Accueil / Écriture / Blogue à desseins / Articles selon une catégorie
>>> Accès aux archives
>>> Fil RSS Abonnez-vous au flux RSS


Dimanche, le 15 mai 2016
Intergalactiques de Lyon 2016
Cette année, mon passage aux Intergalactiques de Lyon aura été très bref, limité au seul samedi après-midi. J’arrive à l’ENS, amphi Charles Mérieux, on fouille mon sac, je récupère mon bracelet vert d’inscrit à l’accueil : bizarre de venir en ce lieu pour un événement SF alors que je me rends ici de temps à autre pour des rendez-vous professionnels.

Le hall est occupé par les exposants. Je rencontre Olivier Paquet, j’aperçois Jean-Claude Dunyach (sans masque de troll) qui s’en va déjeuner, je viens saluer Markus Leicht, de la librairie Temps-Livres, toujours fidèle au poste, et je vois Jérôme Vincent reprendre sa place au stand des Indés de l’imaginaire armé d’un sandwich... La conférence d’ouverture débute à 13h30, dans 10 minutes, j’entre alors dans l’amphithéâtre et je m’installe dans un des fauteuils, pas trop loin de la scène. Je remarque Sylvie Lainé et Dominique Douay prendre leurs places à quelques rangs devant moi. Trois anglophones viennent s’assurer que c’est bien là qu’aura lieu la conférence et vont s’asseoir à quelques places, à ma gauche. Leurs têtes me disent quelque chose. Je rallume mon téléphone portable pour vérifier la liste des invités : ce sont Peter F. Hamilton, Alastair Reynolds et Paul J. McAuley...
Dans mon sac, j’ai rapporté quelques exemplaires de ma bibliothèque : des ouvrages de Christopher Priest (L’Archipel du rêve, La Machine à explorer l’espace et son Livre d’or en Pocket), mais aussi l’anthologie Destination 3001 dirigée par Robert Silverberg et Jacques Chambon (sortie en 2000 chez Flammarion) avec Priest, mais aussi Paul McAuley. Et ce dernier est là, juste à côté. Comment dit-on « dédicace » en anglais ?
Je regarde la couverture de Destination 3001 dont la typographie était reprise du texte d’ouverture de la saga Star Wars. Pincement au cœur : la liste alphabétique des auteurs commence par Ayerdhal et se termine par Roland C. Wagner, deux personnes dont j’ai lu et aimé les textes, deux très grands de la science-fiction d’expression française qui ont su rester accessibles et avec qui j’avais eu l’occasion d’échanger quelques mots et de déjeuner en compagnie de la Gang, lors d’une édition du festival de la science-fiction de Roanne pour le premier ou d’une convention nationale française de science-fiction dans le sud de la France pour l’autre. Deux auteurs qui m’ont tant apporté, le militantisme et l’engagement écologique dans Demain, une oasis, l’humour et l’imagination débridée dans la conception de l’IA (aya) Gloria dans la série des Futurs Mystères de Paris. Yal et Roland, vous nous manquez tant...


Christopher Priest et Stéphane, le traducteur, entrent sur la scène. Un Julien Pouget — que la Nuit des Séries (sans sommeil) n’a pas laissé au meilleur de sa forme — nous présente Priest et les tables rondes à venir.
Aux premiers mots de Priest débutant sa conférence par l’évocation de ses souvenirs d’enfant en période de guerre, l’incipit du Monde inverti (« J’avais atteint l’âge de mille kilomètres ») me revient en mémoire, des mots qui m’avaient amené à reconsidérer les notions d’espace et de temps. Je crois que c’était Sylvie qui m’avait fait découvrir Priest. Puis, surprise : les souvenirs très précis du vrombissement des avions, du visage angoissé de sa mère ou du lieu exigu sous l’escalier où ils s’étaient protégés n’étaient que des fabrications de son esprit : Priest n’avait pu connaître les bombardements des grandes villes par l’aviation allemande durant la Deuxième guerre mondiale car il n’est né qu’en 1943 et vivait en banlieue de Manchester, au nord-ouest de l’Angleterre, loin du lieu où les bombes étaient tombées, et ces bombardements avaient cessé au printemps 1941. Introduite par cet exemple de faux souvenir, « Reality, Memory and Doubt », la conférence de Priest se poursuit, pleine de réflexions intéressantes sur l’imaginaire, les jeux sur les points de vue. Je comprends mieux comment l’auteur du Prestige a construit son roman et peint avec un tel brio l’histoire de la rivalité entre les deux prestidigitateurs Alfred Borden et Rupert Angier.


Première table ronde : « De l’empire britannique à l’imperium galactique ? »
Intervenants : Peter Hamilton, Alastair Reynolds et Sara Doke ; modérateur : Anudar Bruseis. L’empire galactique est une constante du genre space opera. Des parallèles entre la Grande-Bretagne, du temps où elle était un empire sur lequel ne se couchait jamais le soleil, et un éventuel empire galactique ?
Points de vue et visions optimistes ou pessimistes s’enchaînent.
Sara (dont j’apprécie le travail de traduction des œuvres de Paolo Bacigalupi, un de mes coups de cœur de ces dernières années) sursaute aux maladresses de Stéphane : le cycle « culturel » (sic) de Ian Banks au lieu du cycle de la Culture ou le « guide pour auto-stoppeur de la galaxie » au lieu du Guide du voyageur galactique de Douglas Adams. Un empire, ou au moins une structure fédératrice de nations, nécessite un partage de valeurs communes... mais comment tenir compte des spécificités des minorités ? Ce questionnement me renvoie aux réflexions qui avaient longtemps trotté dans ma tête à la suite de la lecture de la Notion de génocide nécessaire de Thomas Day, au milieu des années 2000. Question toujours d’actualité, en témoigne la récente victoire de l’Ukrainienne Jamala à l’Eurovision et sa chanson évoquant le drame de la population tatare de Crimée en 1944, et faisant évidemment écho au conflit toujours présent entre l’Ukraine et la Russie...



Deuxième table ronde de l’après-midi sur un sujet apparemment plus léger : « Jamais sans ma serviette, l’humour dans la science-fiction britannique » avec comme intervenants les auteurs Catherine Dufour et Jean-Claude Dunyach ainsi que Nicolas Botti (promoteur de l’œuvre de Douglas Adams en France), et comme modérateur François « Le-Fossoyeur-de-films » Theurel.
Jean-Claude Dunyach cabotine un peu, Catherine Dufour parle des Annales du Disque-monde de Terry Pratchett, Nicolas Botti parle de H2G2, et avec Sylvie Lainé assise à mes côtés, nous échangeons quelques bons mots.
Pour Jean-Claude Dunyach, l’humour anglais est issu d’une élite (les humoristes ayant fait leurs classes dans les universités de Cambridge ou d’Oxford), ce qui fait que les humoristes sont mieux acceptés par la classe dirigeante qu’en France, c’est aussi un humour qui joue sur l’autodérision et qui n’a pas de limite (il illustre ses propos notamment par la série télévisée Black Mirror et son épisode pilote The National Anthem) ; Nicolas Botti évoque aussi un humour plus trash et plus populaire apparu à la suite des années Thatcher ; Catherine Dufour raconte comment les Monty Python et leur Vie de Brian ont forgé sa conscience politique et lui ont fait comprendre l’inanité de certaines formes de militantisme.
L’humour anglais passe-t-il en françaisa ? Nicolas Botti en veut à Jean Bonnefoy d’avoir mis dans ses traductions des jeux de mots graveleux qui n’étaient pas présents dans le texte originel de Douglas Adams, Catherine Dufour au contraire défend l’idée que le travail de traduction est une œuvre de création et cite, en plus de Poe traduit par Baudelaire, l’exemple, chez Pratchett, d’un elfe ressemblant à s’y méprendre à un chanteur rock ’n’ roll bien connu : he looks Elvish (pour « il avait l’air elfique/Elvis ») et qui, en français, avait été traduit par quelque chose comme « il avait l’air presque laid ».
Références de livres, de films et de séries télévisées s’enchaînent et terminent sur la façon dont l’humour britannique a imprégné la culture française...

Je ressors de cette table ronde un peu assommé. L’absurde et l’humour anglais ont quelque chose de désespéré. Il est presque 18h00... Je me sens soudain très seul. Les personnes que je voulais voir sont parties ou occupées. Tant pis, je n’aurais pas de dédicace. Tant pis, je n’aurais pas eu l’occasion de saluer des personnes que je n’ai plus vues depuis des années et avec lesquelles je ne suis plus lié qu’à travers le faible lien des réseaux sociaux virtuels. Morose, je ne me sens plus trop faisant partie de cet univers. Je rallume mon téléphone. Ma femme a essayé de me joindre. Mes enfants s’amusent à l’aire de jeux. Je prends le tramway pour les rejoindre... et retrouver une vie normale.


Mardi, le 12 janvier 2016
C’est une nouvelle année
Tous mes vœux à vous pour cette nouvelle année !
En guise de résolution, après une longue absence occasionnée par le fait de m’occuper de ma petite famille et de mes activités professionnelles, je compte faire aboutir des textes qui ont dormi trop longtemps dans le disque dur de mon ordinateur. Je viens en effet de terminer l’un des romans que l’on m’a offerts pour Noël et dont une citation m’a particulièrement marqué :
« Savez-vous que les histoires sont comme le bon vin, il faut les laisser reposer pendant des années, les laisser décanter avant de les écrire. Mais attention de ne pas attendre trop longtemps sinon le vin passe. Les histoires tournent au vinaigre. Je détiens dans ma cave de vieilles bouteilles d’années exceptionnelles, que je n’ouvrirai malheureusement jamais. », Xavier Durringer, Sfumato, Le Passage, 2015.



Samedi, le 23 mai 2015
Adoptez un Artiste !
Il y a bientôt 13 ans, je créais mon weblog (appelé à l’époque « Avis singuliers ») et mon deuxième billet concernait le dernier ouvrage de l’artiste multiforme (auteur, directeur de collection, compositeur, multi-instrumentiste...) Francis Valéry.
Depuis, Francis a connu des hauts et pas mal de bas, jusqu’à ne presque plus écrire de fiction, et il fallait suivre ses carnets sur le Journal d’un Homme des Bois pour avoir quelques nouvelles de ses activités.
Mais le Cousin Francis se remet à écrire ! Alors, pas d’hésitation : soutenez son beau projet, il en a vraiment besoin, en allant voir ici et en renvoyant le formulaire .
Merci à vous !


Lundi, le 19 novembre 2012
L’IA, les robots et moi (créateurs, créatures, et cætera)
Il y a 10 ans, je venais de créer ce blogue. À cette époque, je m’apprêtais à soutenir une thèse dans un domaine dérivé de l’intelligence artificielle et je me posais des questions sur mon avenir. Dix ans plus tard, je suis toujours autant intéressé par l’intelligence artificielle et mon métier d’enseignant et chercheur me permet de faire de jolies rencontres, comme revoir le mois dernier lors d’une conférence quelqu’un qui avait été l’auteur d’un essai fondamental sur l’IA que j’avais lu avec passion dans mes premières années d’études universitaires, puis, bien des années plus tard, avait été un de mes professeurs du temps où j’étais encore un étudiant parisien, et qui est désormais un collègue. Il m’avait alors confié qu’il devait participer en tant qu’invité aux dernières Utopiales afin d’intervenir sur une table ronde dédiée au sujet des morales humaines et lois robotiques dans l’œuvre d’Isaac Asimov...
En mars 2012 s’était déroulé à Lyon le sommet européen de robotique « InnoRobo ». Mon intérêt pour l’intelligence artificielle (l’IA) et la robotique ne date pas d’hier : tout jeune adolescent, j’étais déjà fasciné par les œuvres de science-fiction évoquant des créatures artificielles, qu’il s’agît de grosses machines avec de simples boutons lumineux clignotants – comme le « Colossus » du film le Cerveau d’acier de Joseph Sargent sorti en 1970 (et adapté du roman Colossus de Dennis Feltham Jones) –, de robots vaguement humanoïdes – comme « Robby » de la Planète interdite de Fred McLeod Wilcox en 1956 –, ou que les machines fussent si semblables aux êtres humains que seuls des tests très poussés permettaient de les distinguer de nous – comme les « réplicants » dans Blade Runner de Ridley Scott sorti en 1982 (adapté des Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick).
J’éprouvais déjà pour les créatures artificielles une réelle fascination, un mélange curieux d’admiration et de crainte, que je dois à la tradition judéo-chrétienne et à l’héritage culturel gréco-romain qui m’ont façonné. Or c’est peu dire que la Bible n’est pas tendre avec ceux qui se permettent de réaliser des créations qui nous ressemblent, car cet art est réservé à Dieu seul : « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. » (Genèse 1:26). L’Ancien Testament est bourré d’interdits sur la réalisation de créations nous ressemblant : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre » (Exode 20:4, mais on retrouve des propos similaires aussi en Lévitique 26:1, en Deutéronome 4:25 ou 5:8, etc.). À ce propos, je devrais aussi m’interroger pour mon attrait pour les arts plastiques, et en particulier pour la sculpture et le modelage de l’argile... Dans la mythologie grecque, le destin est tragique pour l’être légendaire qui aurait été à l’origine de l’humanité, à savoir le Titan Prométhée. Après avoir créé les hommes à partir d’argile et d’eau, il vole le Feu de l’Olympe (symbolisant la connaissance) aux dieux pour en faire don aux hommes, déclenchant le courroux des dieux qui l’enchaînèrent à un rocher où un aigle venait chaque jour lui dévorer le foie.
De fait, les histoires de créatures intelligentes se terminent mal, en général, et les créateurs qui osent braver l’interdit sont remis à leurs places de simples mortels le plus souvent de manière très cruelle.
Les premières créatures appelées « robots », qui sont plutôt des androïdes, sont celles que l’on retrouve dans la pièce de théâtre R.U.R. de l’auteur tchèque Karel Capek... Je pense que ce n’est pas trop déflorer l’histoire que de dire que, à la fin de la pièce, les robots se révoltent et finissent par anéantir l’humanité.
Les créatures artificielles qui ressemblent à l’homme, on en retrouve aussi des traces dans la tradition juive avec le Golem, ce « second Adam » d’argile prenant vie par le pouvoir magique du rabbin le Maharal de Prague. En détruisant le Golem, le rabbin aurait été écrasé par la masse de sa créature.
Dans Frankenstein ou le Prométhée moderne, écrit en 1818 par Mary Shelley, la science reprend la place qu’occupait auparavant la magie, et on sent dans ce texte que l’arrivée de l’électricité permettait d’imaginer toute forme de pouvoirs, dont celui de donner vie à une créature composée de parties de corps humains décédés. Là encore, le récit se termine par la mort du créateur (qui traquait sa créature qui ne faisait que semer la désolation autour d’elle), et l’horreur inspirée par cette histoire était telle qu’une confusion a fini par s’établir entre la créature et le créateur, « Frankenstein » désignant pour la plupart des gens le monstre au lieu du scientifique qui était parvenu à créer une telle abomination.
Au moment où l’homme mettait le pied sur la Lune, Stanley Kubrick sortait son film 2001, l’Odyssée de l’espace (au scénario inspiré de nouvelles écrites par Arthur C. Clarke). Le vaisseau spatial était assisté par une intelligence artificielle appelée HAL 9000. Les astronautes, comprenant que l’IA était en train de dérailler, avaient décidé de la désactiver... mais celle-ci, ayant pu lire leurs intensions sur les lèvres, avait essayé de les supprimer.
On peut noter que la seule manifestation de HAL, outre sa voix et son contrôle du vaisseau spatial, est son œil rouge, nécessairement menaçant, comme l’est celui du robot Terminator quand il est débarrassé de son enveloppe humaine.
Dans la saga des films Terminator, dont le premier volet avait été réalisé par James Cameron en 1984, le concept est toujours le même – des méchants robots viennent pour détruire l’humanité et il ne reste qu’une poignée d’humains pour lutter contre les machines – mais l’histoire se complique par des voyages dans le temps pour revenir dans le passé afin de changer l’issue de cette bataille. Suivant les épisodes, le Terminator venait du futur soit pour tuer le leader de la révolution, soit pour le protéger.
Dans les années 1970 et 1980, même si on rencontrait en Occident des robots moins méchants (comme « R2D2 » et « C6PO » de la saga la Guerre des étoiles), c’était surtout les influences orientales (où le robot est vu plutôt comme un compagnon que comme une créature soumise à un maître) qui vinrent changer le regard que nous portions sur les créatures artificielles, comme Astro le petit robot (Astroboy dans sa version originale japonaise) ou « Nono » de la série télévisée d’animation franco-nippone Ulysse 31.
On commençait à faire apparaître des robots plus gentils à partir du moment où ces derniers devenaient plus « humains », ou en tout cas quand ils perdaient un peu de leur rationalité initiale au profit de l’émotion. On trouvait ainsi « Johnny 5 », dans Short Circuit de John Badham, sorti en 1986, qui est un exemple intéressant de recyclage de la créature de Frankenstein. C’est à nouveau l’électricité qui provoque la vie en changeant un robot militaire et en lui donnant des capacités émotionnelles que l’on ne retrouve pas chez les artefacts ordinaires. Le robot est considéré comme étant un humain parce qu’il est capable d’avoir de la sensibilité et de l’humour.
Bien plus tard, il y eu aussi « Andrew », le robot domestique de l’Homme bicentenaire de Chris Columbus, sorti en 1999, et adapté de la nouvelle éponyme d’Isaac Asimov. Tout au long des deux siècles où se déroule cette histoire, le robot évolue, il subit des modifications qui le font paraître de plus en plus humain, et ce dernier se bat juridiquement pour chercher à être reconnu comme un être humain à part entière par l’humanité. Il y parvient au moment où il acquiert enfin une caractéristique essentielle pour tout être vivant, c’est-à-dire la possibilité de mourir...
C’est d’ailleurs intéressant de voir que, dans les œuvres de fiction traitant de l’intelligence artificielle, les oppositions de base entre la vie et la mort, le créateur et sa créature, l’amour et la haine, ou le fait de donner la vie ou de tuer semblent perdre leurs frontières pour se mêler, car on a un peu l’impression qu’une créature artificielle ne peut être considérée comme intelligente que si elle est aussi vivante, et que donc elle a aussi la capacité à mourir. C’est ainsi que Frankenstein finit par se faire tuer par sa créature, ou que Tyrell, le créateur des réplicants de Blade Runner, se fait écraser la tête après un baiser de la mort donné par une de ses créatures qui souhaitait l’obliger à modifier son caractère génétique afin de prolonger sa durée de vie...
Ces jeux curieux entre la vie et la mort, la créature et son créateur, le fait de donner la vie et de tuer se retrouvent chez ce même réalisateur qu’est Ridley Scott dans d’autres œuvres cinématographiques. Déjà, dans le premier Alien sorti en 1979, on rencontre, en plus d’une intelligence artificielle assez basique chargée de piloter le vaisseau spatial et appelée « Maman », un androïde caché parmi les humains appelé « Ash ». Sans vouloir interpréter tout de façon freudienne, il est difficile de manquer dans ce film les jeux multiples sur la reproduction et la sexualité, avec une certaine obsession pour l’orifice buccal : les êtres humains sont contaminés par les aliens qui leur pondent un fœtus de créature dans la bouche, les aliens sont pourvus d’une tête phalloïde ainsi que d’une deuxième bouche rétractile dans leur bouche, l’androïde Ash cherche à étouffer Ripley en lui introduisant un magazine dans la bouche en une parodie de scène de fellation, les androïdes sont des machines dont les circuits sont alimentés par un liquide blanc et gluant...
On dirait vraiment que ces idées hantent le réalisateur américain car dans Prometheus, son dernier film en date, ces obsessions sur les modes de reproduction et sur l’artificiel sont encore plus criantes : si les machines androïdes sont des créations des humains, nous, les êtres humains, serions les créations d’une espèce extra-terrestre appelée les « Ingénieurs » ; l’origine de la vie sur Terre serait due au sacrifice d’un Ingénieur qui aurait mêlé l’ADN de son organisme à l’eau à travers l’action de nanorobots ; ces mêmes nanorobots seraient capables de contaminer un être humain pour le transformer en créature zombiesque parvenant à féconder une femme stérile ; un Ingénieur sorti de son hibernation cherchera à détruire les humains que son espèce est parvenue à créer... Cette fois-ci, les monstrueuses créatures, ce sont nous, et nos créateurs cherchent à nous détruire comme avait tenté de le faire le Docteur Frankenstein.
Sans dresser une liste exhaustive des œuvres de fiction (cinématographiques) où sont présentées des intelligences artificielles et leurs incarnations sous forme de robot (j’aurais pu parler d’I, Robot d’Alex Proyas qui est sorti en 2004 ou d’A.I. de Steven Spielberg qui est sorti en 2001), je crois que l’une des visions les plus réalistes mais néanmoins tordues qui soient sur les liens entre la nature et l’artificiel, le modèle et sa copie, se rencontrent dans le du film de science-fiction franco-espagnol Eva réalisé par Kike Maíllo et sorti en 2011 où se mêlent les sentiments humains d’amour, de jalousie et de haine dans un monde de petits génies de l’intelligence artificielle et de la robotique.
Enfin, pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là. Les robots que j’ai croisés au mois de mars de cette année sont plein de potentialités en terme de capteurs et de capacités d’action mais, à mon sens, ils sont encore loin d’être dotés de programmes pouvant leur donner un semblant de comportement intelligent...
Nao
« Nao » d’Aldebaran Robotics

