozart et Cerenentola de Rossini) ; pour toutes ces raisons, aujourd’hui, j’ai été réconcilié avec l’opéra.
Un seul mot aux artistes : merci !


Vendredi, le 29 octobre 2004
Citation
Agréable surprise : j’ai découvert que j’étais référencé par Luc Dutour (dont la lecture de la délirante nouvelle a failli me coûter mon sac, voir le post d’hier) dans son article « Steampunk, le vertige rétro » présent dans le Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux, aux moutons électriques, éditeur, 2004.
Je cite, page 311 :

(...) La boucle est bouclée entre romans populaires et pulps magazines, hommages aux pionniers de l’imaginaire et de l’aventure de l’âge d’or de la science-fiction. Mais le steampunk ne s’arrête pas là : en fait, il ne cesse de convoquer et de brasser des personnages historiques (écrivains, politiciens, scientifiques, etc) et des héros littéraires emblématiques (Sherlock Holmes, Bouvard et Pécuchet, Fu Manchu, Peter Pan ou bien Dracula), qui sont en général placés sur un même plan de réalité. Ainsi par exemple, le professeur Challenger (héros créé par Sir Arthur Conan Doyle) assiste-t-il à une conférence scientifique en compagnie de sommités telles que Ivan Pavlov, Marie Curie et Max Planck (dans la nouvelle « Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... » de Jean-Jacques Girardot et Fabrice Méreste, in anthologie Passés recomposés, 2003). En fertilisant sa fiction de figures de référence, réelles ou imaginaires, le steampunk ancre sa pratique dans la culture de ses lecteurs, tout en travaillant sur une certaine pertinence avec le monde réel (passé historique), mais il va plus loin encore, en tentant de créer une véritable nouvelle mythologie, un corpus mythique moderne. La littérature steampunk revisite les icônes du XIXe et du XXe tout comme les autres littératures du merveilleux réinvestissent les légendes anciennes et les contes de fées. (...)


Bien vu, la référence à Conan Doyle ! Mais, bizarrement, la référence à un autre élément important de notre nouvelle, un quasi-personnage, la multinationale ABC (pour Aerian Bord of Control) que Jean-Jacques et moi avions emprunté à Rudyard Kipling (dans « With the Night Mail », 1909, et « As Easy as A.B.C. », 1912) semble passée inaperçue auprès des lecteurs... C’est dommage car l’auteur du Livre de la Jungle avait décrit avec une étonnante finesse au début du XXe (soit l’époque où sont classiquement censées se dérouler la plupart des histoires de steampunk) une sombre world company qu’il situait un siècle et un siècle et demi plus tard, c’est-à-dire dans notre monde actuel. Or ces fameuses multinationales sont, avec les réseaux de communication électroniques, des éléments omniprésents de l’univers cyberpunk, le genre science-fictif qu’a cherché à parodier le steampunk à ses origines. Quand la boucle bouclée reboucle encore plus loin que ça, la mise en abyme tient presque de la fractale...


Dimanche, le 12 septembre 2004
Les films de l’été
Impressions subjectives des quelques films que j’ai eu l’occasion de voir lors de ces vacances estivales...
  • J’me sens pas belle de Bernard Jeanjean. Regard intelligent, à la fois tendre et féroce, sur la vie des trentenaires célibataires, leurs désirs, leurs difficultés à s’engager dans une relation sentimentale... Meuh non, je ne me sens pas concerné... ;-) À noter les excellentes performances de Marina Foïs (que je n’apprécie pourtant guère parmi les Robins des Bois) et de Julien Boisselier dans le huis clos d’un appartement parisien.
  • Fahrenheit 9/11 de Michael Moore. Documentaire engagé sur le président actuel des États-Unis d’Amérique, son élection foireuse, ses liens troubles avec les magnats du pétrole saoudiens, le 11 septembre 2001, les interventions en Afghanistan et en Irak. Et dire que Kerry a perdu son avance face à ce type, ça fout froid dans le dos. Indispensable.
  • Shrek 2 de Andrew Adamson, Kelly Asbury et Conrad Vernon. Le retour de l’ogre vert pétomane, avec sa fiancée, son âne... et de nouveaux personnages. L’humour est toujours au rendez-vous, les critiques et parodies aussi. Jubilatoire. Aussi bon que le premier, ce qui n’est pas peu dire.
  • Hellboy de Guillermo Del Toro. À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les nazis mêlent sciences et occultisme pour faire revenir des ténèbres de l’Enfer des démons pouvant les aider à vaincre les Alliés. L’arrivée des soldats US fait échouer ce plan... mais un bébé démon (Hellboy) a traversé la porte des deux mondes, et est pris en charge par un scientifique du gouvernement des États-Unis. De nos jours, une organisation décide de remettre ça et réveille un monstre endormi dans une urne d’un musée. Seul Hellboy et d’autres créatures mutantes pourront s’opposer à ces derniers. Il s’agit ici d’un bel exemple d’histoire secrète (l’Histoire ne s’est pas déroulée exactement comme nous le croyons) reposant sur quelques bases véridiques (la société de Thulé, groupe ésotérique d’extrême droite d’où sortirent les chefs de file du parti nazi). Les scènes de combat avec les monstres à la "Spectroman" sont parfois ridicules, le Bien et le Mal sont présentés un peu de façon caricaturale, mais la nature ambiguë d’Hellboy, démoniaque par essence mais mettant sa force au service des humains, sauve toutefois la vision manichéenne du film. À suivre (oui, la sortie du numéro 2 est en effet déjà annoncée).
  • Le Village de M. Night Shyamalan. Un petit village perdu au milieu de nulle part, avec sa douceur de vivre et ses règles. Tout autour, des bois où vivent "ceux dont on ne parle pas", empêchant par la même tout contact hors de la micro-société du village... Argh, un sixième sens m’avait prévenu de ne pas aller voir ce film. Ce réalisateur est vraiment malsain. Shyamalan, dans Incassable, développait la fumeuse théorie selon laquelle les hommes costauds à mâchoire carrée sont destinés à devenir des super-héros au service du Bien alors que les êtres atteints de tares génétiques ne pouvaient qu’être les négatifs de ceux-ci, leurs âmes étant assortie à leurs couleurs de peau. Beurk. Et puis il y a eu le très peu convaincant Signes, présenté comme un Independance Day vu d’après des paysans du Middel West perdus dans leurs champs de maïs. Et là, avec le Village, sous le prétexte fallacieux de nous faire peur car le film est annoncé comme un thriller fantastique (ce qui est une sombre escroquerie : il n’y a pas la moindre part d’irrationnel dans tout le film), Shyamalan nous présente sans nuance une société sectaire et les règles (cruelles) qu’elle s’impose pour assurer son existence. Si c’est ça que vous cherchez, regardez plutôt la Plage, c’est plus intelligent, plus beau, et il y a la charmante Virginie Ledoyen (ou Leonardo DiCaprio, si vous préférez). Enfin, c’est décidé, je n’irai plus voir un film de M. Night Shyamalan. :-(
  • Le Tour du monde en 80 jours de Frank Coraci. Adaptation (très libre) du roman éponyme de Jules Verne. Surprise en m’installant dans la salle de ciné, je suis l’un des rares adultes (du moins, qui ne soit pas accompagné d’un gamin). Je m’étonne de l’intérêt porté par les mômes à l’auteur des célèbres romans d’"anticipation scientifique". Mais, c’est vrai, il y a Jackie Chan (dans le rôle du domestique français Passe-Partout, si, si !). Pourtant, le film n’en est pas un enchaînement de combats d’arts martiaux pour autant, le texte de Verne est respecté dans les grandes lignes, avec quelques aménagements, bien sûr, les clins d’œil à l’Histoire sont nombreux (les rencontres de Phileas Fogg avec Van Gogh, les frères Wright ou la reine Victoria), et la pétillante Cécile de France rajoute son charme et sa bonne humeur à ce gentil divertissement.
  • Le Roi Arthur de Antoine Fuqua. Ami spectateur qui recherche la légende arthurienne, ne va pas voir ce film, tu seras déçu : Arthur est un soldat romain, point de Camelot mais un avant-poste en (Grande-)Bretagne situé au niveau du mur d’Hadrien, la frêle Genièvre est devenue une farouche guerrière (et elle combat avec une espèce de bikini du plus bel effet), le champion Lancelot est un mercenaire Sarmate obligé de se mettre au service de Rome pendant une quinzaine d’années, et point de Graal, d’Excalibur ou de magie... Fuqua a essayé de mettre en scène une vision historique plus que légendaire du roi Arthur, et même si ça ne tient pas la route (les historiens soulignent en effet de criantes invraisemblances historiques et erreurs chronologiques), l’intention est louable et le résultat intéressant. À ceux qui préfèrent la "vraie" (?) légende à cette tentative historisante, je ne peux que conseiller de revoir l’excellent film Excalibur de John Boorman qui n’a pas trop mal vieilli bien qu’il date du tout début des années 1980...
  • I, robot de Alex Proyas. Dans un futur proche, les robots sont présents partout, au service de l’humanité. Un détective enquête sur l’accident (meurtre ou suicide ?) d’un chercheur en robotique... qui le mène sur la piste d’un robot, machine qui, par construction, est dans l’incapacité de faire du mal. Gentil film inspiré de l’œuvre d’Asimov, avec quelques défauts navrants (comme l’omniprésence de la publicité pour des produits curieusement d’aujourd’hui) mais de jolis effets spéciaux et un scénario plutôt réussi. Attention, le fait de regarder ce film ne vous dispense pas de lire les livres du bon docteur Isaac Asimov ! :-)