Reeti
« Reeti » de Robopec

RoboThespian
« RoboThespian » de Engineered Arts Limited




Lundi, le 20 août 2012
IA et SF
En ce moment, je suis en train de lire Zendegi de Greg Egan. Le mystérieux et très discret écrivain australien de hard science est aussi l’auteur de quelques articles scientifiques, en particulier dans le domaine de la physique (et plus particulièrement en relativité générale et en cosmologie quantique, comme cet article dont le sens m’a largement échappé).
J’avoue avoir un net penchant pour les œuvres de fiction qui essaient de s’intéresser de très près aux avancées scientifiques et technologiques et qui cherchent à voir quelles pourraient être leurs implications sur la société, en poussant ces avancées à leurs limites, genre dans lequel excelle Egan même si cela donne parfois à la lecture de ses textes une certaine âpreté.
Le premier auteur à m’avoir ainsi touché est sans conteste René Barjavel, dont la culture scientifique restait modeste, mais qui avait d’extraordinaires capacités d’imagination et qui s’est fait le spécialiste de la thématique de la fin du monde.
J’ai découvert Barjavel lors de mes années au collège, mais l’auteur qui m’avait le plus marqué à la fin du lycée est Jean-Michel Truong qui, en plus d’être auteur de fictions et d’essais, est aussi un expert en intelligence artificielle. Son roman Reproduction interdite, paru en 1988, m’avait fait une impression durable, d’une part parce qu’il était le premier du genre sur le clonage humain, d’autre part parce qu’il se déroulait en Alsace, lieu natal de l’auteur et où j’ai moi-même vécu mon enfance, mais encore parce qu’on y découvrait de manière finement décrite le système expert (un outil d’intelligence artificielle) utilisé par le personnage principal pour mener son enquête. J’avoue avoir été moins intéressé par son roman le Successeur de pierre, paru en 1999, car l’auteur y poussait loin, et peut-être trop loin à mon goût, ses idées post-humanistes.
La semaine dernière, le 15 août 2012, nous quittait l’auteur Harry Harrison. Connu notamment pour son roman dystopique Soleil vert, paru en 1966, et adapté au cinéma par Richard Fleischer en 1973, il avait aussi écrit en collaboration avec Marvin Minsky, un des « pape de l’IA » le roman Le problème de Turing en 1992. Ce roman d’aventures science-fictives avait le don de plonger le lecteur au cœur des mystères de l’intelligence, artificielle ou non, et s’avérait être un mariage vraiment réussi entre la science et la fiction, une rencontre bien trop rare et si précieuse...


Vendredi, le 10 août 2012
En souvenir d’un auteur de SFF mutant
Dimanche dernier, Roland C. Wagner nous quittait. Je pensais ne reprendre ce blogue que pour annoncer une naissance, et c’est finalement pour parler d’une disparition que je reviens ici...
Roland est le tout premier auteur de science-fiction que j’aie rencontré. C’était en 1998, j’étais alors étudiant dans la capitale, et je découvrais la faune curieuse du fandom SF lors d’un événement parisien (le festival Visions du Futur ? les Rencontres du Club Présence d’Esprit ?) au cours duquel Laurent Kloetzer (*) se voyait remettre le prix Julia-Verlanger. Une amie m’avait fait venir à cette manifestation et me présentait à tout un tas de gens en tant que « Fabrice », un jeune auteur qui devait sortir un roman dans la collection Abysses aux Éditions du Masque, et nous n’imaginions pas que cette collection s’arrêterait peu de temps après sans avoir eu le temps de me publier. Détail amusant, les personnes rencontrées me prenaient souvent pour Fabrice Colin (*) car nous avons le même âge en plus du même prénom. C’est donc là que j’ai croisé Laurent Genefort dont j’avais lu les Chasseurs de sève ainsi que Roland C. Wagner dont je n’avais encore rien lu.
En 1999, je quittais Paris pour Lyon. J’ai fait la connaissance d’André-François Ruaud (*) et j’ai été adopté par la Gang. Les années du tournant du siècle et du millénaire ont été extraordinairement riches en rencontres et en découvertes, j’ai connu de nouveaux auteurs, de nouveaux textes, j’ai beaucoup lu, j’ai écrit des nouvelles, j’ai repris mon roman non publié, j’ai débuté ce blogue, j’ai commencé à faire de la cuisine... C’est ainsi que, avec mes amis, je suis allé à quelques conventions de science-fiction, celles de l’Isle-sur-la-Sorgue en 2000, de Saint-Denis en 2001, de Tilff-Esneux en 2002, d’Entraigues-sur-la-Sorgue en 2004, et plus récemment celle de Nyons en 2008. Lors de la plupart de ces rendez-vous, j’ai pu rencontrer Roland et échanger avec lui quelques mots. Je me rappelle avoir eu l’occasion de lui parler d’intelligence artificielle, domaine informatique qui est ma spécialité, et qu’il appelait « ayas » dans sa série des Futurs Mystères de Paris et qu’il représentait sous l’une des plus formes les plus déjantées de la littérature SF. Lors d’un passage à Lyon avec sa compagne Sylvie Denis en 2003, il avait même mangé de mon gâteau à l’ananas et récupéré mon nez de clown fétiche...
Entre temps, j’avais lu pas mal de ses textes, dont le recueil de nouvelles Musique de l’énergie, les premiers tomes des Futurs Mystères de Paris et plus récemment la version hardcover de Poupée aux yeux morts publiée par les moutons électriques... J’ai toujours passé des moments de lecture agréable, j’ai souvent beaucoup ri, mais j’étais toujours un peu frustré de ne pas trouver dans l’œuvre de Roland un sentiment d’intérêt aussi important que la sympathie que j’éprouvais pour ce bonhomme si attachant. Et cela était vrai jusqu’à... la semaine dernière. Le mois dernier, j’ai emprunté à mon beau-frère – grand amateur de SF – le roman uchronique Rêves de gloire. J’en avais entendu beaucoup de bien, j’avais entendu Roland parler de son roman à l’émission « Mauvais genres » de France Culture. Bref, j’ai attendu avec impatience que mon emploi du temps me permette de commencer la lecture même si le sujet ne semblait pas m’intéresser vraiment a priori (la Guerre d’Algérie et de ses conséquences). Et j’ai dévoré ce pavé de près de 700 pages. À la fin juillet, alors qu’il ne me restait plus qu’une petite moitié du livre à lire, André-François était venu me donner un coup de main pour monter le lit de mon futur bébé. Tout en bricolant, nous avions évoqué ce roman où Roland mettait vraiment toutes ses tripes, ses passions, ses blessures, tous ses fantasmes... ce qui en faisait un roman décoiffant pour le lecteur, et expliquait aussi le fait qu’il rafle la plupart des prix littéraires en SFF.
Et dimanche matin, j’avais terminé Rêves de gloire, j’en parlais avec enthousiasme au téléphone à mon beau-frère qui avait éprouvé des difficultés à se plonger dans l’univers uchronique et que les nombreux narrateurs et le contexte algérien trop mal connu de nous avaient un peu rebuté. En raccrochant, j’étais content d’avoir pu le convaincre de reprendre la lecture du roman.
Comment imaginer que, quelques heures plus tard, Roland décéderait dans un accident de voiture ?

En 2000, à la convention SF de l’Isle-sur-la-Sorgue



En 2001, à la convention SF de Saint-Denis



En 2002, à la convention SF de Tilff



En 2002, toujours à Tilff, Roland rappelant notre discussion sur les AI/IA (ou ayas)



En 2003, à Lyon, chez Markus Leicht, Roland évoquait mon nez de clown fétiche

Au revoir, Roland.
Merci pour tes textes, merci pour ton humour, ta joie de vivre et les idées que tu nous auras fait partager.
Mes plus sincères condoléances à Sylvie et à ta famille.




Lundi, le 5 septembre 2011
La Planète des singes : évolution et nouvelle génération
Avant d’aller voir le film La Planète des singes : Les Origines, un intelligent préquel de La Planètes des singes de Pierre Boulle, je vous conseille de revoir les vidéos des adaptations cinématographiques précédentes de l’auteur français de science-fiction, en particulier la version de 1968 réalisée par Franklin J. Schaffner et celle de 2001 réalisée par Tim Burton.
Dans la version de 1968, quatre astronautes quittent la Terre en 1972 pour un voyage d’exploration spatiale et arrivent sur une planète inconnue 20 siècles plus tard. Sur cette planète, les êtres humains sont dénués de parole et de raison et les grands singes (des primates non humains) en sont les maîtres. Sur les quatre voyageurs, un premier (la seule femme de l’équipage) meurt durant le voyage à cause d’un problème dans le système d’hibernation, un deuxième est tué à l’occasion d’un safari (organisé par des gorilles) et un troisième est lobotomisé par une équipe de savants chimpanzés. Le colonel George Taylor, le seul rescapé, guérit d’une blessure à la gorge qui l’avait rendu temporairement muet, attire l’attention de Zira (une guenon scientifique) qui l’aide à s’échapper, puis découvre au milieu de fouilles archéologiques la preuve que l’humain pouvait parler autrefois sur cette planète (avec une poupée humaine qui dit : « Maman ! »). Le film se termine lorsque Taylor, fuyant les singes avec une indigène nommée Nova dans la « zone interdite », découvre avec stupeur les restes de la Statue de la Liberté, comprenant ainsi que cette planète est la Terre et que les humains se sont autodétruits avec la bombe atomique...
(En aparté, l’astronaute Taylor aurait pu s’en douter un peu : les singes parlaient le même anglais que lui et utilisaient le même système d’écriture ! Par contre, ils ne maîtrisaient ni l’électricité ni les machines à vapeur, la seule force motrice étant issue d’espèces domestiquées telles que le cheval... ou l’homme.)
Contrairement au roman de Boulle, dans le film de Schaffner, les événements se déroulent sur une planète qui est la nôtre (même si on ne le sait qu’à la fin du film, désolé de spoiler) après une évolution de deux mille ans. Dans le roman de Boulle, la « planète des singes » est bien différente de la Terre... mais lors du retour sur sa planète d’origine, le seul astronaute terrien rescapé découvre que les singes sont aussi parvenus à dominer notre planète.
Dans un cas comme dans l’autre, je m’étais interrogé sur la manière dont cette sorte d’évolution à l’envers aurait été possible puisque, en scientifique adepte de la théorie de l’évolution, j’ai toujours considéré ceux de mon espèce comme des lointains cousins des grands singes. Dans les films suivants de la saga aux scénarios écrits principalement par Paul Dehn (qui est aussi scénariste de quelques aventures cinématographiques de James Bond), que sont le Secret de la planète des singes de Ted Post sorti en 1970, les Évadés de la planète des singes de Don Taylor sorti en 1971, la Conquête de la planète des singes de J. Lee Thompson sorti en 1972 ou la Bataille de la planète des singes de J. Lee Thompson sorti en 1973 et rescénarisé par Joyce Hooper Corrington et John William Corrington, l’idée mise en avant est qu’une guerre nucléaire aurait ravagé la Terre, détruisant l’essentiel de la population humaine, les survivants étant soit des humains dépourvus d’intelligence et de langage et vivant dans la nature, soit des mutants télépathes adorateurs de la bombe automique et vivant terrés dans les décombres du métro. Une telle explication était plausible pour l’époque, on était alors en pleine guerre froide et on vivait au sein de l’équilibre de la terreur formé par les blocs de l’Ouest et de l’Est tous deux détenteurs de l’arme atomique. Néanmoins cette idée de cataclysme nucléaire qui aurait permis, d’une part, de détruire presque entièrement une espèce (les humains) et permettre à une autre de les supplanter (bon, OK : ça s’est déjà vu, les mammifères ont dominé la Terre après la disparition des dinosaures), d’autre part, d’apporter des mutations rapides et bénéfiques majeures à des espèces (les singes pouvant parler, les humains devenant télépathes), et même de créer des failles spatio-temporelles (permettant à trois singes évolués du futur de revenir dans le passé — c.-à-d. notre présent — et ainsi de laisser la possibilité à César, le fils du couple de chimpanzés, d’amener les singes domestiques à se révolter et battre les humains). Mouais, pas très convaincant...
Dans le film de 2001 réalisé par Tim Burton, avec un scénario écrit par William Broyles Jr., Lawrence Konner et Mark Rosenthal, la suprématie des singes sur la planète Ashlar serait liée à une sorte de « contamination » de cette planète par des singes intelligents et agressifs rescapés du crash d’une station spatiale terrienne. Là encore, j’avais du mal à accepter une telle justification.
La Planète des singes : Les Origines remet au goût du jour les idées science-fictives des versions précédentes. Déjà, Rupert Wyatt, le réalisateur, est un Britannique né en 1972, c.-à-d. pendant la sortie des films de la saga de la Planète des singes. Des idées telles qu’une destruction globale par une catastrophe nucléaire militaire, nous n’y croyons plus tellement depuis le déclin de l’Union soviétique. Et au niveau des catastrophes nucléaires civiles, Tchernobyl ou Fukushima ont provoqué des développements de cancers mais pas de mutations « positives » amenant à des superpouvoirs à la manière des X-Men. Nous ne croyons plus trop non plus à l’exploration spatiale (un vol spatial habité vers Mars semble déjà le bout du monde), et encore moins aux voyages dans le temps. Et puis, il y a eu les années SIDA, la brebis Dolly, le projet séquençage de l’ADN humain... Du coup, les idées en vogue sont plutôt à puiser du côté du domaine médical et des sciences cognitives, avec des attentes fortes dans les retombées des travaux menés en génie génétique, en virologie et dans la recherche destinée à lutter contre les maladies neurodégénératives.
Prenez ces ingrédients, mélangez le tout et secouez bien et vous obtiendrez un cocktail assez cohérent comme base du film La Planète des singes : Les Origines sorti en salle cet été 2011. Le résultat est un divertissement vraiment plaisant et assez bien ficelé, les singes sont bien plus réalistes que ceux obtenus par les acteurs grimés dans les versions des années 1968 à 1973, ou même que la version de 2001. On se laisse assez facilement emporter par l’histoire, les personnages et les effets spéciaux, et on s’amusera des clins d’œil multiples aux anciennes versions.


Mardi, le 7 juin 2011
Trois quarts d’heure pour vous faire aimer l’histoire (et plus si...)
Si l’Histoire, la grande ou les petites, vous intéresse, ou au contraire si vous regrettez d’avoir été dégoûté par cette matière qui se résumait pour vous à une suite de dates et d’événements dénués de sens à apprendre sur les bancs de l’école, je vous conseille l’excellente émission Au cœur de l’Histoire d’Europe 1 animée par Franck Ferrand.
Et si, en écoutant le podcast du 15 avril intitulé Il y a un demi-siècle, le Putch d’Alger, vous avez des envies d’uchronies, laissez vous tenter par Rêves de Gloire de Roland C. Wagner.


Mardi, le 9 novembre 2010
Occasion peut-être manquée
Dans le film Mange, Prie, Aime réalisé par Ryan Murphy ou dans le livre l’Homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle, le personnage principal, en quête spirituelle et de lui-même, rencontre un vieux sage auprès duquel sa vie reprend son sens. Et dans les deux cas, cela se passe sur l’île de Bali.
C’est un peu frustrant : je me suis rendu l’été dernier dans ce lieu magique et je n’ai pas eu l’occasion de faire une telle rencontre. J’ai visité des temples hindous, j’ai vu des paysages superbes de rizières en terrasse, mais je n’ai pas connu le choc émotionnel de ces deux personnages de fiction. Par contre, avant d’arriver sur terre, j’avais passé une semaine en croisière où j’ai fait de la plongée sous-marine. Sous l’eau, dans un cadre féérique, je n’ai pas cherché à observer le maximum d’espèces marines qu’il soit possible de voir, je me suis contenté d’évoluer, tout simplement, dans cet autre univers, avec l’étrange impression de voler, et je pense qu’il s’agit de la sensation la plus proche de ce que peuvent vivre les astronautes, moi qui ai toujours rêvé de voyager d’une étoile à l’autre.
Après tout, un gourou n’est pas nécessaire pour se sentir en harmonie avec le monde et avec soi-même...