  • Dimanche, le 18 juillet 2004
    Albator
    Il y a quelques jours, j’ai terminé de visionner les épisodes de la série Albator, dans sa version 78, dessin animé connu aussi sous son nom japonais de « Uchû Kaizoku » ou anglais de « Captain Harlock ».
    Il y a deux mois, j’avais parlé d’une série, San Ku Kaï, dans laquelle j’avais retrouvé, outre un brin de nostalgie, de nombreux points commun avec les premiers Star Wars de George Lucas. Mais quel intérêt allais-je trouver à regarder 5 DVD de plus de 3 heures chacun totalisant 42 épisodes ?
    Certes, une telle épreuve aurait été impossible au sujet de Goldorak ou du Capitaine Flam. Le premier parce que chaque épisode était construit de manière stéréotypée, le second parce qu’il se voulait trop hard science alors que tout cet enrobage scientifisant (vu avec le recul et une culture scientifique acquise par des années d’études et de curiosité) n’était qu’une ridicule fumisterie.
    Et Albator, alors ? Remettons nous dans le contexte : À l’aube du 31ème siècle, l’humanité asservie par la technologie des robots vit dans l’opulence et ne voit pas arriver la menace d’invasion de la terre par les terribles Sylvidres. Le capitaine Albator à la tête de son équipage, incompris de tous et placé au rang de renégat s’aperçoit du grand danger menaçant les terriens et part en direction de l’espace...
    Albator, c’est certes un manga où les dessins de Kazuo Komatsubara peuvent paraître bien éloigné de la richesse à laquelle nous ont habitués les studios Disney car la plupart des personnages principaux sont caricaturalement grands et minces alors que les autres sont petits et gros. Mais il n’y a pas que ça. Ce n’est pas non plus la simple transformation science-fictive des classiques aventures de pirates. Non, Albator, c’est une réinterprétation originale de nombreux mystères de l’humanité dans un ensemble cohérent.
    En effet, les traces de civilisations disparues telles que les pyramides d’Egypte ou d’Amérique précolombienne, les cités englouties et le triangle des Bermudes, résulteraient, dans la vision proposée par l’auteur original Leiji Matsumoto, d’un témoignage d’une civilisation extraterrestre terriblement avancée par rapport à l’humanité et qui aurait visité la planète Terre il y a des milliers d’années. L’invasion des Sylvidres, au quatrième millénaire, s’avérerait ainsi facilité par une excellente connaissance du terrain, la mise en place d’un énorme service de renseignement, et surtout par l’indifférence d’une population terrienne réticente à tout type d’effort et à toute décision.
    Albator, c’est aussi une critique sociale : face à l’attitude aveugle d’une civilisation post-industrielle décadente, la seule voie de salut est la rébellion. Le drapeau noir à tête de mort des pirates devient alors la bannière de la liberté.
    Albator, c’est enfin une grande finesse de jeu psychologique, bien loin d’une vision manichéenne trop souvent présentée aux enfants, les premiers spectateurs de ce type de divertissement. Le capitaine Albator a beau sembler un homme très froid, il est prêt à jouer la vie de son équipage pour sauver Stelli, la petite fille dont il est le tuteur. Vilak, le ministre de la défense terrienne et ennemi juré d’Albator, ne voit d’abord dans le capitaine qu’un vulgaire pirate... mais découvrant la vraie nature du combat d’Albator, il se rallie à lui jusqu’à la mort. Les Sylvidres, ces amazones de l’espace, sont des femmes au charme trouble mais cela ne les empêche pas d’user des pires méthodes employées en temps de guerre. Au sein même des rangs de ces femmes soldats, l’ambiguïté est aussi de mise : la reine Sylvidra aussi doute du rôle qu’elle a à jouer envers son peuple et ne peut faire autrement que de se résoudre à sacrifier une amie qui s’est rebellée ; il y a des civils, hommes et femmes, que convoient les Sylvidres dans leur armada  et parmi les femmes militaires, nombreuses sont celles qui finissent par ne plus croire au bien-fondé de leur mission de colonisation de la Terre. Car l’ambiguïté des sentiments règne en force dans Albator, que ce soit un sentiment envers un parent (à noter qu’un épisode s’intitule même « le complexe d’Œdipe » !), envers un ami ou envers l’être aimé. Je tiens enfin à ajouter que de nombreux épisodes se terminent par le sacrifice d’un personnage, soit découvert dans l’épisode, soit suivi dès le début de la série. Même si, pour les Japonais, cela reprend un événement bien particulier de leur histoire, à savoir le comportement courageux mais suicidaire des aviateurs kamikazes, une telle attitude a également une résonance particulière dans notre civilisation occidentale, où, baignant dans des valeurs judéo-chrétiennes, la notion de sacrifice a aussi son importance.


    Dimanche, le 11 juillet 2004
    Les copains
    Ça y est, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres le nouveau Bifrost, la « revue des mondes imaginaires ». Dans ce numéro, le 35ème, un spécial « aventures spatiales ».
    Au menu, des nouvelles de Thomas Day, James Patrick Kelly et Michael Swanwick, ainsi qu’un long article de Robert Silverberg sur la profession d’auteur de science-fiction.
    Mais aussi...
    Mais aussi un entretien de l’ami Jean-Jacques Girardot...
    Mais encore, dans l’édito, l’annonce de la création d’une nouvelle maison d’édition, spécialisée dans le domaine des littératures de l’imaginaire et dont le directeur littéraire n’est autre que le « Capitaine » André-François Ruaud. Cette maison d’édition, appelée les moutons électriques éditeur et dont la premier titre paraîtra à la rentrée 2004, nous promet du bon et du beau (nous n’en doutons point, avec A.-F. Ruaud à la barre, l’esthétique et l’intelligence des textes seront au rendez-vous).
    Longue vie aux moutons électriques !