Samedi, le 2 octobre 2010
Rentrée littéraire
Oui, je ne mets plus très souvent ce blog à jour : mon activité créatrice du moment se limite à mon boulot de chercheur (dont je ne souhaite pas parler ici), ou alors à la cuisine, d’où l’aspect de blog culinaire que prennent ces notes...
Il n’empêche que je lis quand même des œuvres de fiction. J’ai terminé tout dernièrement le premier tome de Bodichiev d’André-François Ruaud. Je n’ai jamais été un grand fan des enquêtes policières mais, ici, les affaires du détective imaginé par Ruaud se déroulent dans un monde uchronique, ce qui donne une saveur particulière à l’ouvrage. On apprécie ainsi autant la découverte de cet univers — où, de nos jours, la Russie des tsars s’étendrait sur la majeure partie du monde (de l’archipel britannique à la côte occidentale de l’Amérique du Nord) — que des personnages ayant réalisé tels ou tels méfaits, la manière dont ils ont procédé ainsi que leurs motivations. Je recommande vivement la lecture de ce recueil de nouvelles, d’autant que les expressions et mots un peu précieux qu’emploie Ruaud pour peindre son monde s’accordent à merveille avec le temps de son livre, mélange d’un présent et d’un passé décalé.
Après Bodichiev, j’ai débuté avec un autre grand bonheur la lecture de La tête en arrière de Violaine Schwartz, comédienne et cantatrice qui narre avec un humour caustique l’histoire d’une chanteuse lyrique, sans travail depuis des mois et des mois, qui... (allez plutôt suivre le lien pour la suite du résumé ou découvrir les premières pages du roman). Ensuite, je vais attaquer Cent Seize Chinois et quelques de Thomas Heams-Ogus. Je crois que je vais aussi beaucoup aimer ce livre. En tout cas, j’ai eu l’occasion de rencontrer ces deux jeunes auteurs jeudi dernier à la Villa Gillet, et ils m’ont donné très envie de lire leurs textes... et aussi de me remettre à l’écriture.
Ah oui, et ce n’est pas ma faute, la carte Wi-Fi de mon ordinateur portable s’est remise à déconner, alors j’ai acheté une petite clé USB-Wi-Fi et je n’ai pas pu m’empêcher de prendre aussi Lunar Park de Bret Easton Ellis. J’avais vu les adaptations cinématographiques d’American Psycho, Les Lois de l’attraction et Zombies et j’ai lu cet été Moins que zéro... alors je me suis dit que ce serait mieux de connaître aussi ce roman d’autofiction avant de commencer Imperial Bedrooms dont j’avais fait l’acquisition sous sa forme anglaise lorsque j’étais au Canada.
Problème, avec tout ça : il va me falloir une nouvelle bibliothèque... Mes rayonnages débordent de partout !


Jeudi, le 3 juin 2010
Assises Internationales du Roman 2010
La semaine dernière, à Lyon (aux Subsistances, quai Saint Vincent), se sont déroulées les Assises Internationales du Roman. C’est par simple curiosité que l’amateur de littérature et dévoreur de livres que je suis s’est rendu à cet événement. Grand bien m’en a pris !
La première table ronde à laquelle j’ai assisté avait pour thème « La Bible inspire-t-elle encore les écrivains ? » avec Aharon Appelfeld (Israël), Vincent Delecroix (France) et Marilynne Robinson (États-Unis). Un peu décevant, cependant, car cette table ronde avait pris du retard sur l’heure (déjà tardive pour un jour de semaine), aussi y avait-il eu peu de temps pour le débat après la lecture des textes des trois auteurs. Pour la plupart des participants, la Bible n’était pas considérée comme étant de la littérature en tant que telle, mais cet avis n’était pas partagé par Appelfeld qui avait fait une passionnante analyse du passage du sacrifice d’Isaac par Abraham, montrant combien pouvait être fine la description de la psychologie des acteurs de la Genèse (face aux décisions incompréhensibles de Dieu), et ceci avec une économie radicale de moyens stylistiques (les adjectifs n’existant pas dans le texte originel). Cette table ronde s’est achevée par un fort moment d’émotion quand un violoniste a interprété quelques airs entre les passages d’un autre texte en hébreu qu’avait lu cet auteur.
« Pourquoi dire je ? » était le titre d’une autre table ronde que j’avais suivie, avec les auteurs Sefi Atta (Nigéria), Laurent Mauvignier (France), Julían Ríos (Espagne) et Norman Rush (États-Unis). Ce thème m’avait tout particulièrement intéressé parce que je travaille actuellement sur un roman écrit à la première personne (mais qui n’a vraiment rien d’autobiographique). Pour les auteurs présents, écrire à la première personne du singulier, c’est accepter de ne pas tout savoir, de perdre quelque chose (comparé au narrateur omniscient à la troisième personne), c’est jouer aussi sur l’ambiguïté du narrateur, mais ça permet de donner une plus grande voix à un personnage, à le rendre plus vivant pour le lecteur. Pour reprendre une analogie avec la peinture, écrire en disant « je », c’est comme l’introduction de la perspective dans les œuvres picturales, ça permet de faire entrer le spectateur dans la scène.
Je me permets de reprendre une citation extraite du texte lu par Norman Rush et qui met le doigt sur la distinction entre la littérature mainstream et la littérature de l’imaginaire sur ce « sujet » :
Le nombre des narrations à la première personne de la liste des 100 meilleures œuvres retenues par les lecteurs était encore inférieur [à la liste publiée par l’Editorial Board of the Modern Library en 1998] : encore ce nombre n’était-il atteint qu’en admettant toutes les variantes possibles de cette forme, plus quantités de titres de genre, qui se situaient en dehors de mon champ d’enquête, par exemple quatre titres de L. Ron Hubbard, cinq de Robert Heinlein, et quatre d’un écrivain nouveau pour moi, Charles de Lint, dont les personnages, d’après Publisher’s Weekly, sont « complexes et astucieux, » et vont « d’avatars inconstants mais puissants à des lutins diaboliques. » Étant donné le caractère florissant de la narration à la première personne dans les romans de genre contemporains – du genre roman sentimental (Romance) en passant par le roman policier, le roman d’aventure, le fantastique et le roman à énigme – le faible taux de participation pour les narrateurs à la première personne dans la Liste des Lecteurs est très frappant.



Samedi, le 1er mai 2010
Le prix de la fin du monde
J’ai un petit frère qui vit au Canada, dans la partie anglophone, et j’ai voulu lui envoyer un cadeau il y a quelques jours à l’occasion de son anniversaire. J’ai eu du bol car je m’y suis pris en avance et j’ai ainsi évité de pas grand chose de voir mon colis bloqué en raison de l’interruption du trafic aérien (le volcan en Islande, vous vous rappelez ?) Cependant, mon frère a eu la mauvaise surprise de découvrir qu’il devait aux livreurs une quinzaine de dollars de frais de taxe et de douane pour pouvoir récupérer son présent, alors que j’avais bien pris à mes frais tout ce qui concernait le transport.
Petite explication : je souhaitais offrir quelque chose représentant de la culture française. Tout d’abord, de la littérature. J’ai donc pensé à Big Fan, l’excellent roman de Fabrice Colin. Outre le fait que je connaisse un petit peu l’auteur, que j’avais recueilli son témoignage sur la co-écriture pour un article dans le tome 2 de la revue Fiction et que l’on m’ait pris pour lui à un rendez-vous parisien sur les littératures de l’imaginaire il y a une dizaine d’années (nous partageons le même prénom et la même année de naissance), Big Fan est vraiment un bel ovni littéraire, parlant de musique, et plus particulièrement du groupe Radiohead (en plus, mon petit frère reprend Creep et My Iron Lung avec son groupe de rock dans les bars de Toronto) et de la plongée dans la folie d’un fan ultime. La seconde partie de mon cadeau concernait un autre aspect de la culture de notre beau pays, à savoir la cuisine, et donc je lui ai fait parvenir un kit de cuisine moléculaire (le même que je me suis acheté et dont je me suis servi dans la préparation du plat dont je parle dans mon billet précédent).
De ce fait, un livre sous-titré « Radiohead, la fin du monde et moi » et un kit de cuisine ressemblant davantage à une boîte du petit chimiste avaient de quoi rendre les douaniers quelque peu méfiants...


Samedi, le 2 janvier 2010
Meilleurs voeux pour 2010 !
Amie lectrice, ami lecteur, reçois tous mes vœux en cette nouvelle année.
Pour moi, l’année 2009 s’est achevée de manière très atypique, avec Noël que je n’ai pas fêté en famille, et le 31 décembre que je n’ai pas fêté du tout, pas plus que mon anniversaire, d’ailleurs.
Cependant, l’an 2010 commence bien parce que, après des mois où, débordé de boulot, je n’ai pu me plonger dans la lecture de textes de fiction, je viens enfin de poster mon chèque de réabonnement à la revue Bifrost du Bélial’ et d’acquérir le dernier recueil de nouvelles d’un de mes maîtres, à savoir Océanique de Greg Egan. Et c’est un recueil bourré d’inédits : je salive déjà !
Sensation amère pourtant : l’endroit où j’ai acheté le bouquin de l’auteur australien est situé à quelques mètres d’un hypermarché où, il y a quelques jours, des vigiles voulant jouer les gros bras ont tué un malheureux marginal...


Dimanche, le 5 juillet 2009
L’ami cause
Ugo Bellagamba, champignon du mélange entre science-fiction et histoire, et personnage extraordinairement humain que j’ai l’honneur de compter parmi mes amis, parle de son roman uchronique Tancrède dans l’émission « Mauvais Genres » de France Culture. Allez l’écouter, c’est ici (mais disponible seulement pendant une semaine), et courez vite acheter et lire son roman qui vous plongera à l’époque des Croisades, dans un univers épique de batailles sanglantes, de crises mystiques, d’amour... et d’un chouilla de steampunk.
Ugo et moi l’an dernier à Nyons, durant l’Olicon, la convention de science-fiction spécialement dédiée à René Barjavel



Dimanche, le 14 juin 2009
MicæV, nouvelle version
Qu’on se le dise, la nouvelle version de MicæV — la Machine à Inducteurs et Contraintes pour Atelier d’Écriture Virtuel — vient d’être mise en ligne !
À présent, j’ai ajouté la possibilité d’écrire un texte avec un incipit, un excipit, ou une phrase en milieu de partie issus d’un ensemble de 200 romans ou nouvelles présents dans ma bibliothèque (soit 8 millions de possibilités différentes).
Plus d’information dans l’aide.


Samedi, le 30 mai 2009
Article supprimé
(...)


Vendredi, le 8 mai 2009
Pas si méchant
Dure journée que celle d’hier.
Tout d’abord, il me restait à évaluer des dossiers de jeunes candidats. Ah là là, non ! Par rapport à d’autres dossiers de candidature vus les jours plus tôt, ils n’étaient vraiment pas bons du tout : pas de publications scientifiques de grande valeur, ou des travaux de recherche situés dans des thèmes trop éloignés de ceux souhaités par le laboratoire d’accueil et qui amenaient à penser que ces jeunes docteurs auraient de grosses difficultés d’intégration pour le poste convoité. Dommage pour eux.
Après avoir traité ces derniers dossiers, j’ai eu à évaluer un article proposé à une revue scientifique internationale qui m’a choisi pour faire partie de son comité de rédaction. Ouille ouille ouille, une catastrophe, cet article ! Tout avait l’air brouillon, de la présentation au style, pas de respect de la typographie, plein de fautes et, surtout, cette proposition d’article n’avait aucune pertinence scientifique. Je ne suis pas parvenu à trouver quelque chose à sauver dans ce fouillis. Too bad again.
Je suis ressorti un peu amer du laboratoire. Faire avancer la science, c’est aussi séparer le bon grain de l’ivraie.
Pas grand monde dans le tramway. J’ai trouvé une place libre, isolée, idéale pour poursuivre ma lecture des critiques de livres dans le dernier Bifrost. Un peu plus tard, le tram s’est retrouvé plein. J’ai cédé ma place à une vieille dame. Ouais, j’ai fini ma journée par une bonne action. Je ne suis pas si méchant, hein ?


Vendredi, le 9 janvier 2009
L comme « livre »
Je suis quelqu’un d’organisé. Si, si. Tous mes livres – qu’ils soient des romans, des recueils de nouvelles, des numéros de revues ou autres – sont recensés dans un fichier. Outre les informations classiques que sont les noms et prénoms des auteurs, les titres, les éditeurs et années de parution, j’ajoute dans ma base des éléments présentant quelque utilité, comme s’il s’agit d’un texte dédicacé, et surtout si ce livre a été prêté, et si oui, à qui et quand. De la sorte, je ne perds plus mes livres... tout en les prêtant à mes amis avec plaisir, assuré de les retrouver.
Hier soir, j’ajoutais mes trois derniers achats livresques à la liste, et j’étais resté bloqué sur la lettre « L » : la Vie en sourdine de l’excellent David Lodge (Rivages, 2008), et deux petits opus, des recueils dédicacés écrits par des amis, à savoir le Passe Rêve de Markus Leicht (Le Songe des Murènes, 2008) et Espaces insécables de Sylvie Lainé (Les 3 souhaits, 2008).
Espérons que je puisse un jour ajouter une ligne à la lettre suivante... j’aimerais bien qu’un éditeur soit intéressé par mon propre roman.


Vendredi, le 18 avril 2008
Albert / Leonard
C’est bizarre, mais chaque fois que j’écoute la terrible – mais terriblement belle ! – chanson Everybody knows, je ne peux m’empêcher de penser au roman Belle du Seigneur.
J’ai mis du temps à comprendre la raison de cette curieuse association d’idées : dans mon esprit, le même talent pour peindre la vie d’une noire poésie produisait une confusion entre les deux non-frères Cohen, Leonard et Albert...


Mercredi, le 23 janvier 2008
Anticipation, anti-, si, passions
Pff...
À la moitié du film Impostor de Gary Fleder (inspiré de l’œuvre de Philip K. Dick), je me doutais bien – malgré la chute à rebondissements – de qui était le réel imposteur.
Dans l’improbable Alien vs. Predator de Paul W. S. Anderson, il ne m’a pas fallu plus de 10 minutes pour imaginer quel personnage allait être le survivant.
Et dans la nouvelle PV de Lucas Moreno, au sommaire du numéro 49 de Bifrost (qui vient juste de paraître, un numéro spécial Robert Silverberg), dès la quatrième page, au moment où le personnage principal se demande ce que veut dire l’énigmatique inscription « P V », j’avais eu une idée assez nette de la signification de cet acronyme... et cette hypothèse, dévoilée 10 pages plus loin, s’est avérée être la bonne.
Bref, aucune surprise ! Ou si peu...
Mes connaissances et capacités de raisonnement – par déduction, induction, analogie ou autres – me gâchent de plus en plus le plaisir de la découverte et l’émerveillement face à la nouveauté.
Merde alors : je suis en train de perdre le regard d’enfant que je portais sur le monde...


Samedi, le 22 septembre 2007
Les contraintes créatrices
Je suis d’accord avec David et Umberto. (Attention, article long, plus de 1500 mots, mais ça compense le fait que mon dernier billet date du début de la semaine...)
J’ai terminé depuis peu Dans les coulisses du roman, le dernier essai de l’excellent écrivain britannique David Lodge. Dans ce livre fort instructif, Lodge commence par raconter l’histoire mouvementée de l’écriture et de l’accueil par le public de L’auteur ! L’auteur !, sa biographie romancée d’Henry James (parue en 2005 en France), histoire mouvementée en effet car, peu avant la sortie de son roman, un autre (a priori très bon) livre était malencontreusement paru en Grande-Bretagne traitant du même sujet...
Le chapitre de l’essai de Lodge qui m’a cependant le plus interpellé concerne l’histoire de l’écriture du Nom du la rose d’Umberto Eco (roman paru en 1980 en Italie et en 1982 pour la traduction française), livre dont Eco lui-même avait déjà parlé dans son essai Apostille au Nom de la Rose (1983).
À l’origine, Eco voulait placer son histoire dans l’Italie contemporaine, mais il a finalement choisi la fin du Moyen Âge, a repris des éléments classiques du roman policier en situant l’intrigue principale dans un lieu isolé (une abbaye) et, tout en produisant un texte érudit qui continue de faire le délice des intellectuels, a rendu un hommage appuyé à Conan Doyle – dont l’œuvre a connu et connaît encore un incontestable succès populaire – à travers son héros détective (qui a d’ailleurs pour nom « Guillaume de Baskerville », comme le fameux chien). Pour Eco, la construction du roman s’est effectuée à travers l’apparition d’un ensemble de contraintes créatrices afin de garder toute sa cohérente, ainsi l’histoire devait-elle se dérouler au cours du XIVe siècle, dont il était peu familier (Eco maîtrisait davantage les XIIe et XIIe siècles) puisqu’il fallait que l’esprit philosophique de Roger Bacon et Guillaume d’Occam (dont est animé le héros) ait existé au temps du récit, ou encore l’abbaye devait-elle être située en altitude afin de faire coïncider deux éléments temporels, le premier concernant un événement non fictif (ayant eu lieu en novembre 1321), le second un effet du roman (un cadavre retrouvé la tête enfoncée dans du sang de cochon – en référence à l’Apocalypse –), ce qui n’était possible qu’en hiver (en une autre saison, il était trop difficile de conserver la viande de cochon avant de pouvoir la préparer, et les cochons n’étaient ainsi abattus que par temps très froid) ou un peu plus tôt dans les lieux situés en altitude.
Je reprends les propos de David Lodge dans Dans les coulisses du roman (Rivages, 2007) traduits de l’anglais par Marc Amfreville, à la page 261 :

En d’autres termes, pour raconter une histoire, il faut construire un univers qui a une relation cohérente et logique avec le monde réel, le défi pour le romancier consiste à explorer et à développer sa ou ses idées de récit à l’intérieur de ces contraintes. Les relations entre l’univers fictionnel et le monde réel ne requièrent pas nécessairement l’imitation réaliste (l’allégorie, par exemple, entretient avec le monde réel une relation logique cohérente mais sans aucun caractère réaliste) ; toutefois, pour ce qui concerne Le Nom de la rose, c’est le cas.