    Dimanche, le 16 mai 2004
    San Ku Kaï
    Samedi dernier, en musardant parmi les rayons d’un bouquiniste, j’ai découvert quelques livres intéressants... et j’ai aussi déniché, dans une pile de DVD à 6 euros, les six premiers épisodes de la série San Ku Kaï.
    Ah... San Ku Kaï ! Je ne devais pas encore être entré au collège quand je regardais ces fameux épisodes... Je me souviens avoir été fasciné par la série japonaise et, jusqu’à hier, je ne parvenais pas à m’expliquer cet engouement. Je sais que, à l’époque, alors que mes parents sacrifiaient aux dieux de la consommation et faisaient leurs courses dans les grands magasins le samedi après-midi, ils m’abandonnaient parmi d’autres rejetons devant l’empilement de télévisions du magasin. J’étais ravi car, même si le son n’était pas terrible en raison du grand nombre de télévisions et chaînes Hi-Fi allumées et même s’il n’était pas évident de s’asseoir, j’avais droit à une (et même plusieurs) télévision en couleur pour suivre mon émission favorite.
    Mais qu’est-ce qui pouvait expliquer cette fascination ? Cela a été ce désir de compréhension plutôt qu’un élan nostalgique qui me poussèrent à acheter ce DVD.
    Et je peux dire que je n’ai pas été déçu...
    San Ku Kaï, c’est une adaptation trait pour trait de la Guerre des Étoiles de George Lucas. La (première) trilogie américaine était sortie en 1977, 1980 et 1983, et la série japonaise était arrivée sur les téléviseurs français dans ces années-là. Tout comme dans la Guerre des Étoiles, il y a dans San Ku Kaï aussi bien des batailles spatiales que des batailles au sol sauf que, dans ce dernier cas, les combats au sabre-laser, héritiers des combats de chevaliers occidentaux, ont été remplacés par une version futuriste de combats d’arts martiaux bien orientaux.
    Tout comme dans Star Wars, les gentils sont une poignée de rebelles désordonnés luttant contre une autorité tyrannique (l’infâme Golem XIII, roi des Stressos, à la place de l’Empereur Galactique), les méchants sont des individus cruels fortement militarisés avec de terribles vaisseaux de combats (les Laserolabs ressemblent comme des frères aux X-Wings, sauf qu’ils ont 6 branches au lieu de 4), et le chef exécutif des méchants est un être cruel (les costumes du commandant Volkor et du général Khomenor ressemblent d’ailleurs beaucoup à celui de Dark Vador).
    L’équipe du vaisseau San Ku Kaï est composée de l’impétueux jeune homme qu’est Ayato (l’équivalent de Luke Skywalker), du vieux routard séducteur qu’est Ryû (Han Solo), d’une créature extraterrestre qu’est l’homme-singe Siman (Chewbacca) et du robot de compagnie Sidéro (tenant à la fois de R2D2 et de C-3PO).
    Mais bien sûr, il y a la « Nipponese touch » : en plus des combats au sol qui doivent beaucoup au Kung fu et au cinéma de Hong Kong, il y a les mimiques des monstres qui ont l’air d’être fortement inspirées du théâtre Nô.
    Et alors, qu’est-ce qui peut bien intéresser un garçon de moins de 10 ans ? La richesse des combats (« San Ku Kaï, c’est la bataille ! » chante le générique), aussi bien dans l’espace que sur la terre ferme, avec des pirouettes réalisées dans tous les sens (j’ai enfin compris les trucages : certaines parties sont montées à l’envers et les sauts périlleux sont exécutés à partir de trampolines hors du champ de la caméra), et bien que l’on ne voie pas une goutte de sang à l’écran, la série est quand même marquée par la cruauté (les acteurs miment avec force leurs souffrances dans la mort). Enfin, avec Ayato qui, sans devenir un chevalier Jedi, effectue au sortir de l’école (de pilote intersidéral) son apprentissage de la vie au contact de son aîné Ryû, San Ku Kaï a tout du « roman d’apprentissage », et donc tous les ingrédients pour séduire le petit garçon que j’étais...


    Jeudi, le 8 avril 2004
    Impressions cinéphiles...
    ...ou, si je n’ai pas eu le temps de poster de message, c’est simplement parce que je suis allé voir 5 films depuis vendredi dernier...
  • Vendredi soir : Immortel (ad vitam), film français réalisé par Enki Bilal, avec Linda Hardy (l’ex miss France), Charlotte Rampling, Thomas Kretschmann et plein d’autres humains et entités virtuelles...
    À la fin de notre siècle, une pyramide extraterrestre flotte au-dessus de New York. À son bord, Horus, le dieu à tête de faucon de l’Ancienne Égypte, apprend qu’il a perdu son immortalité, aussi descend-il sur Terre afin de chercher à la fois un corps humain capable de l’accepter et une femme avec qui il pourra se reproduire et retrouver indirectement, à travers une lignée, son immortalité.
    Film élégant, mélange étonnant de personnages réels plus ou moins grimés et d’êtres de synthèse, un grand moment de science-fiction à la française (avec une multitude de références baudelairiennes), une œuvre qu’il faut vraiment voir même si le scénario est un peu léger (Serge Lehman – l’ex étoile montante de la science-fiction française – a pourtant travaillé avec Bilal) et si les individus synthétiques sortis tous droits de la bande dessinée originelle contrastent un peu trop violemment avec les acteurs véritables.
  • Dimanche matin : Agents secrets, film français de Frédéric Schoendoerffer, avec Vincent Cassel, Monica Bellucci, Charles Berling, André Dussollier et Ludovic Schoendoerffer.
    Un agent se fait tuer dans le sud de l’Espagne, mais la DGSE parvient à récupérer sur son cadavre la puce renfermant des informations importantes sur un trafic d’armes avec l’Angola. Une nouvelle mission se met alors en place pour couler le bâteau effectuant la contrebande.
    Les agents secrets, ce sont des hommes et des femmes employés par le gouvernement pour réaliser des missions non officielles. Ce film montre avec une précision quasi-documentaire (on est loin des délires des James Bond) leurs méthodes, leurs moyens d’action, mais aussi leurs doutes. Qui manipule qui ? Les super-soldats ne sont finalement que des pions de l’État...
  • Dimanche soir : Baboussia, film franco-russe de Lidiya Bobrova avec Avec Nina Choubina, Anna Ovsiannikova, Olga Onishchenko et Vladimir Koulakov.
    Quelque part en Russie, Baboussia vit sa vie de femme-courage. Seule, elle a élevé ses enfants et petits-enfants. Mais à la mort de sa fille, elle se retrouve sans maison et est hébergée un moment chez sa sœur avant de devoir trouver un nouveau logis.
    Film touchant sur l’ingratitude des jeunes générations vis à vis des anciennes, ce douloureux problème de société est ici coloré par l’exubérance de l’âme slave, les fantômes du communisme et la présence de la guerre (en Tchétchénie). Gros coup de cœur.
  • Lundi soir : Big fish, film américain de Tim Burton avec Avec Ewan McGregor, Albert Finney, Billy Crudup, Jessica Lange, Alison Lohman et Marion Cotillard (une Française !).
    Edward Bloom raconte des histoires. Il a raconté des histoires toute sa vie, et sa vie, ce sont ces histoires. Mais il est à présent à la fin de sa vie, et son fils William, qui s’était brouillé avec lui depuis une histoire de trop (une histoire qui lui avait volé la vedette à l’occasion de son propre mariage), retourne au domicile parental. William cherche à comprendre qui était son père, trop souvent absent, qu’il n’a connu qu’à travers toutes ces fameuses histoires. Qu’y a-t-il de vrai derrière toutes ces légendes ?
    Une réelle surprise. Et une surprise excellente. Voilà un film qui traite des histoires qui peuplent l’imaginaire américain, ces fameuses légendes urbaines ou plutôt, ici, rurales, et qui parvient, malgré la thématique, à éviter les clichés (certes, le fils vivant en France travaille à Paris et il était inévitable d’avoir une vue de la Tour Eiffel depuis le bureau de celui-ci), il s’agit là d’une peinture admirable d’une délicate relation père-fils vue dans un monde réenchanté. Bravo monsieur Burton.
    [Edit : oui, il n’y a que quatre critiques de films, le cinquième, c’est ma vie !]