Avec mon ami auteur Jean-Jacques Girardot, nous avions rencontré le même type de phénomène lors de l’écriture de notre nouvelle intitulée « Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... » (parue en 2003 dans l’anthologie Passés recomposés, sous la direction d’André-François Ruaud, aux éditions Nestiveqnen).
Tous deux chercheurs en informatique dans le « civil » et spécialisés en hard science-fiction, je n’imaginais pas que ma collaboration avec Jean-Jacques Girardot se jouerait sur le registre du steampunk, cette science-fiction essentiellement située à l’ère victorienne ou édouardienne qui présente un univers différent du nôtre à travers quelques traits distinctifs, tels l’apparition d’éléments fantastiques, ou bien à travers l’énergie qui n’est plus associée à l’arrivée de la fée électricité mais à des sources différentes comme une intensification de la force caractéristique de la révolution industrielle qu’était la machine à vapeur (d’où vient d’ailleurs le terme steam au lieu du cyber de cyberpunk).
Puisque nous avions l’opportunité de proposer un texte dans une anthologie uchronique, et donc de travailler sur une histoire à la structure cohérente mais décalée de l’Histoire (véritable) par l’apparition d’un événement non réel (ou la non production d’un fait historique avéré), Jean-Jacques m’avait fait part de son envie de se laisser guider par des éléments inspirés par ses lectures de jeunesse. Il souhaitait ainsi retrouver dans notre texte la société de dirigeables ABC décrite par Rudyard Kipling – le célébrissime auteur du Livre de la jungle (1894) – dans ses nouvelles « As Easy as ABC » ou « With the Night Mail », mais aussi désirait employer un personnage de fiction inventé par sir Arthur Conan Doyle, à savoir le professeur Challenger (le héros du Monde perdu, un peu moins connu il est vrai que Sherlock Holmes).
Tout d’abord, les propositions de Jean-Jacques m’avaient assez déconcerté. N’étant pas de la même génération que lui, je n’avais pas eu ce genre de lectures durant mon enfance, et je me sentais un peu mal à l’aise à manier un univers issu d’un matériel littéraire que je ne maîtrisais pas. J’ai pourtant lu les quelques textes proposés par Jiji, rafraîchissants comme des bonbons acidulés, et – de mon côté – j’ai fait des recherches sur la période du début du XXe siècle pour apporter ma propre pierre à l’édifice que nous construisions, et je suis tombé sous le charme de cette époque où bouillonnaient de nouvelles visions scientistes du monde. L’image à laquelle tenait Jean-Jacques était celle d’un dirigeable s’arrimant à la tour Eiffel. Nous avions donc une contrainte de lieu, Paris, et une contrainte de date, après l’Exposition universelle de Paris de 1889. Des auteurs passionnés avaient analysés les textes de Conan Doyle et avaient situé la rencontre du professeur Challenger et du journaliste Malone (au cours du Monde perdu) vers 1905. Il fallait donc que l’histoire ait lieu un peu plus tard, et comme nous pensions que l’Exposition universelle était un événement qui aurait bien pu s’accompagner d’une rencontre entre des hommes de sciences de tous les pays, nous avions imaginé une nouvelle exposition à Paris en 1909 (au lieu de celle qui eut lieu à Seattle). Le contexte politique trouble à la veille de la Grande Guerre (au sein des grands pays d’Europe, ou dans leurs colonies) que connaissait l’année 1909 était intéressant à plus d’un titre et nous permettait de mettre en avant un certain nombre d’événements différents de l’Histoire, ces différents faits étant des conséquences de la divergence uchronique que nous avions située quelques années plus tôt. Clin d’œil à Sherlock Holmes, nous avions aussi mis en place un lieu clos où un crime avait été réalisé (le meurtre et la disparition de l’équipe lyonnaise du docteur Claudius Regaud dans l’École militaire du Champs de Mars où étaient consignés tous les savants). Il était vraiment très curieux de se rendre compte que plus nous faisions des recherches pour ancrer notre histoire dans le réel (tout en considérant les effets possibles de la divergence uchronique que nous nous étions imposés), bien que des contraintes se soient mises en place, l’essentiel des informations trouvées avaient plutôt une vertu créatrice et nous donnaient plein d’idées pour rebondir au niveau de l’intrigue. C’était impressionnant : plus nous grattions le passé, plus nous découvrions des personnages historiques ou des événements réels qui ne faisaient que renforcer nos idées d’un passé alternatif qui aurait pu se produire.
Pour les lecteurs intéressés, vous trouverez l’article retraçant de façon plus détaillée cette histoire de création littéraire sous forme papier dans « Le steampunk, une machine littéraire à recycler le passé », parue dans La Science-Fiction dans l’Histoire, l’Histoire dans la Science-Fiction, Actes du Colloque, Nice – 10-11-12 mars 2005, dir. D. Terrel, Revue Cycnos, Volume 22, Numéro 1, p. 55-66, 2005 (en collaboration avec Jean-Jacques Girardot) ou directement sous forme électronique ici.
Néanmoins, même si écrire est une activité passionnante (je commence à avoir à présent assez de matière pour donner une suite à cette nouvelle, j’attends avec impatience que Jean-Jacques soit un peu plus disponible pour se lancer dans l’aventure), et qu’il est tout aussi plaisant de lire les romans de David Lodge et Umberto Eco que leurs essais, il faut malgré tout ne pas se leurrer : il y a de moins en moins de lecteurs (en dehors de quelques phénomènes moutonniers de PotterMania touchant essentiellement le jeune public) et paradoxalement de plus en plus d’auteurs, pas nécessairement de talent... C’est ainsi que les derniers éditeurs publiant de la littérature de l’imaginaire ne proposent plus vraiment de science-fiction ambitieuse, je n’ai réussi à en trouver aucun capable de miser un kopeck sur quelqu’un qui, comme moi, cherche à faire publier un roman exigeant transcendant les genres de la science-fiction, de l’espionnage et du thriller, un texte qui va de la hard science fiction jusqu’aux interprétations ésotériques de la Bible tout en passant par la critique sociale.
Las, cela ne m’empêchera pas d’écrire, même si je ne rencontre mon public que par l’intermédiaire de ce site Web.


Lundi, le 17 septembre 2007
Rencontres ambigrammées (sens dessus dessous)
Samedi soir s’est déroulé le Lyonnacolo, une rencontre science-fictive franco-italienne organisée par les Lyonnes de la SF.
Un peu avant 17 heures, j’arrive à Temps Livres, l’antre de Markus Leicht, où se trouve déjà Georges Bormand. Un peu plus tard, d’autres gens arrivent : des Français, des Italiens, un Espagnol... Nous collons des étiquettes (« I speak English » et « Je parle français » dans mon cas) sur nos badges. Là, trop la classe : je sors mon propre badge avec mon pseudo « Méreste » sous forme d’ambigramme (celui-ci). Les gens ne peuvent s’empêcher de tourner mon badge à l’envers parce que ça les intrigue...
Notre petite troupe quitte la boutique en laissant Markus, qui a l’air bien fatigué, et qui ne nous rejoindra pas pour la soirée, dommage. Il y a aussi d’autres absents : Franco Ricciardiello ne pourra pas venir. Et m... ! J’avais prévu de lui faire signer deux bouquins amenés tout exprès, dont Passés recomposés où se trouve également une de mes nouvelles : il était l’un des derniers auteurs de cette anthologie dont je n’avais pas encore la dédicace...
Nous passons auprès des bouquinistes du quai de la Pêcherie, puis traversons la Saône, quai Fulchiron, pour aller chez le Père Penard. Mon sac est prêt à exploser... j’ai emporté ma trousse de toilette et un minimum de vêtements (mon petit frère lyonnais a prévu de m’héberger pour la nuit). Par conséquent, avec les livres déjà emportés, les « nouveaux » bouquins (d’occasion) achetés, ça n’va pas l’faire...
Un peu plus de 19 heures, nous arrivons au Café de la Cloche. Nous retrouvons d’autres gens, dont Sylvie Lainé, une amie qui faisait – comme moi – partie de la Gang, au début des années 2000 (ben mince, ça semble super loin, dit comme ça !). Sylvie sera invitée à la prochaine convention nationale de science-fiction, l’OliCon, dont je suis l’un des organisateurs. Je lui montre l’ambigramme que j’ai fait à partir de son nom :
Sylvie Lainé

Ça a toujours quelque chose d’étonnant...
À propos de l’OliCon qui aura lieu à Nyons en 2008, l’auteur René Barjavel (né dans cette ville) fera partie du programme à travers une table ronde lui étant consacrée (et que votre serviteur se devra de modérer) et où participera, outre Sylvie (ah, tu n’étais pas au courant ?), Pierre Creveuil, l’un des principaux animateurs du barjaweb, le site Web le plus complet sur ce grand monsieur.
Hop, voici l’ambigramme que j’ai fait pour Pierre :
Pierre Creveuil

Appelé par la faim, nous rejoignons une crêperie, et je fais la connaissance de Gilles Massardier, un éducateur spécialisé (mais portant aussi bien d’autres casquettes !) qui est l’auteur de quelques petits textes de SF, dont celui-ci. Le personnage est fort intéressant, et comme c’est un « voisin » saint-chamonais, plutôt que de passer la nuit chez mon frère, il s’est proposé de me raccompagner à Saint-Étienne et nous avons pu poursuivre sur le chemin du retour vers la Loire la discussion que nous avions entamée au restaurant puis en revenant au café.
Voici ce que donne son nom en ambigramme :
Gilles Massardier

En résumé, cette soirée Lyonnacolo s’est passée de manière assez curieuse, je n’ai pas tellement eu l’occasion de discuter avec les amateurs italiens de science-fiction (je ne me suis pas retrouvé à côté de l’un d’eux, à table ou au café), mais pas de réel regret : j’ai retrouvé des anciens amis et fait la connaissance de personnages intéressants, tel Gilles, même s’il était bizarre de se rencontrer à Lyon alors que la distance qui sépare Saint-Étienne de Saint-Chamond n’est que d’une douzaine de kilomètres...


Jeudi, le 26 juillet 2007
Ressources
Achats compulsifs. Hier, une razzia à la Fnac (plein de bouquins de David Lodge et un essai en neuropsychologie). Puis, de retour chez moi, plus d’un dixième de mon salaire mensuel est parti en commande en ligne d’outils et de pierres afin de poursuivre mes activités de sculpture...
Whouf !
Et puis, en soirée, l’ordinateur s’arrête, ainsi que toutes les lumières. Panne d’électricité. Je réouvre les volets, allume quelques bougies... plus d’électricité dans tout l’immeuble. Je vais voir à l’extérieur... et remarque une note scotchée sur la porte d’entrée : en raison des travaux, coupure prévue entre 20 heures et 23h30.
Je rentre chez moi et essaie de profiter des dernières lueurs du jour pour avancer une nouvelle de Lodge, mais il est très difficile de lire, même à l’aide de plusieurs bougies. Bon, eh bien, je vais au moins dormir longtemps cette nuit... C’était sans compter les lumières qui se sont rallumées vers 22 heures.
Le lendemain matin, une autre surprise : plus d’eau. Ah, l’horreur, maudits travaux ! Impossible de vivre sans pouvoir prendre sa douche, tirer la chasse d’eau, se laver les dents. De l’évian pour faire du thé au petit déjeuner. Je regarde mon stock de bouteilles d’eau. Est-ce que cela sera suffisant pour faire un semblant de toilette ? L’eau revient vers 10 heures, juste de quoi faire la vaisselle... puis ne coule plus. Une heure à patienter avant que ne parvienne un filet saumâtre... pas très engageant, puis une eau incolore, en gros flot, comme d’ordinaire.
Ces petits moments de privations ont quand même le mérite de nous permettre de relativiser sur l’emploi des ressources, foutus citadins privilégiés que nous sommes... Sur cette planète, combien de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable, à l’électricité, à des livres ou d’autres formes de culture ?


Vendredi, le 11 mai 2007
La blaguounette de fin de semaine
Voici une histoire drôle que racontait mon prof de philosophie de l’esprit et qui m’est revenue, comme ça, en lisant Perronik l’idot, roman écrit par l’ami Markus :

Dans un coin perdu de la campagne irlandaise, un brave homme se promène et rencontre une vieille dame courbée sous le poids du bois sec qu’elle ramène de la forêt.

"Holà, ma bonne dame", lui dit-il, "voilà qui est bien trop lourd pour vous ! Allez, libérez-vous votre fardeau, je vais le porter jusqu’à chez vous..."

La mamie le remercie vivement et lui passe son fagot. Le chemin est long et pénible, mais notre brave gars ne se plaint pas malgré la peine. A un moment, il traverse à gué un cours d’eau mais la vieille dame s’arrête devant celui-ci.

"Oh, jeune homme, la planche qui sert de pont a encore été emportée ! Jamais je ne pourrais rejoindre l’autre rive. Si je mets les pieds dans la rivière, le courant va emporter mes sabots et jupons..."

Notre bonhomme, compréhensif, pose le bois au sec, retraverse le gros ruisseau pour rejoindre l’autre rive, maintient la vieille dame sur son dos d’une main et prend les sabots de l’autre, et traverse à nouveau la rivière. Il la dépose ensuite au sol, la grand-mère peut chausser ses sabots, il se charge du bois, et ils poursuivent leur route jusqu’à une chaumière.

A peine arrivés, voilà que la vieille dame se transforme en fée !

"Tu es un homme bon", lui dit-elle. "Pour m’avoir aidé à franchir la rivière et pour avoir transporté mon bois, je t’accorde deux voeux. Que désires-tu ?"

L’homme réfléchit mais ne sait pas trop quoi répondre.

"Que veux-tu ?" redemande la fée.

"Euh, j’ai soif..."

Aussitôt, la fée fait apparaître une chope de bière remplie d’une excellente guiness. Notre homme met le breuvage à la bouche, s’apprête à la vider d’un trait comme il en a l’habitude, mais le niveau de celle-ci ne bouge pas...

"Tu as droit à un deuxième voeu", lui rappelle la fée. "Que désires-tu ?"

Notre homme, comprenant que la chope est magique et qu’elle ne se videra jamais de son précieux nectar, s’exclame aussitôt : "Oh, mais cette chope est fantastique. J’en veux une deuxième comme ça !"




Mercredi, le 28 mars 2007
Une grenouille et des agents secrets dans une uchronie 60’s
Neurotwistin’ de Laurent Queyssi, voilà un livre qu’il est bien : une grenouille génétiquement modifiée devient auteur de romans à la OSS 117 ou James Bond 007. Mais cette grenouille, malgré son succès populaire, n’est vraiment pas heureuse : elle se morfond de ne pas être homme, alors qu’elle a pourtant des sentiments bien humains...
Neurotwistin’ est le premier roman de Laurent "Mars Hotel" Queyssi (dont on retrouve le blog ici, ou qu’on retrouve sur Myspace là) qui, bien que se trouvant encore en "vrai" papier en librairie ou sur le site de son éditeur, les moutons électriques, (ou même dans ma propre bibliothèque !) peut maintenant se trouver également sous forme de fichier PDF sur le site de l’éditeur ici. On peut aussi écouter le monsieur causer de ses projets d’écriture . A lire, voir et entendre 


Dimanche, le 25 mars 2007
De l’avantage d’avoir une semaine éprouvante
Semaine très chargée, niveau boulot. Du coup, je me retrouve le samedi sur les rotules... enfin, cela ne reste qu’une expression pour moi, parce qu’après ça, mes genoux sont encore un peu douloureux.
Samedi, après le retour du club de sport et des courses, cela n’a été que du travail pour le boulot... intéressant, certes, mais j’avais plein d’autres choses prévues et non réalisées, telles que la recherche de nouveaux éditeurs pour mon roman, l’impression de mon manuscrit (plus justement "tapuscrit", de par le fait) et le tour des boutiques d’arts plastiques.
Super fatigué après cette journée studieuse, je n’ai fait qu’un tour sur les sites des copains sur MySpace avant de me coucher très tôt, tant pis pour le festival du cinéma hors frontières et la soirée italienne (deux films dont Romanzo criminale, plus un buffet italien, dommage d’avoir loupé ça).
Mais... dimanche matin, après une bonne nuit de sommeil, j’ai une excellente forme, je digère sans problème le changement d’heure, je fais plein de trucs avant de partir en fin de matinée au cinéma voir les fameux 300 de Snyder (d’une remarquable fidélité par rapport à la BD de Miller, mais pas trop par rappory à l’Histoire), puis je me laisse aller à des nouvelles recettes culinaires (j’avais toujours prévu de préparer des sot-l’y-laisse depuis que j’avais vu le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jeunet au ciné, c’est maintenant chose faite).
Allez, encore un peu de boulot, et je me lance enfin dans la veille technologique pour dénicher l’éditeur de thriller susceptible d’être intéressé par mon bébé, et je fais chauffer l’imprimante !


Mardi, le 6 février 2007
Après Fiction Spécial, le Fiction W !
L’excellente maison d’éditions les moutons électriques vient de sortir un numéro spécial (et promotionnel) de sa revue Fiction.
On le trouve en téléchargement gratuit ici
Y’a bon !


Mardi, le 23 janvier 2007
Anges et vieux démons
Reçu hier, dans ma boîte aux lettres (car je suis abonné, si si...) le dernier numéro en date (le 45) de la revue Bifrost. Et dedans, pages 101 et 102, une critique de l’anthologie les Anges électriques par Thomas Day.
D’ordinaire, ça déménage sec quand cet écrivain joue au critique (surtout quand il endosse le pseudonyme collectif de « Cid Vicious » !) mais, même en signant son article sous son nom de plume, cela ne l’empêche pas de tailler dans cette anthologie parfois à la hache, et pas nécessairement sans raison. Quand on arrive à la nouvelle écrite par votre serviteur, cela donne :
« (...) Seule bonne surprise francophone, Fabrice Méreste, qui frôle l’excellence, avec un texte trop sensuel pour être qualifié d’eganien, même s’il y a un peu de Greg Egan dedans ; dommage que la chute, qui pourrait être facilement considérée comme un tract catho anti-avortement, ajoute au texte une morale nauséabonde. »

Euh, que dire ? Bon, il y a du compliment, certes, et on me rapproche inévitablement de Greg Egan parce que j’écris de la hard science sur la problématique de la nature de la conscience. Cependant, cette thématique n’est pas l’exclusivité de l’auteur australien car, étant chercheur et ayant une formation en sciences cognitives, il n’y a rien de plus normal à ce que j’aborde aussi le problème de la nature de l’esprit. D’ailleurs, mon ami et compagnon de plume Jean-Jacques Girardot était aussi considéré comme « eganien » dans certains de ses textes.
La fin de la critique de Thomas Day est plus difficile à interpréter avec son conditionnel ambigu. Me prendre pour un catholique intégriste adepte d’une position anti-avortement est ridicule (il suffit de me connaître). Ma nouvelle « des Ailes dans la tête » aborde cependant la question des cellules souches, un sujet sensible auquel j’ai tenté de donner une réponse optimiste : quand des cellules embryonnaires, voire fœtales, ne peuvent donner lieu à la constitution d’un nouvel être en raison des circonstances, au moins peuvent-elles avoir une utilité pour des individus qui en auraient un besoin vital. À ce titre, cela rejoint l’idée plus générale du don d’organe, et on peut déjà retrouver des éléments similaires dans la fin métaphorique de l’étonnant film québécois Jésus de Montréal de Denys Arcand (1989).


Dimanche, le 17 décembre 2006
Un de plus
Jeudi matin, grand moment : j’ai posté mon roman à un éditeur. Des heures de travail, des années de maturation, des espoirs et des déceptions, et voilà enfin mon bébé envoyé entre les mains du comité de lecture. Croisons les doigts...
Vendredi, préparation des gâteaux destinés au lendemain matin. Plus tard, je me suis retrouvé à Lyon avec l’ami Jean-Jacques Girardot à l’occasion de la soirée culturelle, littéraire et festive organisée par Sylvie. Moment vraiment Très sympa. Discussions plaisantes avec les anciens de la (et non « le ») Gang, ainsi que Jean-Marc Ligny, Patrice Duvic (qui m’a donné des idées d’éditeurs à qui proposer mon thriller si jamais la maison d’éditions à qui j’ai proposé mon texte le refuse), j’ai fait dédicacer quelques ouvrages et j’ai eu moi-même l’occasion de dédicacer quelques exemplaires des Anges électriques où se trouve ma nouvelle « des Ailes dans la tête ». Quelques photos sur le blog de Markus Leicht.
Samedi matin, réveil avec un an de plus. Mauvaise nouvelle en partant faire du sport, chargé de mes gâteaux faits maison et bouteilles de jus de fruits et d’alcool : pas de tram ni de bus en raison de la grève. Eh meeeeeeeerdeeeeeeee... Fort heureusement, je ne suis pas arrivé en retard à mon club de sport, mais ma promenade imprévue chargée comme un mulet a remplacé le temps que je comptais passer sur le step. Nous avons bien transpiré et les gâteaux Bagdad et pomme-amande (ce dernier étant cuit au four à micro-ondes) accompagnés de clairette de Die et de crémant d’Alsace nous ont permis de récupérer les calories brûlées durant l’effort. Arf !
Et puis ce fut la course pour faire tous les magasins, la fromagerie de la Préfecture, Centre 2 avec un retour chargé de bouteilles, les pains rustiques de Paul, le marchand de primeurs, les gâteaux d’anniversaire commandés chez Nelson, l’épicier du coin... tout ça en ne pouvant circuler qu’à pied. Gnurf.
Samedi soir, tout était à peu près prêt (j’étais en train de finir de préparer mes toasts) quand est arrivée la première invitée, suivie de peu par des Lyonnais (famille et amis) et mon appartement s’est rempli petit à petit. Soirée vraiment très chouette, j’ai été gâté par tout le monde, et bien entendu j’ai prévu à boire et à manger avec excès, j’ai de bonnes réserves de bouteilles (une pseudo-cave avec un éventail acceptable de rouges, blancs et vins pétillants, mais pas de rosé, beuh) et mon réfrigérateur est encore plein à craquer. Le lendemain a été un peu violent. Non, pas de gueule de bois, j’ai été raisonnable même si je n’ai pas dédaigné le très agréable pinotage sud-africain (moi qui d’ordinaire n’aime pas trop le rouge) et l’excellent gewurztraminer vendanges tardives, il se trouve simplement qu’il y avait beaucoup de vaisselle et encore pas mal de choses à ranger et nettoyer. Mais avec un peu de courage, tout a pu rentrer dans l’ordre et j’ai à présent plein de nouvelles choses à lire, voir et entendre avec tous les cadeaux de mes invités... Yes !


Vendredi, le 27 octobre 2006
Le monde est parfois mal foutu, et parfois bien quand même
La semaine prochaine, je vais aller à Bordeaux dans le cadre de mon métier-que-j’aime-bien. Trois jours de pris pour voir un étudiant pendant 3 heures, normal avec le train qui met 10 heures pour faire le trajet aller (et autant retour), normal que ce soit pendant les vacances car, autrement, comment pouvoir dégager trois jours d’affilée ?
Pas de problème, me suis-je dit, je vais pouvoir travailler sur mon roman dans le train, c’est sympa. Et, en plus, je vais pouvoir retrouver à Bordeaux des connaissances.
Mais... et meeeeeeeerdeeeeeee, les copains que j’avais prévu de voir n’y seront pas. Déjà, il y a les Utopiales à Nantes au même moment, donc tant pis pour voir M’sieur Queyssi. Par ailleurs, l’ami Francis Valéry (qui a mis en ligne son weblog et sa boutique) animera un spectacle avec sa copine dans la région stéphanoise (un comble). Donc je serai soli-solo à Bordeaux, dommage.
Ouais, parfois, dans la vie, ça ne l’fait pas.
Autre annonce, le frangin Ugo Bellagamba s’est lancé dans l’organisation de la convention de SF de 2008 qui aura lieu à Nyons (dans la magnifique Drôme provençale). J’y serai, bien sûr (je viens d’envoyer mon bulletin d’inscription à Ugo) et je devrais normalement présenter quelque chose sur René Barjavel et animer une table ronde. Ça sera bien marrant.
Enfin, à partir de demain, le samedi 28 novembre, vous devrez trouver l’anthologie les Anges électriques dirigée par A.-F. Ruaud dans toutes les bonnes librairies, avec dedans un texte-qu’il-est-de-moi-et-qu’il-est-top-bien.
Dans la vie, ça l’fait quand même, après tout...


Vendredi, le 20 octobre 2006
Fugit irreparabile tempus / sic transit gloria mundi
Plus beaucoup de temps entre le boulot (réunions, séminaires, cours et inévitables tâches administratives), le club de sport et la piscine (parce que je le vaux bien), l’atelier d’arts plastiques (avec la création d’une nouvelle pièce s’inspirant de la sculpture dont je parle dans ma dernière nouvelle) et l’écriture de mon roman...
En plus, je serai injoignable ce week-end pour cause de Fête du Livre à Saint-Étienne avec un programme très alléchant. Parmi les rencontres littéraires prévues, il y en a une qui porte sur « comment fabrique-t-on des best-sellers ? »
Voilà de quoi piquer la curiosité !


Mercredi, le 11 octobre 2006
Je suis... aux anges !

Hier, je suis allé récupérer un colis à la Poste. À l’intérieur, mes exemplaires d’auteur de l’anthologie dirigée par A.-F. Ruaud intitulée les Anges électriques, Fiction Spécial, tome 1, publiée chez les moutons électriques éditeur.
Outre « Des ailes dans la tête », le très joli (si si !) texte de votre serviteur, vous trouverez des nouvelles de Jean-Pierre Andrevon, Richard Kearns, Jean-Louis Trudel (blog), Kelly Link (site officiel), René Beaulieu (blog), Rhys Hughes (blog), Paul Di Filippo (site officiel), Jean-Jacques Girardot, Christian Vilà, Jamil Nasir, Johan Heliot, Xavier Mauméjean, Fabio Nardini, Sylvie Denis, Roland Fuentès (blog), Andrew Weiner ainsi qu’un article d’André-François Ruaud (blog) et des illustrations de Letizia Goffi et Sébastien Hayez.
Disponible dès maintenant sur le site de l’éditeur et à partir du 27 octobre 2006 en librairie ou ici ou .


Lundi, le 20 mars 2006
Ma vie est un roman : 5. Autour de la Méditerranée
Ici, l’incipit place directement le roman dans son contexte. Il s’agit d’un livre que je n’ai pas encore lu mais qui est sur le haut de la pile de ceux que je devrais lire. Pour l’instant, je n’ai pas encore été convaincu par cet auteur classique car la lecture d’un de ses romans, étudié en classe de seconde, m’avait été si fastidieuse que je ne l’avais pas achevé, événement qui ne m’était jamais arrivé auparavant. Maintenant que j’ai deux fois l’âge que j’avais en seconde, je pense que je serais sans doute un peu plus résistant et que je pourrais à nouveau m’intéresser au sort de cette infortunée mariée à un insignifiant médecin de province.

C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar.


Aujourd’hui, de l’antique cité, il ne reste que des ruines, mais un peu d’imagination permet de se donner une idée de la grandeur d’un peuple qui a failli terrasser Rome. Je suis en ce moment en train de terminer la Dame des abeilles de Thomas Burnett Swann qui se déroule au temps mythique de la construction de la cité, dans l’alliance des troupes de Didon la phénicienne (l’actuel Liban) et d’Énée, rescapée de la destruction de Troie (dans l’actuelle Turquie) par les Grecs après des années de siège. Les bords de la mer Méditerranée ont vu naître et mourir des villes, des royaumes, des nations, des religions et des civilisations dont nous sommes héritiers. Même si je n’ai rien de très méditerranéen, du moins dans mon physique, j’ai toujours été fasciné par cette mer, que ce soit depuis le sud de l’Europe, le Proche-Orient ou le Maghreb, mon mode de pensée est un cartésianisme latin métissé, et mes grandes amours puisent leurs racines en Afrique du Nord ou en Italie...
Pour ceux qui n’ont pas trouvé d’où est tiré l’incipit, laissez reposer votre curseur ici.


Dimanche, le 5 mars 2006
Ma vie est un roman : 4. Déménagement
L’incipit de la semaine n’est pas très caractéristique du roman. Il faut attendre la troisième phrase pour voir apparaître le nom du héros, la quatrième pour supposer qu’il s’agit de science-fiction et la cinquième phrase pour ressentir un certain malaise. Le titre est une date.

C’était une journée d’avril froide et claire.


Je ne sais si la fin de l’hiver sera froide mais je me trouverai à ce moment-là dans mon nouvel appartement. Il est un peu moins clair que le loft que j’occupe encore jusqu’à la fin du mois de mars et il a sans doute un peu moins de charme (mon appartement actuel a un haut plafond, des murs recouverts de chaux vénitienne, du parquet à bâtons rompus et de grandes fenêtres donnant sur une bonne partie du ciel depuis le quatrième étage), pourtant je sens que je vais me plaire dans cet espace plus grand et plus fonctionnel, avec son chouette salon et ses pièces qui deviendront ma chambre, mon bureau-bibliothèque et mon atelier de sculpture. Je vais avoir les clés dans dix jours et j’aurai deux semaines pour déménager...
Pour ceux qui n’ont pas trouvé d’où est tiré l’incipit, laissez reposer votre curseur ici.


Samedi, le 25 février 2006
Ma vie est un roman : 3. Salut bisamme, ich bin a Elsasser
L’incipit du jour (ou de la semaine) est celui des Particules élémentaires de Michel Houellebecq...

Ce livre est avant tout l’histoire d’un homme, qui vécut la plus grande partie de sa vie en Europe occidentale, durant la seconde moitié du XXe siècle.

Étant né au cours des années soixante-dix, j’espère quand même vivre bien davantage dans le siècle suivant, le XXIe... Je suis né à Strasbourg, l’une des trois capitales européennes. J’ai passé presque toutes mes premières années (jusqu’à la moitié des années quatre-vingt dix) en Alsace avant de m’établir en région Rhône-Alpes. Bien qu’étant né de parents originaires d’Alsace et ayant un patronyme germanique, je ne connais que des bribes du dialecte alsacien, je n’ai jamais réellement eu l’accent régional (qui n’est finalement pas pire que l’accent stéphanois, ch’ti ou méridional) et je n’apprécie que très peu le folklore alsacien. Cependant, je reste fidèle à mon tempérament alsacien par plusieurs caractéristiques dont l’intérêt pour les autres cultures (Strasbourg est une accueillante cité carrefour au sein de l’Europe, son nom signifie d’ailleurs « la ville des routes ») et le goût de la bonne chère (la nourriture y est peut-être un peu trop riche mais succulente et convient bien à la rigueur des hivers alsaciens). Seulement, jusqu’il y a peu, je n’avais pas encore réussi à faire un kouglof, cette brioche caractéristique de ma région natale dont il y a autant de recettes que d’orthographes possibles...
Eh bien, voilà qui est chose arrangée depuis hier :

Après plusieurs essais malheureux dus à un mélange imparfait de la pâte, une levure mal utilisée, ou d’autres petits problèmes de préparation, j’ai enfin réussi à faire mon kouglof. Délicieux au petit déjeuner, à déguster nature ou avec cette fameuse pâte à tartiner au chocolat et à la noisette... Il y a de l’Alsace ce matin dans mon chez-moi de Saint-Étienne.


Samedi, le 18 février 2006
Ma vie est un roman : 2. les séparations
Nouvel incipit pour me raconter, celui de La Nuit des Temps de René Barjavel, un livre qui m’avait boulversé aux premiers moments de mon adolescence...

Ma bien-aimée, mon abandonnée, ma perdue, je t’ai laissée là-bas au fond du monde, j’ai regagné ma chambre d’homme de la ville avec ses meubles familiers sur lesquels j’ai si souvent posé mes mains qui les aimaient, avec ses livres qui m’ont nourri, avec son vieux lit de merisier où a dormi mon enfance et où, cette nuit, j’ai cherché en vain le sommeil.

Ce n’est jamais simple de perdre celle que l’on aimait. Lorsqu’une histoire d’amour se meurt, on regarde l’autre avec incompréhension, on se demande pourquoi on l’a aimé, ou on ne parvient pas à comprendre pourquoi l’autre nous aime encore. Parfois, quand on comprend et accepte le malentendu réciproque, on peut se pardonner mutuellement et rester bons amis. La regarder faire sa vie avec quelqu’un d’autre sans jalousie, sans amertume, et se réjouir de son bonheur, c’est possible quand on fait le deuil de la relation passée. C’est rare, mais ça m’est pourtant arrivé alors que j’avais pourtant été très amoureux d’elles. Je suis un grand lecteur, alors je sais tourner la page...


Mardi, le 14 février 2006
Ma vie est un roman : 1. le sommeil
Près de deux semaines sans donner de nouvelles.
Je vais bien mais suis très occupé ces derniers temps.
J’ai trouvé un truc : raconter un bout de ma vie à partir de l’incipit d’une œuvre célèbre ou non, d’un roman que j’ai lu, ou pas. Ici, il s’agit d’un incipit archi-connu, je n’ai lu que l’adaptation BD réalisée par Stéphane Heuet (ouh, la honte ! oui, je sais).

Longtemps, je me suis couché de bonne heure.



Et c’est d’ailleurs toujours le cas car je suis au meilleur de ma forme le matin. Comme je me réveille tôt, avant six heures, et plus souvent même avant cinq heures du matin, et que j’ai besoin de mes sept heures de sommeil, j’essaie de me coucher avant dix heures du soir (qui a dit « comme les poules » ?).
J’ai l’avantage d’avoir un excellent sommeil, de m’endormir presque aussitôt que je souhaite dormir, et de ne me réveiller que cinq minutes avant la sonnerie du réveille-matin. Toutes mes petites amies m’ont toujours envié cette particularité... et m’ont reproché le fait de ne pas être amateur de grasses matinées. Las, le monde appartient – paraît-il – à ceux qui se lèvent tôt. Tant pis pour elles.


Mardi, le 13 décembre 2005
La clé laxienne est celle du Paradis
Triste nouvelle.
Robert Sheckley, l’auteur états-unien de SF qui savait mettre une bonne dose d’humour dans ses œuvres, vient de nous quitter.
Sheckley, c’est l’auteur de pas mal de romans, de recueils, de nouvelles... C’est lui qui a écrit la nouvelle le Prix du Danger qui a été adaptée en film en 1983 avec Gérard Lanvin, Marie-France Pisier et Michel Piccoli.
Sheckley, c’est un grand monsieur que j’ai rencontré il y a de cela un peu plus d’un an, à la convention SF de l’Îsle-sur-la-Sorgue de 2004.
J’avais eu l’occasion de lui parler de l’écriture en collaboration, un thème qui m’est cher, car il avait publié la trilogie du démon Azzie avec Roger Zelazny, peu avant le décès de ce dernier. Sheckley m’avait confié ne s’être pas réellement prêté au jeu de la coécriture étant donné que, dans cette aventure, l’un s’était simplement occupé de développer un synopsis que l’autre avait pris comme base pour rédiger le texte de A à Z.
Un peu désolé d’apprendre ce demi-échec sur le procédé d’écriture en collaboration, je lui ai alors fait part de mon idée qu’écrire à deux, quand cela fonctionne, produit quelque chose qui n’est le reflet ni de l’un ni de l’autre des auteurs, mais une nouvelle entité unique qui va vivre sa propre histoire, un peu comme un enfant.
À cet instant, nous nous sommes regardé en souriant, imaginant tous deux que les textes écrits en collaboration auraient pu être l’œuvre d’un auteur virtuel, un individu ayant les traits de chacun des co-auteurs, un être impossible malgré les prospectives technologiques du clonage et des manipulations génétiques.
« Yes, it’s a child, m’avait alors confirmé Bob avec malice. It’s a magic child... »


Lundi, le 12 décembre 2005
Dont acte
Bonne nouvelle. Les actes du Colloque SF de Nice – qui s’était déroulé du 10 au 12 mars 2005 – viennent enfin de me parvenir. Ils ont été édités dans la revue Cycnos, volume 22, dans les numéros 1 et 2. Vous trouverez l’article « Le steampunk, une machine littéraire à recycler le passé » que Jean-Jacques Girardot et moi-même avons écrit dans le numéro 1, des pages 55 à 66.
En espérant que vous aurez l’occasion de le lire, que cela vous divertira tout en vous apprenant des choses... En tout cas, Jiji et moi nous sommes bien amusés en l’écrivant, presque autant que s’il se fût agi de fiction !



Dimanche, le 11 décembre 2005
Article supprimé
(..)