  • Dimanche, le 30 novembre 2003
    Ce qu’ils en pensent...
    Quelques critiques de professionnels du domaine de la nouvelle « Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... » (écrite en collaboration avec Jean-Jacques Girardot) et de l’anthologie uchronique Passés recomposés dont elle est issue (textes réunis et sélectionnés par André-François Ruaud, et publiés dans la collection Science Fantasy des Éditions Nestiveqnen en septembre 2003) :
    • la critique de l’érudit Pascal J. Thomas sur la liste de discussion TiF (Time in Fictions), à paraître dans KWS ;
    • la critique du terrible expert Éric B. Henriet sur le site de Markus Leicht.
    À noter aussi, Passés recomposés est le coup de cœur de la Porte des Mondes.


    Mardi, le 16 septembre 2003
    Avis publicitaire : Passés recomposés, anthologie uchronique dirigée par André-François Ruaud
    Samedi matin, je suis allé à la Poste chercher une lettre qui, d’après mon facteur, ne rentrait pas dans la boîte. Effectivement, je venais de recevoir des Éditions Nestiveqnen les exemplaires d’auteur de mon premier texte de fiction publié.
    Émotions...
    Les uchronies, ainsi que les présente l’anthologiste André-François Ruaud, ces sont ces « histoires alternatives », des utopies temporelles. Treize auteurs se sont intéressés à ce qu’aurait pu être l’Histoire à partir d’un point de divergence, un événement qui ne s’est pas réalisé mais qui aurait pu l’être.
    Et si, et si...
    • et si, en l’an 500 de notre ère, l’Égypte des Pharaons avait pu maintenir sa puissance en faisant alliance avec les autres peuples de la Méditerranée contre Rome ? (« Tels le Jonc et l’Abeille », P.J.G. Mergey) ;
    • et si, en 1618, dans une contrée perdue d’Autriche, un paysan avait recueilli un être étrange, venu d’on ne sait où, et ayant la curieuse propriété de transpirer un gaz hilarant, pour le présenter à son prince ? (« Quelques épluchures de politique », Roland Fuentès) ;
    • et si, en 1748, les grands savants, artistes et aventuriers d’Europe s’étaient réunis à la cour du roi Frédéric II pour mettre leurs talents en commun afin de tenter de créer le nouvel Adam ? (« La Vénus anatomique », Xavier Mauméjean) ;
    • et si, en 1793, les Anglais avaient fait alliance avec des créatures surnaturelles pour étouffer la jeune République française ? (« Comment Gaby délivra La Caroline avec l’aide du Triton Garglogote », Marie-Pierre Najman) ;
    • et si, en 1796, le jeune général Bonaparte s’était entouré de nouvelles machines de guerre lors de ses conquêtes transalpines ? (« La Rose blanche de Bonaparte », Franco Ricciardiello, traduit par Éric Vial) ;
    • et si, en 1909, une société de dirigeables, qui avait su gagner sa puissance grâce à une nouvelle source énergétique, s’intéressait de trop près aux travaux présentés à Paris par les plus grands savants du monde entier ? (« Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... », Jean-Jacques Girardot & Fabrice Méreste) ;
    • et si, en 1914, Pierre Curie, rescapé d’un accident qui aurait dû le tuer, avait conçu, avec l’aide d’autres savants, une arme formidable pour alerter l’opinion internationale de la catastrophe que serait une guerre mondiale ? (« Pour l’exemple », Jean-Baptiste Capdeboscq) ;
    • et si, en 1920, la France avait pu disposer d’une énergie de pile à hydrogène et que la Grande Guerre avait débuté avec quelques années de retard ? (« Der des ders », Jean-Jacques Régnier) ;
    • et si, en 1940, au Mexique, le savoir des Aztèques et les connaissances naissantes en biologie moléculaire avaient pu tenter de ramener à la vie Léon Trotski victime d’un attentat ? (« Le Mausolée de chair », Jonas Lenn) ;
    • et si, en 1968, le monde était devenu le terrain d’une guerre entre humains et loups-garous à la suite de la dispersion d’un virus mutagène par l’armée nazie quelques 23 ans plus tôt ? (« Lupina satanica », Raphaël Colson) ;
    • et si, en 1993, une grenouille bioaméliorée pouvait écrire des romans populaires, parler et penser comme un être humain ? (« Neurotwistin’ », Laurent Queyssi) ;
    • et si, en 2121, au large d’Uranus, les armées républicaines de la Terre et des Colonies Émancipées, héritières de ceux qui firent tomber l’Empire que Bonaparte avait sû maintenir pendant plus de deux siècles après sa conquête de la terre des Pyramides, devaient livrer bataille à la puissante flotte des Ramessides, ces extraterrestres qui furent considérés par des dieux sous l’Égypte des Pharaons ? (« La Stratégie Alexandre », Ugo Bellagamba).
    En plus, la couverture de Formosa est très jolie :
    Alors, qu’attendez-vous pour courir l’acheter ?!
    Passés recomposés, anthologie uchronique dirigée par André-François Ruaud, collection Science Fantasy, Nestiveqnen Éditions, septembre 2003, ISBN : 2-910899-80-2, 17,70 euros (prix conseillé).


    Dimanche, le 13 juillet 2003
    À visage découvert
    Les films de ma vie...

    Et pour 10 de plus :
    1. After Hours (Martin Scorsese, 1985). Parce qu’il change un tout petit peu ses habitudes, un informaticien de New York va vivre une nuit de cauchemar. Hilarant. Tragique. Absurde. Superbe.
    2. Brazil (Terry Gilliam, 1984). De l’absurde, encore, dans cette société futuriste peinte avec grand art par un ancien des Monty Python.
    3. La Cité de la peur (Alain Berberian, 1993). Les Nuls, le film. À voir plusieurs fois, on y redécouvre à chaque fois un nouveau gag. Une bouffée d’oxygène qui rend content (Non, Dominique !)
    4. Le Père Noël est une ordure (Jean-Marie Poiré, 1982). Nécessairement. La troupe du Splendide au meilleur de sa forme.
    5. C’est arrivé près de chez vous (Remy Belvaux et André Bonzel, 1992). Benoît Poelvoorde en tueur en série. Humour noir, très noir, filmé en noir et blanc. Complètement fou, et pourtant si réaliste (Reviens, gamin, c’était pour rire !)
    6. Simple Mortel (Pierre Jolivet, 1991). Coup de cœur pour ce film du frère de l’humoriste, hélas assez peu remarqué à sa sortie. De la science-fiction sans effets spéciaux. Si, si. Une histoire haletante. Du grand art.
    7. The Breakfast Club (John Hughes, 1985). Mon film d’ado. Une jolie note d’espoir.
    8. Purple Rain (Albert Magnoli, 1984). Plongeon dans les années quatre-vingt. Prince, du temps de sa splendeur. Et la bombe du moment : Apollonia Kotero. When Doves Cry, un petit bijou. Et Purple Rain, le slow de plus de huit minutes. OK, faut être adolescent pour vraiment apprécier.
    9. Les films de Krzysztof Kieslowski. Certes, il a une orthographe impossible (il ne peut pas s’appeler « Christophe » comme tout le monde ?) et il a eu le mauvais goût de mourir trop tôt. Mais le réalisateur et scénariste polonais nous a gratifié de quelques chefs d’œuvre avant de s’éteindre. Et il filmait à merveille la magnifique Irène Jacob, dans La Double Vie de Véronique ou Trois couleurs : Bleu. Sans compter les morceaux de choix de la série du Décalogue.
    10. Les films de Claude Lelouch. Mes favoris : Un homme et une femme (Chabadabada...), Itinéraire d’un enfant gâté, la Belle Histoire, Tout ça... pour ça !, Les Misérables... L’homme-orchestre du cinéma filme la vie, les sentiments, les hasards, les rencontres, ses femmes (il faut avouer qu’il a plutôt bon goût) et... c’est beau !



    Vendredi, le 11 juillet 2003
    À visage découvert
    Les films de ma vie...