Mercredi, le 30 novembre 2005
Comme Phil et Arthur
Ouais, comme tout bon écrivain de science-fiction, je suis né un 16 décembre. Et pas les moindres des auteurs : ceux, entre autres, de 2001, l’Odyssée de l’Espace et de la nouvelle Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques (la base du film Blade Runner).
Meuh non, ce n’est même pas pour qu’on pense à me souhaiter mon anniversaire dans deux semaines !
Et puis, tant que j’y suis, bonne fête papa !


Dimanche, le 16 octobre 2005
Quelques mots en passant...
Ben tiens, ça fait maintenant plus d’une semaine que je n’ai pas mis de nouveau post sur mon weblog. Pourtant, des trucs, il m’en est quand même arrivé un paquet depuis.
Déjà, j’étais malade. Ça a commencé en début de semaine passée par une sensation bizarre au niveau de la gorge, puis au crâne. Puis le rhume, la grosse fatigue et la voix qui s’en va. Ouais, j’étais presque aphone, alors je réservais ma voix pour le boulot, ce qui fait que mes interlocuteurs au téléphone avaient l’impression de discuter avec le mime Marceau. Pas terrible. Aujourd’hui, ça va un peu mieux, même si je dois toujours encore pas mal tousser.
J’aurais aussi pu parler de la sortie du Tome 2 de la revue Fiction auquel j’ai modestement collaboré par le recueil des témoignages des sieurs Fabrice Colin, Ugo Bellagamba et Thomas Day, tous trois ayant expérimenté la coécriture dans leurs parcours d’auteurs.
Je pourrais aussi raconter que cela va faire bientôt trois ans que je tiens un weblog, débuté sur Blogger, poursuivi sur un site perso installé sur Free et maintenant en place ici. Le problème, c’est que les nouveaux posts s’ajoutent aux anciens sans aucun souci d’archivage et le texte brut finit à présent par atteindre le poids de 100 ko (c’est pas bien), sans compter que les anciennes archives n’ont pas été rapatriées. Et il y a aussi toute la section sculpture à reprendre, avec de meilleures photos, l’ajout de mes nouvelles créations, etc.
Bon, ben, il y a du travail ! Mais ce ne sera pas pour tout de suite car, maintenant que je retrouve peu à peu la forme et que mon temps n’est pas pris par mon job officiel, je vais poursuivre la réécriture de mon roman...


Mardi, le 19 juillet 2005
Devoirs de vacances
Bon, même si je suis en vacances (enfin, je télétravaille un peu – le minimum syndical), est-ce une raison pour délaisser ce weblog ?
Non, hein ?
Mais, quand on fait de la sculpture presque toute la journée, difficile de se mettre à l’ordinateur, parce que l’argile, ben, ça salit le clavier...
Alors, avant de partir je-ne-sais-pas-quand pour je-ne-sais-pas-où, je termine de modeler une grosse pièce en terre, j’ai imprimé les corrections de mon roman faites par un copain alors qu’il habitait la Californie (mince, cinq ans déjà que ces corrections ont été faites, il m’a fallu tout ce temps pour les digérer !) avec la ferme intention de retoucher intégralement mon manuscrit, et j’ai aussi quelques bons bouquins en stock pour me rafraîchir l’esprit (les dernières parutions des moutons électriques, L’auteur ! L’auteur ! de David Lodge, et un Amin Maalouf pour la touche d’exotisme)...
J’espère qu’en septembre j’aurais bien avancé les corrections de mon roman, que les pièces en argile sur lesquelles je travaille pourront passer au four et être peintes, et m’attaquer à une nouvelle dont le scénario trotte déjà depuis quelque temps dans ma tête...


Mardi, le 19 avril 2005
Dernières lectures
Voici un état de mes dernières lectures depuis que je suis revenu du 5e Colloque International de Science-Fiction de Nice :
  • L’Ère du Dragon de Xavier Mauméjean, Éditions Mnémos, 2003.
    Dans cette suite de La Ligue des Héros où l’arrivée de Peter Pan et du peuple de Nulle Part en plein Londres avait changé la face du monde, Xavier Mauméjean nous décrit un monde alternatif dans lequel rien ne va plus. L’intrigue débute à Pékin en 1900 où les représentants des puissances de l’Occident sont aux abois, menacés par les forces chinoises aidées des créatures de l’Internationale Féerique. Une nouvelle Ligue des Héros est alors formée pour aller à leurs secours...
    Gasp, Maumémjean est complètement fou ! Ce roman steampunk, qui joue avec brio du mélange des genres, est incroyable : jamais le lecteur n’a le temps de souffler en lisant cet ovni littéraire à la fois drôle et teinté d’une certaine ironie. L’intrigue est fouillée, avec pléthore de références réelles et imaginaires, et on sort de cette lecture tout abasourdi. Une grande claque.
  • Jhereg de Steven Brust, Éditions Mnémos, 2005.
    Vlad Taltos est un assassin. C’est un métier comme un autre qu’il exerce dans la cité d’Adrilankha où se côtoient différentes races organisées en Maisons. Mais là, Taltos, cet Oriental de la Maison du Jhereg, a un problème avec son prochain contrat : il s’agit d’un piège qui risque de déclencher la guerre entre la Maison du Dragon et celle du Jhereg...
    Univers étonnant que celui de Brust, une fantasy avec ses monstres, sa magie, sa sorcellerie, ses complots, ses combats à l’épée... et un peu de science-fiction quand même, avec un empire galactique, des pouvoirs psi, des manipulations génétiques... Vraiment rafraîchissant. [Eh merde, André, pourquoi tu m’as passé ce livre ? Si ça continue, par ta faute, je vais finir par aimer la fantasy !]
  • Fiction, tome 1, Moutons Électriques éditeur, printemps 2005.
    • « Jusqu’à la pleine lune » de Sean McMullen. Carlos, un jeune linguiste espagnol est appelé par son oncle pour participer à une enquête criminelle. En fait, de crime, il s’agit de la découverte d’une jeune femme qui semble tout droit échappée de l’âge des cavernes. Carlos tente alors de communiquer avec elle pour comprendre ce qui lui est arrivé...
      Ouah ! La première nouvelle de Fiction commence fort ! Des idées fortes vraiment bien traitées par cet auteur australien, un très grand moment de lecture.
    • « # Critical Mass in the Quantum Cathedral 1.1. », « 3.1. En plusieurs soirs d’été » et « 4.0. Kat Onoma » de Jim Dedieu.
      Euh ?... Pour les amateurs de short-short stories saugrenues.
    • « Sous terre » de Roland Fuentès. Deux hommes. Une poule. Une taupe. Des plants de tomate. Peut-être les seuls rescapés de l’univers.
      Humour noir.
    • « Dédales » d’Alex Nikolavitch.
      Visite caverneuse et mortelle. D’ennui.
    • « Création » de Jeffrey Ford. Une fantasy forestière contant la création d’un bonhomme de bois.
      Joli.
    • « Solitude » d’Ursula K. Le Guin. La vie d’une petite fille dans une société primitive et post-cataclysmique envoyée par sa mère ethnologue pour collecter des informations, les adultes ne se parlant pas dans cette culture.
      Une belle petite histoire de science-fiction ethnologique.
    • « L’anniversaire du monde » d’Ursula K. Le Guin. La vie d’une petite fille destinée à devenir une déesse à sa majorité.
      Ursula Le Guin, toujours dans le même registre.
    • « Le bretteur qui n’était pas mort » d’Ellen Kushner. Dans une cité, les bretteurs vivent en provoquant des duels. Le champion Richard acceptera-t-il d’enseigner son art à une jeune recrue ?
      Une histoire sympathique de cape et d’épée.
    • « Voyage au centre de l’univers » de Juan-Miguel Aguilera. Quand le jeune Pierre Theilhard de Chardin rencontre Jules Vernes...
      Une curieuse rêverie.
    • « Charge utile » de Jean-Jacques Régnier. Dans cette suite d’« Ernest et les cas métaphysiques » (nouvelle parue dans le numéro 131 de Yellow Submarine), Raymond, le convoyeur de l’espace, et son intelligence artificielle Ernest sont à nouveau confronté à un problème : les passagers qui devaient bien tranquillement voyager en état d’hibernation se réveillent les uns après les autres. L’espace vital du petit vaisseau est de plus en plus menacé...
      Charmante histoire, un brin longuette mais pleine d’humour et de verve.
    • « Échos » de Marie-Pierre Najman. Dans les alentours de Lyon, des drôles de clochards se rendent à la soupe populaire. Le problème, après la bouffe, c’est de se limer les cornes...
      Une curiosité. Des faunes dans notre quotidien. Ou bien...
    • « Presque chez soi » de Terry Bisson. Trois copains trouvent que les différents éléments qui entourent le stade abandonné du village ressemblent à un aéroplane. Et si, justement, il pouvait voler ?
      Une histoire étrange, un très beau conte fantastique.
    Pari gagné avec ce premier tome de la nouvelle anthologie périodique de Fantasy & Science Fiction. En plus de ces nouvelles chocs, des articles originaux, des dossiers intéressants, une ligne éditoriale soignée. Encore !
  • Bifrost, numéro 38, Éditions du Bélial’, avril 2005.
    • « Spatterjay » de Neal Asher. Sur une île à la nature des plus hostiles, une équipe d’humains et de mutants mène une expédition. Mais qui peut rester encore humain au contact d’une telle nature ?
      Une très chouette nouvelle.
    • « Perdre son temps » de Philippe Curval. Gérard aime Ludmilla. Mais il n’est plus tout jeune. Alors il va voir le professeur Lindström qui lui propose un traitement révolutionnaire pour le faire rajeunir.
      Délirant.
    • « La Véritable toute première affaire » de Johan Héliot. Passepartout accompagnait Phileas Fogg dans son tour du monde de 80 jours parce qu’il était un agent secret. Et le voyage de Fogg n’était pas qu’un pari fou, il était aussi le moyen de retrouver certains de ses « frères » afin de réaliser une sinistre mission...
      Johan Heliot reviste avec bonheur certaines références littéraires dans un bel univers steampunk.
    • « Boucherie modèle » de André Ruellan. Comme son nom l’indique.
      Une short-short story qui donne faim si on est carnivore et pas très sensible.
    • « Le Fil de l’épée de bois » de Victor Conde. Le Patriarche fait des rêves. Il a peur de n’être plus qu’une machine de guerre destinée à anéantir les exths.
      Une lente et sombre plongée dans l’irréalité.
  • Les Trois Crapules du Klahgann d’Alexis Nevil, Éditions Eons, 2005.
    Des barbares édentés à la peau bleue cherchent à s’emparer de la Source d’Abondance que gardent des moines. Mais voilà qu’un golem arrive pour défendre la Source.
    Alexis Nevil, dans son premier roman, décrit un univers peuplé des personnages qui ont marqué son imagination. On retrouve du Conan dans les barbares, des éléments de science-fiction, et bien sûr des références japonisantes, ce qui donne un curieux mélange pas vraiment désagréable. [Au fait, Niouk, ce sont qui, finalement, les trois crapules ? Moi, j’en compte quatre, pas une de moins : Languelame, Od-Go, Rha-Ghensh et Ghrôen].
    Le court roman de Nevil est suivi d’une nouvelle (une amusante short-short) de Markus Leicht intitulée « le Gnok ».
  • Sunk de David Calvo & Fabrice Colin, Moutons Électriques éditeur, 2005.
    L’île de Sunk coule. Ou c’est l’eau qui monte. Arnaud et son frère Sébastien, sur demande du Maire du Village, vont monter une expédition pour aller voir ce qui se passe dans les hauteurs avant que tout ne soit noyé et dévoré par les requins.
    Colin et Calvo s’y sont mis à deux pour nous peindre un univers de folie, un roman inclassable écrit avec une verve rabelaisienne, avec des références de fantasy, des Champigolos, des Orques, de la pizza, du Picon bière, des canards. Et beaucoup d’eau.
    Drôle. Délirant. Suprenant. Et, bien sûr, sombre...



Mardi, le 22 mars 2005
Soli solo
Je viens de recevoir aujourd’hui le contrat des moutons électriques pour la publication de ma nouvelle « Des ailes dans la tête » dans l’anthologie les Anges électriques. Une nouvelle étrange, curieusement hard science pour une antho dont le titre fait croire à un recueil de nouvelles de fantasy, et ceci sera le premier texte que je publie professionnellement seul, tout seul, comme un grand. C’est assez paradoxal, parce que pour un prochain numéro de Fiction – la célèbre revue F & SF de langue française qui vient de faire son retour –, je dois terminer un article sur l’écriture en collaboration. L’écriture à plusieurs, ça me connaît, outre un texte de fiction écrit avec Jean-Jacques Girardot, en tant que scientifique, j’ai publié presque tous mes articles avec des « pairs », directeur et co-directeur de thèse ou autres collègues chercheurs. Mais bon, voilà : « Des ailes dans la tête » est le premier texte publié sous mon seul nom de plume, un texte qui traite de l’identité, du processus de création, de la sculpture, des neurosciences... et des anges.
En plus de cet article et d’autres textes à avancer, je dois aussi faire évoluer ce site. J’y ai ajouté des expositions virtuelles de mes sculptures (mais il faut que je corrige certaines instructions javascript qui ne fonctionnent pas correctement avec des navigateurs sous Linux), et je dois aussi reprendre l’ensemble de mes archives, des posts publiés sur mes weblogs depuis octobre ou novembre 2002, ça commence à faire beaucoup...


Lundi, le 17 janvier 2005
Rancard publicitaire
Après les moutons électriques, signalons les Éditions de l’Homme Montagne de Yama Otoko.
Au catalogue de cet éditeur bordelais (car derrière la montagne se cache l’homme Francis Valéry) : un ensemble de textes de qualité sur des supports imprimés et façonnés artisanalement.
Jugez plutôt avec cet extrait des titres déjà parus :
  • A & A, le « Magazine des Survivants » qui, réapparu aux Utopiales 2004 au numéro 138, en est à présent au numéro 141 pour sa 29ème année de publication (abonnement : 20 €)
  • Collectif — Mélanges 01 (20 €), Mélanges 02 (15 €), Mélanges 03 (15 €)
  • Louis Maillard — Fruits et Légumes conservés (7,50 €)
  • Francis Valéry — Fariboles animalières (5 €), le Livre du Céleri (4 €), Vingt manières de cuisiner le Céleri (4 €)
  • Robert Abernathy — l’Intégrale (30 €)
  • Syllabaire : Méthode Nouvelle de Lecture et Écriture (7,50 €)
Souscriptions :
  • Taxi de l’Espace, Volume 1 (10 €)
  • Collectif — Mélanges 04 (15 €)
  • Pour les commandes, les chèques sont à établir à l’ordre de Francis P. Valeri-Dostert et à adresser aux Éditions de l’Homme Montagne, c/o Francis P. Valeri-Dostert, 3 Le Canton, 33620 CUBNEZAIS.

    Et c’est sur cette publicité pour Francis Valéry, « écrivain-éditeur-musicien-cuisinier-jardinier-consultant en Feng Shui » passionnant et passionné, que ces avis singuliers vont se refermer quelque temps pour cause de travaux. Il était plus que temps, la page devenait impossible à charger pour des petits modems avec tous ces textes et images en page d’accueil.
    Retour prochainement ailleurs, sur un site plus grand, plus beau... et surtout plus moi. Fini le layout bleu clair, vestige d’une première version issue de Blogger, adieu les limitations du site gratuitement hébergé chez Free, je vous accueillerai bientôt dans un nouveau domaine...


    Dimanche, le 2 janvier 2005
    Let’s talk about sex!
    En ce moment, je lis Sexomorphoses d’Ayerdhal (que le monsieur m’avait dédicacé lors de sa venue à Sainté, en octobre dernier, à la Fête du Livre). Un peu compliqué, surtout quand on n’a pas lu le premier tome (l’Histrion) : space opéra avec stratégies impériales galactiques, pouvoirs psy... et un héros/héroïne qui, à travers des mutations, passe d’un genre à l’autre. Et c’est pas mal...
    Je viens de terminer d’écrire une nouvelle et ce serait vraiment génial de la voir publier, pour bien débuter l’année. Je suis content des thèmes qui y sont abordés, de l’histoire, des personnages... Et surtout, j’ai tout particulièrement soigné une scène d’amour qui y est décrite (car nous étions vraiment très, voire trop, soft dans « Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... », la nouvelle écrite avec Jean-Jacques Girardot).
    Entendue hier soir, mais que l’on trouve encore sur le site de Mauvais Genres (l’émission de France Culture qu’elle est bien), une heure consacrée au sexe bizarre. À écouter sans attendre... parce que, à partir de samedi prochain, le 8 janvier, ce sera trop tard !
    Au hasard des clics, je suis tombé sur un quizz sympa : Sex Quiz for Dummies. Bon, c’est en anglais, mais c’est rigolo et instructif. En plus, le réalisateur du quizz, un prof (qui doit être un sacré original, apparemment), donne des explications à chacune des réponses, avec références à la clé.
    Et puis, que faisiez-vous au moment de passage de la nouvelle année ? Pour ma part, avec mes amies, nous étions surpris en pleine partie de Love Trivia...

    Voilà une année qui s’annonce donc sous d’agréables auspices érotiques.

    [Certes, je ne suis pas insensible aux horreurs qui touchent le monde en ce moment. Mais même sans être licencié en psychologie, vous n’êtes pas sans savoir que Thanatos s’accompagne de l’autre pulsion : Éros...]


    Dimanche, le 11 juillet 2004
    Les copains
    Ça y est, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres le nouveau Bifrost, la « revue des mondes imaginaires ». Dans ce numéro, le 35ème, un spécial « aventures spatiales ».
    Au menu, des nouvelles de Thomas Day, James Patrick Kelly et Michael Swanwick, ainsi qu’un long article de Robert Silverberg sur la profession d’auteur de science-fiction.
    Mais aussi...
    Mais aussi un entretien de l’ami Jean-Jacques Girardot...
    Mais encore, dans l’édito, l’annonce de la création d’une nouvelle maison d’édition, spécialisée dans le domaine des littératures de l’imaginaire et dont le directeur littéraire n’est autre que le « Capitaine » André-François Ruaud. Cette maison d’édition, appelée les moutons électriques éditeur et dont la premier titre paraîtra à la rentrée 2004, nous promet du bon et du beau (nous n’en doutons point, avec A.-F. Ruaud à la barre, l’esthétique et l’intelligence des textes seront au rendez-vous).
    Longue vie aux moutons électriques !