    S’il ne fallait en retenir que 10 :
    1. Blade runner (Ridley Scott, 1982). Adapté de la nouvelle de Philip K. Dick portant le joli titre de Do Androids Dream of Electric Sheep?, ce film reprend, dans l’univers du cyberpunk, l’éternelle question « qui suis-je ? » en la formulant sur le mode « suis-je humain ou un être artificiel ? ». Film superbe, avec une esthétique que l’on trouve trop rarement en science-fiction, à part quelques autres merveilles comme Bienvenue à Gattaca (Andrew Niccol, 1997). Pour l’anecdote, J’ai découvert ce film en vidéo, des années après sa sortie, je l’ai vu plus de six fois sur cassette ainsi qu’une fois, tout dernièrement, au cinéma dans le cadre de la nuit de la science-fiction d’Oullins.
    2. Metropolis (Fritz Lang, 1926). Le chef d’œuvre du genre. Source d’inspiration essentielle, par exemple du sympathique Cinquième élément (Luc Besson, 1996). L’histoire peut sembler aujourd’hui un peu simple mais les images ont une telle force !
    3. Monty Python, la vie de Brian (Terry Jones, 1978). Mon préféré des Monty Python. La vie d’un type qui n’a pas de chance et qui ne sera pas retenu par l’Histoire, contrairement à un certain Jésus avec lequel il partage pourtant pas mal de points communs. Hilarant du début à la fin !
    4. La Grande menace (Jack Gold, 1978). En anglais, "The Medusa touch", film fantastique avec Richard Burton et Lino Ventura. Étonnant. Parfois j’ai cru avoir le même pouvoir (le terme "malédiction" conviendrait mieux cependant) que l’étrange Morlar, l’immortalité en moins.
    5. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (Jean Yanne, 1972). Une belle critique de la société de consommation des années Pompidou. Vu un grand nombre de fois à la télévision, ce film m’a marqué par son cynisme et son humour noir.
    6. Le fabuleux Destin d’Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet, 2000). Une adorable petite bombe d’optimisme, ou comment apprécier les petits plaisirs simples de la vie. Mention spéciale à Jeunet pour sa facilité à passer d’un genre l’autre : avant Amélie, il avait réalisé Alien, la résurrection...
    7. Les Temps modernes (Charlie Chaplin, 1936). Avant le Dictateur (1940), dans la suite des Charlot, ce film plein d’humour et d’émotion est une description au vitriol de la société contemporaine et des nouvelles conditions de travail des ouvriers. Derrière les mimiques, il y a un cri. Mais les films de Chaplin, ce sont aussi sa vie à l’écran : du gamin miséreux à sir Charles Spencer Chaplin, une vie pas vraiment rose.
    8. Moulin Rouge (Baz Luhrmann, 2001). Hallucinant ! Un Montmartre fantasmé à la fin du XIXe siècle. De l’émotion, de l’exubérance, des reprises musicales audacieuses, un film à couper le souffle.
    9. E.T. l’extraterrestre (Steven Spielberg, 1982). J’avais à peu près l’âge d’Elliot quand j’ai vu ce film au cinéma. Le premier film que j’aie vu sans être accompagné. Un film inoubliable. Je trouve qu’après E.T., Spielberg a eu bien du mal à réaliser un bon film de science-fiction : ce n’est qu’en 2002 avec Minority report que j’ai retrouvé la magie du Spielberg d’antan...
    10. Fantasia (Walt Disney, 1940). Le premier film vu au cinéma. J’étais tout petit. J’en garde un souvenir confus bien qu’émerveillé. De belles images colorées, des histoires toutes simples... et la Musique ! J’ai retrouvé un peu de ce bonheur, récemment, avec Fantasia 2000. Comme beaucoup, j’ai grandi avec les films des studios Disney... mais, avec le recul, j’ai été troublé de remarquer certains faits des plus dérangeants, voire malsains, dans cette œuvre. Un exemple d’une telle curiosité ? Prenons le Livre de la jungle. Vous souvenez-vous de la scène où Mowgli se retrouve chez le roi des singes ? À quoi ressemblent les singes ? On dirait qu’ils ont des traits négroïdes. Et que chantent-ils ? Du jazz, musique black par excellence. Et quelles sont les paroles du roi singe ? « Je veux être un homme comme toi ! » Comme si, dans ce film, les auteurs sous-entendaient que les Noirs ne peuvent pas prétendre à l’humanité... Et ça passe innocemment devant les yeux de nos chères petites têtes blondes, et rousses, et brunes ? Oui, vraiment : c’est malsain. Parents, prudence...



    Dimanche, le 13 avril 2003
    Avisés, les conseils de Bifrost !
    Chouette ! J’ai trouvé vendredi dans ma boîte aux lettres le dernier numéro de la revue Bifrost des Éditions du Bélial’.
    Et ce numéro 30, avec ses nouvelles, critiques, interviews et infos, je l’ai dévoré, comme d’hab’...
    Première nouvelle, celle de Catherine Dufour : Je ne suis pas une légende. Ces quatorze pages, clin d’œil au roman de Richard Matheson, nous racontent l’histoire de Malo, un antihéros qui fait tout son possible pour rester humain dans un univers où ceux de son espèce sont devenus des vampires. Ne vous fiez pas à la quatrième de couverture dont est tiré un extrait de ce texte, la nouvelle est pleine d’humour noir et de cynisme, la provocation gratuite n’est pas aussi fréquente.
    Un autre texte rafraîchissant : Faërie Boots de Johan Heliot. En une dizaine de pages, l’auteur de La lune seule le sait nous emmène sur les traces d’une rock star en revisitant la magie d’un conte de Perrault.
    L’Arbre aux lucioles de Jack Williamson, est un tout petit texte (4 pages) de fantastique champêtre dans un bled paumé des États-Unis. Bof.
    Le Goût du sang de Michel Pagel est une très belle histoire à chute. En 8 pages, un voyageur interstellaire immortel raconte à son ami combien peut s’avérer problématique le fait d’avoir trouvé l’amour en la personne d’une ravissante Andalouse.
    Enfin, Le Canot de Richard Paul Russo décrit en 12 pages la lente agonie d’un équipage d’une capsule de survie perdue dans un non-secteur du non-univers...
    Pour la partie critique, il y a bien sûr les coups de cœur... mais aussi les coups de gueule, en particulier ceux du féroce Cid Vicious qui s’en prend aux (trop) jeunes auteurs de fantasy et de space opera que des maisons d’éditions laissent publier des cycles sans fin, sans style et sans histoire... À noter, la critique en demi-teinte d’Un Amour d’outremonde de Tommasion Pincio par le marsien Laurent Queyssi. J’en avais parlé dans mes archives, trouvant au contraire ce livre plutôt pas mal...
    Les interviews : Catherine Dufour, auteur aux textes déjantés (outre la nouvelle présente dans ce numéro de Bifrost, elle poursuit un cycle intitulé Quand les dieux buvaient avec les titres Blanche-Neige et les lance-missiles, L’ivresse des provideurs et Merlin, l’ange chanteur qui ne semblent pas piqués des hannetons). Interview aussi de Fabrice Colin, qui, outre quelques titres intéressants, à le bon goût de s’appeler Fabrice et d’être né en 1972...
    Et encore, tout plein de critiques de romans, recueils et BD, d’infos et d’études (allant du phénomènre Perry Rhodan à la chute des météorites en passant par la science-fiction des années 1930), etc.
    Idéal pour se changer les idées et précieux avant de se ruer sur les nouveautés S.-F. en librairie.


    Dimanche, le 16 février 2003
    Avirtuel sur la vie réelle
    [Message personnel à la personne qui se connecte assez régulièrement depuis Stanford.edu... Allez, Nono, reviens sur la liste de diffusion de la Gang ! C’est frustrant de te voir disparaître (joli paradoxe) à chaque fois que la discussion devient intéressante. Fin du message perso.]
    Nouvelles de ma vie d’enseignant-chercheur. Catégorie "avenir". Je suis officiellement qualifié aux fonctions de maître de conférences en informatique. Youpi ! Maintenant, va falloir s’accrocher dans la course aux postes...
    Nouvelles de ma vie d’enseignant-chercheur. Catégorie "recherche". J’ai reçu les retours du comité de rédaction d’une revue scientifique internationale au sujet d’un article dont je suis le premier signataire. Youpi ! Mon papier est accepté. Rien de méchant à corriger sur le plan scientifique, par contre je vais devoir trouver un native English pour régler les problèmes de langue.
    Nouvelles de ma vie d’enseignant-chercheur. Catégorie "enseignement". Après discussion avec la responsable du cours du module dont j’ai en charge les travaux dirigés, j’ai indiqué à mes étudiants de maîtrise que je ne leur demanderai pas de me rendre un projet, ces derniers (qui sont très occupés par leur stage) en ont déjà réalisé un en licence. J’ai fait cette annonce en regardant une partie de ma salle de TD et je me suis retourné vers l’autre. Un peu trop vite. Du coup, j’ai vu une étudiante (fort charmante, ma foi) qui faisait mine de m’embrasser (« M’sieur, on vous adore ! »). Elle est devenue rouge de confusion. Ah, finalement, il en faut peu pour être aimé... (euh, youpi ?)
    Nouvelles littéraires. Le numéro 29 de Bifrost est enfin arrivé dans ma boîte aux lettres. Avec les excuses d’Olivier Girard pour le retard sur une feuille cartonnée qui n’est autre que la pub pour la Cité du Soleil (et autres récits héliotropes) du frangin Ugo. Déjà presque terminé de lire la revue. Parmi les fictions, une très chouette novella de Claude Ecken. Et un compte-rendu très personnel des Utopiales de Nantes par Francis Valéry, alternant avec des passages de son roman à venir, le Talent ressuscité, la suite du Talent assassiné. D’ailleurs Francis doit arriver à Lyon ce soir. La semaine prochaine, il est prévu de passer quelques soirées sympas en sa compagnie.
    Nouvelles de ma vie d’être humain. Catégorie "douleur". Je ne sais comment, je me suis fait mal à l’index gauche, juste en dessous de l’ongle. Ce n’est qu’un bobo ridicule, qui a à peine saigné, qui a presque cicatrisé maintenant mais qui fait toujours mal. Et qu’est-ce que c’est gênant ! Je me sens vraiment handicapé de la main gauche. Je viens enfin de comprendre l’histoire du supplice chinois qui consistait à introduire des aiguilles brûlantes à cet endroit. Brrrr...
    Nouvelles de ma vie de célibataire. Catégorie "Saint Valentin". Vendredi soir, avec mon copain PYM et quelques autres, nous avions prévu de terminer la soirée dans un bar après notre habituelle balade en roller hebdomadaire, une sorte d’anti-Saint-Valentin entre potes. Tout était prévu, nous avions l’intention de nous affubler de signes distinctifs tels que des "cœurs à prendre" avec des planches anatomiques de l’organe en question ou des gros cœurs avec un ange descendu par sa propre flèche. Pas de très bon goût, certes, mais il faut bien ça pour lutter face à la mièvrerie de ce jour. Et finalement, rien de tel n’a été fait... PYM est retombé dans une phase down, il n’est pas venu à la rando roller, j’ai essayé de l’appeler mais le message sur son répondeur donne une bonne idée de son humeur noire... PYM, arrête de te regarder le nombril, c’est pas parce que tu t’es fait plaquer qu’il faut faire croire à tout le monde que tu vas te suicider (tu nous fais le coup tous les deux mois).
    Nouvelles cinématographiques. Catégorie "horreur". J’ai vu Le Cercle-The Ring de Gore Verbinski. Au début, j’ai eu peur... mais peur que le film soit un navet car il commence comme un de ces films pour adolescents au scénario sans surprise. Mais passées les dix premières minutes où une jeune fille raconte à sa meilleure amie une légende urbaine sur laquelle repose l’histoire, le film démarre comme une enquête journalistique avec un oppressant fond fantastique. Pas du grand cinéma, certes, mais le film remplit son rôle : j’étais calé au fond du fauteuil, la trouille au ventre.
    Nouvelles citoyennes. Catégorie "je milite". Samedi, 14 heures, place Bellecour. Manifestation contre la guerre en Irak. Bizarre. Pas vraiment de musiques ou de slogans (contrairement aux manifs anti-FN auxquelles j’avais participées). Une manifestation "pacifique", dans tous les sens du terme. J’ai retenu ce message, bien trouvé, écrit sur une pancarte : « Bush, si tu veux du pétrole, viens le chercher sur nos plages ».


    Dimanche, le 19 janvier 2003
    Ah, visiteurs de ce blog, d’où venez-vous ?
    Voici une semaine de folie furieuse qui s’achève.
    Une semaine où j’ai passé des nuits plutôt brèves (je me suis levé à 4 heures mercredi, 3 heures jeudi et 1 h 30 du mat’ vendredi afin de boucler le programme de recherche d’un important dossier).
    Une semaine où je n’ai pas vraiment eu le temps de poster des nouvelles sur ce blog.
    Une semaine où j’ai été un des acteurs malheureux de l’accident qui a permis à un jeune homme désespéré de mettre fin à sa vie.
    Alors, bien entendu, j’ai essayé d’avoir un week-end calme, même si je n’ai pu m’empêcher de passer au labo samedi après-midi (on ne se refait pas).
    Je suis allé au ciné, j’ai vu ce matin Gangs of New York de Martin Scorsese ainsi que, hier, Le pharmacien de garde, l’excellent film de Jean Veber.
    Un mot sur ce dernier film où Guillaume Depardieu et Vincent Perez se partagent l’affiche : comme dans Brocéliande, il y a des histoires de druides et de meurtres en série, comme dans Brocéliande, il y a la même charmante actrice blonde qui se fait tuer d’une horrible manière, mais contrairement à Brocéliande, tout est réaliste, bien filmé, sonnant assez juste (on regrettera quand même Légitimus en travesti et un Depardieu bien trop sensible pour un flic), et surtout, surtout, il y a quelque chose à gratter derrière le film, ce qui est loin d’être le cas de Brocéliande...

    Sans transition, chers lecteurs, voici un petit état des différentes façons sur ce blog...
    Alors que l’ancienne version de Singuliers sur Blogger se trouvait complètement parasitée par des recherches sur les manières de fabriquer une b*mbe artis*n*le ou de récupérer les M*3 des P*pSt*rs et autres St*r Ac*d*my, si vous arrivez ici, c’est que vous êtes essentiellement passé à travers des liens amis ou que les requêtes que vous avez effectuées dans un moteur de recherche se sont avérées pertinentes.
    Parmi ces requêtes, nous avons :
    • des personnes qui s’intéressent à mes recettes (de gâteaux) au four micro-ondes (d’ailleurs Arkadia les teste auprès d’un comité de goûteurs, si, si !)
    • quelqu’un qui voulait avoir une critique du bouquin de Tommaso Pincio (ça fait plaisir) : "un amour d’outremonde"
    • des recherches de blogs selon des critères géographiques : "blog Lyon" ;
    • une personne qui a cherché à avoir des informations sur l’accident de mardi : "mort tramway Berthelot Lyon" ;
    • des recherches de critiques du film Brocéliande dont je parle incidemment dans le questionnaire d’Un Instant/7 Instants ;
    • les inévitables erreurs de direction :
      • "photo de tombe de Kurt Cobain" (avec la critique d’Un amour d’outremonde)
      • "le loup Tex Avery" (parmi les personnages de dessins animés évoqués dans les réponses au questionnaire d’Un Instant/7 Instants) ;
      • "fève de collection" (en rapport avec la recette de gâteau pour l’Épiphanie.



    Jeudi, le 9 janvier 2003
    À Wishangton, tombe la pluie plus que de raison
    Non, pas "Washington" la capitale, celle du District de Colombia, mais l’État de Washington, dans le nord-ouest des States, sinon j’aurais dit un truc du genre "À Wishangton, tombe un avion".

    Bon, bref, je voulais parler d’Un amour d’outremonde de Tommasio Pincio, un roman publié dans la collection "Lunes d’Encre" de Denoël, traduit par Éric Vial. Attention, ce bouquin ne sortira que la semaine prochaine en librairie, j’ai eu la faveur de le lire en avant-première (merci Ugo !).