    Jeudi, le 27 mai 2004
    Petites annonces
    Ami lecteur, vous avez des droits.
    Enfin, vous avez au moins la possibilité de manifester votre goût pour un texte francophone de science-fiction paru l’année passée et de le mener jusqu’aux pré-sélections du prix Rosny-Aîné.
    Ça ce passe ici et c’est auprès de Joseph Altairac qu’il faut s’adresser en indiquant au moins deux titres de romans et autant de nouvelles parmi les listes indiquées.
    Bien entendu, je pourrais parler de l’excellente nouvelle "Quand s’envoleront ma vie et ma conscience..." de Jean-Jacques Girardot et d’un certain Fabrice Méreste, parue dans l’anthologie Passés recomposés de Nestiveqnen, mais bon, je dis ça, je dis rien, car il y a aussi d’autres textes très bons dans cette anthologie, comme "La stratégie Alexandre" (suite de "l’Apopis Républicain") du compère Ugo Bellagamba (et père tout court depuis quelques jours d’une petite Margot, l’heureux homme !). L’ami Ugo a aussi quelques autres textes remarquables à son actif en 2003 dans son recueil la Cité du Soleil paru au Bélial’, en particulier la nouvelle éponyme. Parmi les textes courts que j’ai aussi lus et bien aimés en 2003, il y a également "Si Thébaldus rêve..." de Sylvie Denis, dans son recueil Jardins virtuels paru chez Gallimard. Il faut encore compter avec des nouvelles d’auteurs divers publiées dans la revue Bifrost.
    En ce qui concerne les romans, il faut noter l’audacieux Double corps du roi de Thomas Day et Ugo Bellagamba (chez Mnémos) ou le troublant Eternity Express de Jean-Michel Truong (chez Albin Michel).
    Bref, pensez à voter !
    Deuxième petite annonce : André-François Ruaud a été interviewé par ActuSF où il nous annonce la création d’une maison d’édition appelée les moutons électriques, éditeur et dont le premier titre doit paraître à la rentrée 2004. Une affaire à suivre...


    Dimanche, le 12 octobre 2003
    Avis spécial : tribute to J.-J.
    Pendant des années, à ceci depuis le milieu des années soixante-dix, Jean-Jacques Girardot plaçait ses nouvelles dans tous les supports de publication disponibles : fanzines, revues, recueils...
    Mais cet auteur restait trop rare et n’avait pas encore publié son recueil de textes. Cette chance allait lui être donnée en 2001 lorsque les membres du jury du prix Alain-Dorémieux, réuni aux Utopiales de Nantes, firent de Jean-Jacques Girardot leur lauréat. En effet, le prix Alain-Dorémieux a pour objectif d’aider un « jeune » auteur en lui permettant d’éditer son premier recueil de nouvelles (ou son premier roman).
    C’est ainsi que Jean-Jacques put sortir, l’année suivante, ses Dédales virtuels (Éditions Imaginaires Sans Frontières).
    Le jury du prix Alain-Dorémieux ne s’était pas trompé : l’année suivante, au cours de la convention nationale de science-fiction organisée à Flémalle (en Belgique), une nouvelle inédite extraite de ce recueil et intitulée « les Visiteurs de l’éclipse – Gris et amer (1/2) » obtint le prix Rosny ainé (ex æquo avec une nouvelle de Sylvie Lainé, prix Alain-Dorémieux 2002 !), salué ainsi par les lecteurs de science-fiction.
    Et enfin, tout récemment, Jean-Jacques s’est vu décerner le Grand Prix de l’Imaginaire pour son recueil, récompensé ainsi par un jury composé pour sa plus grande partie de professionnels du milieu tels que des auteurs et des directeurs de collection.
    Par ailleurs, en plus de ses qualités d’auteur, Jean-Jacques est un homme d’une énorme gentillesse, quelqu’un d’attachant, de cultivé et d’un peu fou, quelqu’un avec qui j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire une nouvelle, mais aussi quelqu’un de sensible que j’ai stupidement blessé, grosse nouille que je suis, parce qu’un jour, après une semaine stressante, j’étais sur les nerfs...
    Voilà, petit hommage à Jean-Jacques Girardot, parce qu’il le vaut bien !


    Mardi, le 16 septembre 2003
    Avis publicitaire : Passés recomposés, anthologie uchronique dirigée par André-François Ruaud
    Samedi matin, je suis allé à la Poste chercher une lettre qui, d’après mon facteur, ne rentrait pas dans la boîte. Effectivement, je venais de recevoir des Éditions Nestiveqnen les exemplaires d’auteur de mon premier texte de fiction publié.
    Émotions...
    Les uchronies, ainsi que les présente l’anthologiste André-François Ruaud, ces sont ces « histoires alternatives », des utopies temporelles. Treize auteurs se sont intéressés à ce qu’aurait pu être l’Histoire à partir d’un point de divergence, un événement qui ne s’est pas réalisé mais qui aurait pu l’être.
    Et si, et si...
    • et si, en l’an 500 de notre ère, l’Égypte des Pharaons avait pu maintenir sa puissance en faisant alliance avec les autres peuples de la Méditerranée contre Rome ? (« Tels le Jonc et l’Abeille », P.J.G. Mergey) ;
    • et si, en 1618, dans une contrée perdue d’Autriche, un paysan avait recueilli un être étrange, venu d’on ne sait où, et ayant la curieuse propriété de transpirer un gaz hilarant, pour le présenter à son prince ? (« Quelques épluchures de politique », Roland Fuentès) ;
    • et si, en 1748, les grands savants, artistes et aventuriers d’Europe s’étaient réunis à la cour du roi Frédéric II pour mettre leurs talents en commun afin de tenter de créer le nouvel Adam ? (« La Vénus anatomique », Xavier Mauméjean) ;
    • et si, en 1793, les Anglais avaient fait alliance avec des créatures surnaturelles pour étouffer la jeune République française ? (« Comment Gaby délivra La Caroline avec l’aide du Triton Garglogote », Marie-Pierre Najman) ;
    • et si, en 1796, le jeune général Bonaparte s’était entouré de nouvelles machines de guerre lors de ses conquêtes transalpines ? (« La Rose blanche de Bonaparte », Franco Ricciardiello, traduit par Éric Vial) ;
    • et si, en 1909, une société de dirigeables, qui avait su gagner sa puissance grâce à une nouvelle source énergétique, s’intéressait de trop près aux travaux présentés à Paris par les plus grands savants du monde entier ? (« Quand s’envoleront ma vie et ma conscience... », Jean-Jacques Girardot & Fabrice Méreste) ;
    • et si, en 1914, Pierre Curie, rescapé d’un accident qui aurait dû le tuer, avait conçu, avec l’aide d’autres savants, une arme formidable pour alerter l’opinion internationale de la catastrophe que serait une guerre mondiale ? (« Pour l’exemple », Jean-Baptiste Capdeboscq) ;
    • et si, en 1920, la France avait pu disposer d’une énergie de pile à hydrogène et que la Grande Guerre avait débuté avec quelques années de retard ? (« Der des ders », Jean-Jacques Régnier) ;
    • et si, en 1940, au Mexique, le savoir des Aztèques et les connaissances naissantes en biologie moléculaire avaient pu tenter de ramener à la vie Léon Trotski victime d’un attentat ? (« Le Mausolée de chair », Jonas Lenn) ;
    • et si, en 1968, le monde était devenu le terrain d’une guerre entre humains et loups-garous à la suite de la dispersion d’un virus mutagène par l’armée nazie quelques 23 ans plus tôt ? (« Lupina satanica », Raphaël Colson) ;
    • et si, en 1993, une grenouille bioaméliorée pouvait écrire des romans populaires, parler et penser comme un être humain ? (« Neurotwistin’ », Laurent Queyssi) ;
    • et si, en 2121, au large d’Uranus, les armées républicaines de la Terre et des Colonies Émancipées, héritières de ceux qui firent tomber l’Empire que Bonaparte avait sû maintenir pendant plus de deux siècles après sa conquête de la terre des Pyramides, devaient livrer bataille à la puissante flotte des Ramessides, ces extraterrestres qui furent considérés par des dieux sous l’Égypte des Pharaons ? (« La Stratégie Alexandre », Ugo Bellagamba).
    En plus, la couverture de Formosa est très jolie :
    Alors, qu’attendez-vous pour courir l’acheter ?!
    Passés recomposés, anthologie uchronique dirigée par André-François Ruaud, collection Science Fantasy, Nestiveqnen Éditions, septembre 2003, ISBN : 2-910899-80-2, 17,70 euros (prix conseillé).


    Mardi, le 12 août 2003
    Ah, vie au calme, de vendredi à lundi...
    Week-end en Ardèche avec mon ami stéphanois Jean-Jacques Girardot. Nous avons travaillé sur une nouvelle steampunk qui sera la suite de celle à paraître à la mi-septembre dans l’anthologie Passés recomposés des éditions Nestiveqnen.
    En fait, écrire une histoire d’uchronie (ou encore : « qu’aurait été le passé si quelques événements s’étaient produits différemment ? ») demande énormément de travail de recherche. Et là, Jean-Jacques a fait très fort puisqu’il avait téléchargé quelques sites intéressants les jours précédents et mis tout ça sur une grosse machine.
    Arrivés dans ce petit coin perdu à la fraîcheur agréable (Lyon était une ville étouffante, ces jours-ci), nous avons pu mettre nos ordinateurs en réseau et travailler sur notre petit web local, après que Jean-Jacques a installé un outil de recherche adapté pour tirer au mieux parti des données recueillies.
    Au final, nous n’avons pas fait beaucoup de balades dans la forêt (ils ne sont pas très sportifs, mes copains), pas encore écrit une ligne du texte mais l’histoire prend forme petit à petit, l’univers s’enrichit, la gestation est longue mais nous promet un beau bébé...
    Donc un week-end vraiment agréable où nous avons fêté l’anniversaire de Jean-Jacques, ce qui m’a donné l’occasion de préparer à nouveau une charlotte aux poires (recette décrite en post du 27/07/2003).
    Bon, tout ça m’a un peu fait oublier mes problèmes divers à Lyon (l’appartement à faire visiter, les plombiers, le copain en hôpital psychiatrique), au boulot (les travaux de recherche à terminer avec mon équipe de Lyon, les nouveaux cours à préparer à Saint-Étienne), à Saint-Étienne (le parquet à refaire dans mon nouvel appartement, le déménagement)... auxquels se sont rajoutés dernièrement des problèmes de santé (je ne pense pas que ce soit grave, mais un médecin généraliste n’a su me dire de quel mal curieux je souffrais, aussi m’a-t-il dirigé vers un spécialiste que je dois voir cet après-midi).
    Enfin, rien de bien méchant, tout se gère petit à petit, et je pense que tous ces petits soucis seront réglés à la fin du mois, date à laquelle je m’installerai pour de bon dans mon chez-moi, à Saint-Étienne...


    Dimanche, le 13 avril 2003
    Avisés, les conseils de Bifrost !
    Chouette ! J’ai trouvé vendredi dans ma boîte aux lettres le dernier numéro de la revue Bifrost des Éditions du Bélial’.
    Et ce numéro 30, avec ses nouvelles, critiques, interviews et infos, je l’ai dévoré, comme d’hab’...
    Première nouvelle, celle de Catherine Dufour : Je ne suis pas une légende. Ces quatorze pages, clin d’œil au roman de Richard Matheson, nous racontent l’histoire de Malo, un antihéros qui fait tout son possible pour rester humain dans un univers où ceux de son espèce sont devenus des vampires. Ne vous fiez pas à la quatrième de couverture dont est tiré un extrait de ce texte, la nouvelle est pleine d’humour noir et de cynisme, la provocation gratuite n’est pas aussi fréquente.
    Un autre texte rafraîchissant : Faërie Boots de Johan Heliot. En une dizaine de pages, l’auteur de La lune seule le sait nous emmène sur les traces d’une rock star en revisitant la magie d’un conte de Perrault.
    L’Arbre aux lucioles de Jack Williamson, est un tout petit texte (4 pages) de fantastique champêtre dans un bled paumé des États-Unis. Bof.
    Le Goût du sang de Michel Pagel est une très belle histoire à chute. En 8 pages, un voyageur interstellaire immortel raconte à son ami combien peut s’avérer problématique le fait d’avoir trouvé l’amour en la personne d’une ravissante Andalouse.
    Enfin, Le Canot de Richard Paul Russo décrit en 12 pages la lente agonie d’un équipage d’une capsule de survie perdue dans un non-secteur du non-univers...
    Pour la partie critique, il y a bien sûr les coups de cœur... mais aussi les coups de gueule, en particulier ceux du féroce Cid Vicious qui s’en prend aux (trop) jeunes auteurs de fantasy et de space opera que des maisons d’éditions laissent publier des cycles sans fin, sans style et sans histoire... À noter, la critique en demi-teinte d’Un Amour d’outremonde de Tommasion Pincio par le marsien Laurent Queyssi. J’en avais parlé dans mes archives, trouvant au contraire ce livre plutôt pas mal...
    Les interviews : Catherine Dufour, auteur aux textes déjantés (outre la nouvelle présente dans ce numéro de Bifrost, elle poursuit un cycle intitulé Quand les dieux buvaient avec les titres Blanche-Neige et les lance-missiles, L’ivresse des provideurs et Merlin, l’ange chanteur qui ne semblent pas piqués des hannetons). Interview aussi de Fabrice Colin, qui, outre quelques titres intéressants, à le bon goût de s’appeler Fabrice et d’être né en 1972...
    Et encore, tout plein de critiques de romans, recueils et BD, d’infos et d’études (allant du phénomènre Perry Rhodan à la chute des météorites en passant par la science-fiction des années 1930), etc.
    Idéal pour se changer les idées et précieux avant de se ruer sur les nouveautés S.-F. en librairie.


    Dimanche, le 16 février 2003
    Avirtuel sur la vie réelle
    [Message personnel à la personne qui se connecte assez régulièrement depuis Stanford.edu... Allez, Nono, reviens sur la liste de diffusion de la Gang ! C’est frustrant de te voir disparaître (joli paradoxe) à chaque fois que la discussion devient intéressante. Fin du message perso.]
    Nouvelles de ma vie d’enseignant-chercheur. Catégorie "avenir". Je suis officiellement qualifié aux fonctions de maître de conférences en informatique. Youpi ! Maintenant, va falloir s’accrocher dans la course aux postes...
    Nouvelles de ma vie d’enseignant-chercheur. Catégorie "recherche". J’ai reçu les retours du comité de rédaction d’une revue scientifique internationale au sujet d’un article dont je suis le premier signataire. Youpi ! Mon papier est accepté. Rien de méchant à corriger sur le plan scientifique, par contre je vais devoir trouver un native English pour régler les problèmes de langue.
    Nouvelles de ma vie d’enseignant-chercheur. Catégorie "enseignement". Après discussion avec la responsable du cours du module dont j’ai en charge les travaux dirigés, j’ai indiqué à mes étudiants de maîtrise que je ne leur demanderai pas de me rendre un projet, ces derniers (qui sont très occupés par leur stage) en ont déjà réalisé un en licence. J’ai fait cette annonce en regardant une partie de ma salle de TD et je me suis retourné vers l’autre. Un peu trop vite. Du coup, j’ai vu une étudiante (fort charmante, ma foi) qui faisait mine de m’embrasser (« M’sieur, on vous adore ! »). Elle est devenue rouge de confusion. Ah, finalement, il en faut peu pour être aimé... (euh, youpi ?)
    Nouvelles littéraires. Le numéro 29 de Bifrost est enfin arrivé dans ma boîte aux lettres. Avec les excuses d’Olivier Girard pour le retard sur une feuille cartonnée qui n’est autre que la pub pour la Cité du Soleil (et autres récits héliotropes) du frangin Ugo. Déjà presque terminé de lire la revue. Parmi les fictions, une très chouette novella de Claude Ecken. Et un compte-rendu très personnel des Utopiales de Nantes par Francis Valéry, alternant avec des passages de son roman à venir, le Talent ressuscité, la suite du Talent assassiné. D’ailleurs Francis doit arriver à Lyon ce soir. La semaine prochaine, il est prévu de passer quelques soirées sympas en sa compagnie.
    Nouvelles de ma vie d’être humain. Catégorie "douleur". Je ne sais comment, je me suis fait mal à l’index gauche, juste en dessous de l’ongle. Ce n’est qu’un bobo ridicule, qui a à peine saigné, qui a presque cicatrisé maintenant mais qui fait toujours mal. Et qu’est-ce que c’est gênant ! Je me sens vraiment handicapé de la main gauche. Je viens enfin de comprendre l’histoire du supplice chinois qui consistait à introduire des aiguilles brûlantes à cet endroit. Brrrr...
    Nouvelles de ma vie de célibataire. Catégorie "Saint Valentin". Vendredi soir, avec mon copain PYM et quelques autres, nous avions prévu de terminer la soirée dans un bar après notre habituelle balade en roller hebdomadaire, une sorte d’anti-Saint-Valentin entre potes. Tout était prévu, nous avions l’intention de nous affubler de signes distinctifs tels que des "cœurs à prendre" avec des planches anatomiques de l’organe en question ou des gros cœurs avec un ange descendu par sa propre flèche. Pas de très bon goût, certes, mais il faut bien ça pour lutter face à la mièvrerie de ce jour. Et finalement, rien de tel n’a été fait... PYM est retombé dans une phase down, il n’est pas venu à la rando roller, j’ai essayé de l’appeler mais le message sur son répondeur donne une bonne idée de son humeur noire... PYM, arrête de te regarder le nombril, c’est pas parce que tu t’es fait plaquer qu’il faut faire croire à tout le monde que tu vas te suicider (tu nous fais le coup tous les deux mois).
    Nouvelles cinématographiques. Catégorie "horreur". J’ai vu Le Cercle-The Ring de Gore Verbinski. Au début, j’ai eu peur... mais peur que le film soit un navet car il commence comme un de ces films pour adolescents au scénario sans surprise. Mais passées les dix premières minutes où une jeune fille raconte à sa meilleure amie une légende urbaine sur laquelle repose l’histoire, le film démarre comme une enquête journalistique avec un oppressant fond fantastique. Pas du grand cinéma, certes, mais le film remplit son rôle : j’étais calé au fond du fauteuil, la trouille au ventre.
    Nouvelles citoyennes. Catégorie "je milite". Samedi, 14 heures, place Bellecour. Manifestation contre la guerre en Irak. Bizarre. Pas vraiment de musiques ou de slogans (contrairement aux manifs anti-FN auxquelles j’avais participées). Une manifestation "pacifique", dans tous les sens du terme. J’ai retenu ce message, bien trouvé, écrit sur une pancarte : « Bush, si tu veux du pétrole, viens le chercher sur nos plages ».