    Homer "Boda" Alienson (le bien nommé) vit sa vie asociale à Aberdeen, un bled paumé de bûcherons, dans l’État de Washington, où il n’arrête pas de pleuvoir.
    Gamin, Homer collectionne les jouets débiles (lance-soucoupes volantes en plastique et pistolet-laser en fer blanc). Un jour, après avoir visionné un film sur les body-snatchers, il décide d’arrêter de dormir pour ne pas devenir différent (les body-snatchers s’emparant des corps pendant le sommeil).
    Il passe ainsi plus de 18 ans sans dormir, ce qui lui permet entre autre d’obtenir un emploi de gardien de nuit dans la bibliothèque municipale jusqu’au jour où il comprend qu’il est plus simple de gagner sa vie en revendant ses babioles futuristes aux troglodytes coincés dans la nostalgie.
    Une nuit, il rencontre Kurt, un clochard céleste qui vit sous un pont et qui pêche des poissons dans la rivière empoisonnée. Homer lui parle de son problème d’insomnie et Kurt, qui le comprend, lui donne un sachet "d’arrangement".
    Les années passent, Homer s’arrange de plus en plus, Kurt crée, dans la peinture et la musique et finit par monter un groupe de punk rock qui prend comme nom l’idéal recherché par le bouddhisme.

    Une recherche de l’amour ? Difficile à dire, ces amours prenant l’apparence de Laura Palmer, de l’Héroïne ou de l’extraterrestre Molly.
    Chronique d’une déchéance ? Pas vraiment car, quand on part de rien, on peut difficilement aller plus bas.
    Biographie fantasmée de Kurt Cobain ? Non plus, car, comme il est indiqué en préface, "dans ce roman, les personnes, les événements et les lieux ne correspondent en aucun cas à des personnes et à des événements du monde réel. La vérité biographique n’existe pas, et même si elle existait, nous ne saurions qu’en faire".
    Un livre féroce et drôle.


    Jeudi, le 26 décembre 2002
    Ah, virtuels dédales !
    Aujourd’hui, c’est la Saint-Étienne, aussi vais-je vous parler d’un auteur stéphanois : Jean-Jacques Girardot.
    Jean-Jacques est un auteur que j’apprécie tout particulièrement, aussi bien pour ses écrits dont les thématiques me parlent vraiment (peut-être parce qu’il est aussi docteur en informatique), que pour ses compétences scientifiques (nos laboratoires ont des projets en commun), que parce qu’il s’agit de quelqu’un de tout simplement attachant.
    Auteur des Pages Françaises de Science-Fiction, vous pouvez voir Jean-Jacques Girardot aux conventions et festivals de science-fiction, en barbe et lunettes, des airs de Pierrot lunaire et de Professeur Tournesol, souvent accompagné par un elfe blond qui n’est autre que son fils.
    En 2001, lors des Utopiales de Nantes, Jean-Jacques a remporté le prix Alain Dorémieux qui récompense un jeune auteur en lui permettant de publier son premier ouvrage.
    C’est ainsi que nous avons eu la chance de voir arriver dans nos librairies son recueil de nouvelles de science-fiction : Dédales virtuels, publié en 2002 aux Éditions Imaginaires sans frontières.
    Petite précision : en près de 300 pages, le livre Dédales virtuels ne retrace pas une histoire de transformation maçonnique.
    Pas compris ?
    OK, je reprends : le livre des dalles virent truelles ne retrace pas une histoire de transformation maçonnique. Oui, Jean-Jacques, comme la plupart des membres de la Gang, est un expert en jeux de mots. Mais bon, j’assume l’entière culpabilité et paternité de celui-ci.

    Les Dédales virtuels s’ouvrent par "Voyageurs", une nouvelle initialement parue dans Escales sur l’horizon (anthologie de Serge Lehman publiée en 1999 chez Fleuve Noir). Dans ce texte qui retrace un premier contact avec une entité extraterrestre, Jean-Jacques évoque la vie d’une scientifique à la recherche d’un sens à sa vie, quête douloureuse de l’amour et de la vérité.

    La nouvelle "l’Éternité, moins la vie", déjà parue dans Cyberdreams n°10 (1997), s’inscrit dans la thématique du "brain-downloading" chère à l’auteur australien Greg Egan. Dans ce texte, la scientifique Helen Palmer cherche à sauver sa fille sous une forme électronique. Il s’agit d’une très belle illustration des positionnements juridiques et scientifiques de notre temps à l’éternel « qui suis-je ? » métaphysique quand l’entité en question est une intelligence artificielle.

    La nouvelle "Sur le seuil", parue dans la revue Galaxies n°4 (1997), est une autre réponse à cette question, lorsque la copie électronique d’un être décédé, à travers ses propres doutes, diverge de l’original.

    "Gris et amer" est une nouvelle inédite en deux parties traitant non plus du "Soi" mais de "l’Autre". Dans la première partie, intitulée "les Visiteurs de l’éclipse", une bande de copains nostalgiques des Beatles mènent un périple en France pour voir la fameuse éclipse totale qui s’est produite à la fin du XXe siècle. À cette occasion, ils découvrent une étrange substance grise et amère, offrande de l’Autre.
    La seconde partie, intitulée "l’Adieu aux étoiles", se déroule quelques années plus tard dans un monde post-cataclysmique. Roger, rescapé de la bande, apprend à accepter ces fameux visiteurs.
    Jean-Jacques Girardot a réalisé une étude approfondie de son texte ici.

    "L’Humain visible" est un texte paru dans l’anthologie de Stéphane Nicot Hyperfuturs en 2000 (hors série de la revue Galaxies). Thomas, un informaticien travaillant sur le projet "Visible Human" découvre que la plate-forme informatique sur laquelle un être humain a été numérisé à des fins de simulation est dotée d’une intelligence artificielle. Une relation ambiguë se noue entre Thomas et l’IA.

    "L’Instant d’éternité", autre nouvelle inédite, parle d’un être sensible qui veut sauvegarder pour toujours un instant précieux passé avec celle qu’il aime et qui est condamnée. Mais qui est-il réellement ?

    "Simon et Lucie, une romance", nouvelle déjà publiée dans Étoiles vives n°5 (anthologie de Gilles Dumay parue en 1998 chez Bifrost/Eacute;toiles vives) est une histoire d’amour amère sur fond de nanomachines censées rendre le quotidien plus merveilleux.

    La nouvelle "le Mouton sur le penchant de la colline", parue dans Escales 2001 (anthologie de Sylvie Denie parue au Fleuve Noir), est ma nouvelle préférée du recueil.
    Pourquoi ?
    Parce que la première fois que je l’ai lue, dans Escales, j’ai trouvé qu’il s’agissait là d’un très grand texte, un de ceux qui vous marquent et qui font que vous n’oublierez jamais plus l’auteur, un de ces textes trop rares qui vous obligent à faire un break et qui, même si vous êtes un dévoreur de livres, vous empêchent de passer aux suivants, tant les personnages, les situations et les idées sont fortes.
    Dans "le Mouton sur le penchant de la colline", un journaliste et "valideur d’informations" s’intéresse à la neuroprogrammation qu’aurait employée Sadam Hussein entre 2025 et 2030. Cette enquête et d’autres sur le sujet de la neuroprogrammation vont peu à peu impliquer ce personnage de manière bien plus profonde...
    À noter, dans ce texte, le docteur Helen Palmer, de "l’Éternité, moins la vie", fait une brève apparition.

    "Le Jeu de la Création", dernière nouvelle du recueil, est un inédit traitant d’une société d’insectes pensants. L’héroïne, Akeyliah, dirige son petit monde, cherchant à faire le bien de son monde en lui cachant une terrible vérité. Jusqu’à quand cette despote y parviendra-t-elle ?

    Les Dédales virtuels, ce sont les labyrinthes de l’esprit quand celui-ci est artificiel ou transformé par des nanomachines.
    Dédales virtuels, c’est l’ouvrage de Jean-Jacques Girardot, un petit bijou littéraire à acquérir et à lire d’urgence par quiconque s’intéresse aux grandes questions humaines portant aussi bien sur l’identité, sur l’estime de soi, sur le sens de la vie ou sur l’autre.
    Dédales virtuels, c’est de la science-fiction intelligente, ambitieuse, sans doute exigeante, mais c’est surtout, derrière le virtuel et l’artifice, l’humain à venir...


    Jeudi, le 5 décembre 2002
    Havvy Topper !
    En rentrant chez moi, hier soir, j’ai croisé plein d’enfants qui sortaient du cinéma. Ils venaient de voir Harry Potter et la chambre des secrets de Chris Columbus (d’après les romans de Joanne Kathleen Rowling).
    J’entendaient nos chères petites têtes blondes (et brunes, et rousses, et châtain, et...) se raconter les uns aux autres les passages qui les avaient le plus marqué. La magie du film, dont s’étaient abreuvés leurs yeux émerveillés, jaillissait de leurs voix, irradiant aux alentours quelques instants de bonheur fugace...
    Décidément, les enfants sont les meilleurs critiques du monde. Lorsque viennent les années, hélas, il est de bon ton de bouder son plaisir en achevant toute œuvre sensible et touchante par une opinion assassine.


    Vendredi, le 22 novembre 2002
    Avignon, Deauville, Paris...
    Vincent Delerm, le fils de Philippe-la-première-gorgée-de-bière, arrive tout doucement dans nos oreilles avec un album qui porte son nom.
    Cet auteur-compositeur-interprète un peu branchouille a bien du talent. Ses textes sont autant de tableaux où le quotidien est croqué avec sensibilité. Il parle d’une vie fantasmée avec une actrice, de la visite d’un zoo où les vies se dévoilent en miroir face à celles des animaux en cage, d’une réunion de famille dans les Hauts-de-Seine, de parents imaginés de l’être aimé, d’un magazine féminin qui lui fait redécouvrir celle qui l’a quitté (en duo avec Irène Jacob), de retrouvailles sur fond de Jeux Olympiques d’hiver, d’un spectacle à Avignon où sa voisine présente plus d’intérêt que le théâtre d’avant-avant-garde, du portrait d’une fille et de ses projets avortés, d’un couple s’ennuyant un peu à Deauville en hiver, d’une aventure amoureuse colorant un quotidien à la fois banal et précieux.
    Un regard tendre et pertinent sur la vie, tout simplement, mais il n’y a rien de plus dur que de raconter ces choses simples qui font la beauté de chaque jour.
    Dommage qu’il n’ait pas beaucoup de voix. Pour ses chansons, cela donne une touche particulière agréable, mais quand il reprend "Le lundi au soleil" en public avec Keren Ann, c’est assez malheureux.
    Lundi dernier, il donnait un concert, à la salle Rameau de Lyon. Et je l’ai manqué...


    Mardi, le 19 novembre 2002
    Avyrel Sifranc (et trois sous...)
    Le Talent assassiné est le dernier roman de Francis Valéry, publié dans la collection "Lune d’Encres" de Denoël (Paris).
    Francis est un auteur de science-fiction, mais pas seulement. Il est aussi critique et essayiste (il a écrit de nombreux bouquins pour les fans des séries télévisées, ainsi qu’un "guide de lecture" SF), auteur pour la jeunesse, éditeur de la revue CyberDreams (hélas disparue aujourd’hui), musicien, bref, un véritable homme-orchestre...
    Ce qui le caractérise ? Pour avoir un peu discuté avec lui, je dirai : l’identité d’artiste. Cela agace parfois certains, cette façon d’être et de se dire "je ne suis pas comme tout le monde". Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, mais surtout qu’on ne l’ignore pas. Et Francis ne passe pas inaperçu : c’est un colosse habillé de noir, longs cheveux bruns (avec parfois des ajouts capillaires), ongles souvent vernis de noir, bagues gothiques, parfois du maquillage. Quant à ses propos, il masque une grande sensibilité par des avis provocants et des prises de position jusqu’au-boutistes.
    Voilà pour le personnage. Quant au Talent assassiné, c’est un roman plus ou moins autobiographique, une somme de réflexions sur l’identité d’auteur et le milieu de l’édition, une enquête policière faisant figure de quête de soi, avec un humour proche du "grand" Desproges.
    Qui plus est, pour ceux qui connaissent un peu le fandom SF, c’est vraiment à mourir de rire car toute ressemblance avec des personnages existants n’est pas que pure coïncidence.
    Un texte décalé, désopilant, délicieux.

    Archives

    Chronologie :

    >>> Amis
    Parce que rien ne vaut le fait d’avoir de bons copains et de partager avec eux des joies simples.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Animaux
    Au sujet de nos amies les bêtes.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Critiques
    Article critique. Point de vue personnel sur une œuvre. Coup de cœur ou coup de gueule.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Curiosités linguistiques
    À propos de la langue française ou d’autres langues, dialectes et parlers régionaux. Réflexions sur les usages linguistiques de la communauté francophone. Aspects insolites de la langue. Jeux de mots.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Dessin / Arts graphiques et numériques
    Dessins réalisés de manière traditionelle (crayon, stylo, feutre, fusain, pastel, pierre noire ou sanguine, craie, plume, encre de Chine, etc.) ou traités par ordinateur à travers des logiciels d’infographie. Curiosités calligraphiques. Ambigrammes (figures graphiques de mots devenant d’autres mots à partir d’une symétrie ou rotation). Anamorphoses. Peintures. Arts en deux dimensions.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Événements / Grands rendez-vous
    Comptes rendus ou programmes de grandes rencontres : conventions, festivals, conférences et soirées thématiques.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Famille
    Parce qu’on est le fils, le frère, le cousin ou le neveu de quelqu’un.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Fantastique
    De tout ce qui a trait à ce genre artistique où intervient le surnaturel.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Films / Télévision / Vidéo
    À propos des productions artistiques essentiellement visuelles : films (court, moyen ou long métrage), animations, dessins animés, mangas, séries télévisées, vidéo-clips, etc.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Histoires / Légendes
    Au sujet de l’Histoire et des histoires. Faits avérés ou non. Mythes.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Humour / Insolite / Bêtises
    Impressions insolites. Histoires drôles ou surprenantes. Blagues.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Internet / NTIC / Informatique
    De tout ce qui a trait aux « nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Informatique (aspects matériels et logiciels). Internet, aspects du Web, HTML. Multimédia.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Livres
    Livres, revues, recueils de nouvelles et anthologies.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Musiques / Radio / Audio
    À propos des productions artistiques essentiellement auditives : musiques, chansons, concerts, opéras, émissions de radio, etc.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Projets / Avenir
    Réflexions sur le devenir de la Terre ou, plus modestement, de ma petite personne...
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Quiz
    Questionnaires et sondages, le plus souvent ludiques.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Recettes / Gastronomie
    De tout ce qui a trait à l’art culinaire. Recettes de cuisine. Bonnes tables. Grandes bouffes.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Regards sur le monde
    Impressions et réflexions sur notre société.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Science–fiction
    De tout ce qui a trait au genre artistique qui incorpore dans son imaginaire des réflexions scientifiques (plus ou moins poussées). Par excès, si on considère que les mythes et la magie peuvent tenir lieu de science, peut englober le genre fantasy.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Sculptures / Arts plastiques
    Taille de pierres ou modelage, mais aussi peinture, architecture, etc. Expositions. Vernissages. Musées.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Textes de fiction
    Productions littéraires personnelles, de la short short story à la nouvelle.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Tranches de vie
    Impressions à la première personne.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Travaux d’écriture
    Au sujet de l’art d’écrire, que ce soit sous forme romanesque, documentaire ou émotionnelle. Travaux personnels d’écriture en cours. Réflexions d’amis auteurs.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Vie professionnelle
    Au sujet de mon travail d’enseignant-chercheur.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]