    Jeudi, le 9 janvier 2003
    À Wishangton, tombe la pluie plus que de raison
    Non, pas "Washington" la capitale, celle du District de Colombia, mais l’État de Washington, dans le nord-ouest des States, sinon j’aurais dit un truc du genre "À Wishangton, tombe un avion".

    Bon, bref, je voulais parler d’Un amour d’outremonde de Tommasio Pincio, un roman publié dans la collection "Lunes d’Encre" de Denoël, traduit par Éric Vial. Attention, ce bouquin ne sortira que la semaine prochaine en librairie, j’ai eu la faveur de le lire en avant-première (merci Ugo !).

    Homer "Boda" Alienson (le bien nommé) vit sa vie asociale à Aberdeen, un bled paumé de bûcherons, dans l’État de Washington, où il n’arrête pas de pleuvoir.
    Gamin, Homer collectionne les jouets débiles (lance-soucoupes volantes en plastique et pistolet-laser en fer blanc). Un jour, après avoir visionné un film sur les body-snatchers, il décide d’arrêter de dormir pour ne pas devenir différent (les body-snatchers s’emparant des corps pendant le sommeil).
    Il passe ainsi plus de 18 ans sans dormir, ce qui lui permet entre autre d’obtenir un emploi de gardien de nuit dans la bibliothèque municipale jusqu’au jour où il comprend qu’il est plus simple de gagner sa vie en revendant ses babioles futuristes aux troglodytes coincés dans la nostalgie.
    Une nuit, il rencontre Kurt, un clochard céleste qui vit sous un pont et qui pêche des poissons dans la rivière empoisonnée. Homer lui parle de son problème d’insomnie et Kurt, qui le comprend, lui donne un sachet "d’arrangement".
    Les années passent, Homer s’arrange de plus en plus, Kurt crée, dans la peinture et la musique et finit par monter un groupe de punk rock qui prend comme nom l’idéal recherché par le bouddhisme.

    Une recherche de l’amour ? Difficile à dire, ces amours prenant l’apparence de Laura Palmer, de l’Héroïne ou de l’extraterrestre Molly.
    Chronique d’une déchéance ? Pas vraiment car, quand on part de rien, on peut difficilement aller plus bas.
    Biographie fantasmée de Kurt Cobain ? Non plus, car, comme il est indiqué en préface, "dans ce roman, les personnes, les événements et les lieux ne correspondent en aucun cas à des personnes et à des événements du monde réel. La vérité biographique n’existe pas, et même si elle existait, nous ne saurions qu’en faire".
    Un livre féroce et drôle.


    Jeudi, le 26 décembre 2002
    Ah, virtuels dédales !
    Aujourd’hui, c’est la Saint-Étienne, aussi vais-je vous parler d’un auteur stéphanois : Jean-Jacques Girardot.
    Jean-Jacques est un auteur que j’apprécie tout particulièrement, aussi bien pour ses écrits dont les thématiques me parlent vraiment (peut-être parce qu’il est aussi docteur en informatique), que pour ses compétences scientifiques (nos laboratoires ont des projets en commun), que parce qu’il s’agit de quelqu’un de tout simplement attachant.
    Auteur des Pages Françaises de Science-Fiction, vous pouvez voir Jean-Jacques Girardot aux conventions et festivals de science-fiction, en barbe et lunettes, des airs de Pierrot lunaire et de Professeur Tournesol, souvent accompagné par un elfe blond qui n’est autre que son fils.
    En 2001, lors des Utopiales de Nantes, Jean-Jacques a remporté le prix Alain Dorémieux qui récompense un jeune auteur en lui permettant de publier son premier ouvrage.
    C’est ainsi que nous avons eu la chance de voir arriver dans nos librairies son recueil de nouvelles de science-fiction : Dédales virtuels, publié en 2002 aux Éditions Imaginaires sans frontières.
    Petite précision : en près de 300 pages, le livre Dédales virtuels ne retrace pas une histoire de transformation maçonnique.
    Pas compris ?
    OK, je reprends : le livre des dalles virent truelles ne retrace pas une histoire de transformation maçonnique. Oui, Jean-Jacques, comme la plupart des membres de la Gang, est un expert en jeux de mots. Mais bon, j’assume l’entière culpabilité et paternité de celui-ci.

    Les Dédales virtuels s’ouvrent par "Voyageurs", une nouvelle initialement parue dans Escales sur l’horizon (anthologie de Serge Lehman publiée en 1999 chez Fleuve Noir). Dans ce texte qui retrace un premier contact avec une entité extraterrestre, Jean-Jacques évoque la vie d’une scientifique à la recherche d’un sens à sa vie, quête douloureuse de l’amour et de la vérité.

    La nouvelle "l’Éternité, moins la vie", déjà parue dans Cyberdreams n°10 (1997), s’inscrit dans la thématique du "brain-downloading" chère à l’auteur australien Greg Egan. Dans ce texte, la scientifique Helen Palmer cherche à sauver sa fille sous une forme électronique. Il s’agit d’une très belle illustration des positionnements juridiques et scientifiques de notre temps à l’éternel « qui suis-je ? » métaphysique quand l’entité en question est une intelligence artificielle.

    La nouvelle "Sur le seuil", parue dans la revue Galaxies n°4 (1997), est une autre réponse à cette question, lorsque la copie électronique d’un être décédé, à travers ses propres doutes, diverge de l’original.

    "Gris et amer" est une nouvelle inédite en deux parties traitant non plus du "Soi" mais de "l’Autre". Dans la première partie, intitulée "les Visiteurs de l’éclipse", une bande de copains nostalgiques des Beatles mènent un périple en France pour voir la fameuse éclipse totale qui s’est produite à la fin du XXe siècle. À cette occasion, ils découvrent une étrange substance grise et amère, offrande de l’Autre.
    La seconde partie, intitulée "l’Adieu aux étoiles", se déroule quelques années plus tard dans un monde post-cataclysmique. Roger, rescapé de la bande, apprend à accepter ces fameux visiteurs.
    Jean-Jacques Girardot a réalisé une étude approfondie de son texte ici.

    "L’Humain visible" est un texte paru dans l’anthologie de Stéphane Nicot Hyperfuturs en 2000 (hors série de la revue Galaxies). Thomas, un informaticien travaillant sur le projet "Visible Human" découvre que la plate-forme informatique sur laquelle un être humain a été numérisé à des fins de simulation est dotée d’une intelligence artificielle. Une relation ambiguë se noue entre Thomas et l’IA.

    "L’Instant d’éternité", autre nouvelle inédite, parle d’un être sensible qui veut sauvegarder pour toujours un instant précieux passé avec celle qu’il aime et qui est condamnée. Mais qui est-il réellement ?

    "Simon et Lucie, une romance", nouvelle déjà publiée dans Étoiles vives n°5 (anthologie de Gilles Dumay parue en 1998 chez Bifrost/Eacute;toiles vives) est une histoire d’amour amère sur fond de nanomachines censées rendre le quotidien plus merveilleux.

    La nouvelle "le Mouton sur le penchant de la colline", parue dans Escales 2001 (anthologie de Sylvie Denie parue au Fleuve Noir), est ma nouvelle préférée du recueil.
    Pourquoi ?
    Parce que la première fois que je l’ai lue, dans Escales, j’ai trouvé qu’il s’agissait là d’un très grand texte, un de ceux qui vous marquent et qui font que vous n’oublierez jamais plus l’auteur, un de ces textes trop rares qui vous obligent à faire un break et qui, même si vous êtes un dévoreur de livres, vous empêchent de passer aux suivants, tant les personnages, les situations et les idées sont fortes.
    Dans "le Mouton sur le penchant de la colline", un journaliste et "valideur d’informations" s’intéresse à la neuroprogrammation qu’aurait employée Sadam Hussein entre 2025 et 2030. Cette enquête et d’autres sur le sujet de la neuroprogrammation vont peu à peu impliquer ce personnage de manière bien plus profonde...
    À noter, dans ce texte, le docteur Helen Palmer, de "l’Éternité, moins la vie", fait une brève apparition.

    "Le Jeu de la Création", dernière nouvelle du recueil, est un inédit traitant d’une société d’insectes pensants. L’héroïne, Akeyliah, dirige son petit monde, cherchant à faire le bien de son monde en lui cachant une terrible vérité. Jusqu’à quand cette despote y parviendra-t-elle ?

    Les Dédales virtuels, ce sont les labyrinthes de l’esprit quand celui-ci est artificiel ou transformé par des nanomachines.
    Dédales virtuels, c’est l’ouvrage de Jean-Jacques Girardot, un petit bijou littéraire à acquérir et à lire d’urgence par quiconque s’intéresse aux grandes questions humaines portant aussi bien sur l’identité, sur l’estime de soi, sur le sens de la vie ou sur l’autre.
    Dédales virtuels, c’est de la science-fiction intelligente, ambitieuse, sans doute exigeante, mais c’est surtout, derrière le virtuel et l’artifice, l’humain à venir...


    Mardi, le 17 décembre 2002
    Avinnersaire (yoijeux)
    « C’est un bon jour pour mourir... », dit le vieil Indien dans Little Big Man.
    Moi je dis que 30 ans, c’est un bon jour pour vivre.
    Le jour de ses trente ans, mon ami Ugo, de deux semaines mon aîné, a passé son audition de maître de conférences et a obtenu son poste.
    Le jour de mes trente ans, à savoir hier, j’ai soutenu ma thèse.


    Dimanche 15 décembre.

    Je me réveille assez tard. J’étais la veille à l’anniversaire d’un ancien amour.
    Je répète mentalement ce que je dois dire lors de ma soutenance de thèse en prenant mon petit déjeuner, en me rasant, en prenant ma douche...

    Fin de la matinée.
    Passage éclair au Virgin situé à moins de 100 mètres de mon appartement.
    Manque de bol, il est fermé et n’ouvre qu’à midi.
    Je prends mon courage à deux mains et vais jusqu’à la FNAC (à au moins 300 mètres de là), je trouve ce que je recherche (comme quoi, les chercheurs trouvent quand même aussi parfois !) : le recueil de nouvelles de Jean-Jacques Girardot (pas pour moi mais pour offrir, en espérant qu’un ami charitable pensera à me faire cadeau de Dédales virtuels car j’ai tant envie de lire ce bouquin !)
    Je passe le reste de la journée à répéter la présentation de ma soutenance...


    Lundi 16 décembre, jour « J »

    J’ai décidé de rester chez moi toute la matinée.
    Nouvelle répétition mentale de la soutenance de thèse.
    Qui est le premier à me souhaiter mon anniversaire ?
    Le robot de NotreFamille.com !
    Ouais, je ne travaille pas dans le domaine de l’intelligence artificielle pour rien...
    D’autres messages électroniques de soutien arrivent sur ma boîte.
    Un premier coup de fil pour me souhaiter mon anniversaire et me dire m..... : je mets un instant à réaliser qu’il s’agit de Nathalie, une amie de Lorraine.
    Un second : il s’agit de ma bonne maman qui m’appelle du train.
    Déjeuner léger.
    Avec le stress, mon ventre fait des nœuds...
    Je me fringue. Non, pas encore la cravate.

    Treize heures.
    Je sors de chez moi. De la pub et une enveloppe récupérées dans ma boîte aux lettres. Je lirai la lettre plus tard.
    Je prends le métro et le tramway, je ne vois personne : sur le chemin je répète encore ma soutenance.

    Quatorze heures moins le quart.
    J’arrive au labo.
    Mais où est passé mon directeur de thèse ? C’est lui qui devait me prêter son ordinateur portable...
    Je cours dans tous les sens.
    Bon, pas de panique, je peux emprunter celui du secrétariat du laboratoire.
    Les bouteilles sont déjà au frais ? Parfait !
    Mes parents arrivent. Pendant que je copie mon fichier, maman et papa s’occupent du pot (bouteilles, verres, gâteaux...).

    Quinze heures.
    Avec un collègue, je vais chercher le vidéoprojecteur que j’ai réservé. Manque de bol, avec le service audiovisuel, nous nous sommes mal compris : le vidéo ne passe que de la vidéo (appréciez la nuance) et non de "l’informatique".
    Grrrmbl...
    Une solution, peut-être : un autre vidéoprojecteur doit être rapporté.
    J’attends le retour du matériel. Les minutes s’écoulent, tout comme des gouttes de sueur froides dans mon dos.
    Et voici la bête !
    Beau, beau, il est beau le vidéo !
    J’arrive sur le lieu que j’ai réservé pour la soutenance. La salle est fermée. Je fais le tour, frappe à la porte d’un secrétariat, c’est ouvert, de gentilles dames vont ouvrir la salle de conférences où je vais officier.
    Bricolage pour installer le vidéoprojecteur, les rallonges ne fonctionnent pas (un problème de triphasage), je vais en chercher d’autres, ça y est.
    Bon, l’image ne s’affiche pas à l’écran. Nous cherchons la combinaison de touches adéquates. Mmmm... Ce n’est pas ça le problème. Peut-être faut-il changer le port du vidéoprojecteur ? Oui, c’est ça.
    Réglages ultimes, des bouteilles d’eau sont mises à la disposition des membres du jury, ainsi que des exemplaires de ma thèse.
    Des personnes arrivent dans la salle : mes parents, mon ami Ugo (venu tout exprès d’Aix pour m’écouter), mon ex-copine, des collègues, des amis, et mon directeur avec quelques membres du jury.
    Bonjour, bonjour, c’est gentil d’être venu.
    Des personnes proches me souhaitent aussi mon anniversaire.
    Les derniers membres du jury arrivent, il est un peu plus de 16 heures, le président du jury me laisse la parole.

    Go!
    Je me fais peur : le démarrage est un peu chaotique, ma langue s’accroche sur quelques mots. Mais je me rattrape. J’ai un débit de paroles plus rapide qu’à l’ordinaire, ma présentation coule, les transparents défilent, je présente mes travaux et l’auditoire est attentif. Un coup d’œil sur la montre, il faut que je me dépêche, j’augmente encore un peu le débit mais tout va bien, j’arrive à ma dernière diapositive, la numéro trente-trois (clin d’œil à la parole classique du docteur : « Dites 33 ! ») et je termine ma présentation entre 40 et 45 minutes, c’est-à-dire le temps qui m’était accordé.
    Parfait.
    Questions du jury.
    Les rapporteurs et examinateurs me félicitent pour la qualité de mon travail (« Merci ! ») et me posent certaines questions.
    Mes réponses semblent les satisfaire.
    Mes directeur et co-directeur louent mes qualités scientifiques et humaines, ma maman verse une larme.
    La dernière question du président du jury, je suis heureux de voir que les personnes se sont vraiment intéressées à mon travail.

    Délibération.
    Papa prend quelques photos sur son appareil numérique.
    Je débranche le matériel.

    Le jury arrive, le président prend la parole, ça y est, je suis docteur, les félicitations ne sont plus données (pour éviter les différences de politiques entre les établissements nationaux), sinon je les aurais eues (c’est ce que dit mon président de jury).
    Joie.

    Pot de thèse.
    Tout est beau, tout est bien. Les amis avec qui je fais du roller arrivent. Il y a moins de Gangsters que prévu mais je suis heureux, les bouteilles et les plats se vident, je parle avec les uns et les autres, la tension accumulée ces derniers jours se relâche petit à petit.
    Les gens s’en vont progressivement.
    Gizmo de la Gang vient chercher Ugo. Il emportera aussi quelques restes.

    Vingt heures.
    J’abandonne collègues, famille et amis pour retrouver les membres du jury dans un bon restaurant situé sur la Croix-Rousse.
    J’imaginais ne plus avoir faim mais la soupe de bulots tiède aux crevettes, le cabillaud et sa salade d’algues ainsi que le gâteau à la nougatine m’ouvrent de nouvelles perspectives sur les capacités de mon estomac.
    Comblé.

    Minuit et quelques.
    J’arrive chez moi.
    Mes parents sont déjà couchés.
    Un message en anglais sur mon répondeur. Marina, une amie grecque, me souhaite mon anniversaire...


    Mardi 17 décembre.

    Réveil matinal.
    J’essaie sans succès de copier les photos prises par l’appareil numérique de mon père sur mon vieil ordinateur portable. Foutu port USB !
    Métro, nous arrivons à la gare de la Part-Dieu. J’en profite pour acheter un billet.
    Ça y est, ils sont partis et fiers de leur fiston.
    Je vais chez André et Olivier récupérer Ugo.
    André est déjà parti travailler, je fais la connaissance de Guillaume.
    Ugo et moi nous rendons tranquillement au centre commercial de la Part-Dieu pour papoter, faire un coucou à André, prendre un petit déjeuner chez Paul, essayer de trouver des idées de cadeau pour Noël, faire un tour devant la bibliothèque municipale...
    Puis l’heure à laquelle Ugo doit prendre son train arrive, il retourne dans son sud natal, je retourne dans mon labo...
    Au boulot 


    Mardi, le 19 novembre 2002
    Avyrel Sifranc (et trois sous...)
    Le Talent assassiné est le dernier roman de Francis Valéry, publié dans la collection "Lune d’Encres" de Denoël (Paris).
    Francis est un auteur de science-fiction, mais pas seulement. Il est aussi critique et essayiste (il a écrit de nombreux bouquins pour les fans des séries télévisées, ainsi qu’un "guide de lecture" SF), auteur pour la jeunesse, éditeur de la revue CyberDreams (hélas disparue aujourd’hui), musicien, bref, un véritable homme-orchestre...
    Ce qui le caractérise ? Pour avoir un peu discuté avec lui, je dirai : l’identité d’artiste. Cela agace parfois certains, cette façon d’être et de se dire "je ne suis pas comme tout le monde". Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, mais surtout qu’on ne l’ignore pas. Et Francis ne passe pas inaperçu : c’est un colosse habillé de noir, longs cheveux bruns (avec parfois des ajouts capillaires), ongles souvent vernis de noir, bagues gothiques, parfois du maquillage. Quant à ses propos, il masque une grande sensibilité par des avis provocants et des prises de position jusqu’au-boutistes.
    Voilà pour le personnage. Quant au Talent assassiné, c’est un roman plus ou moins autobiographique, une somme de réflexions sur l’identité d’auteur et le milieu de l’édition, une enquête policière faisant figure de quête de soi, avec un humour proche du "grand" Desproges.
    Qui plus est, pour ceux qui connaissent un peu le fandom SF, c’est vraiment à mourir de rire car toute ressemblance avec des personnages existants n’est pas que pure coïncidence.
    Un texte décalé, désopilant, délicieux.

    Archives

    Chronologie :

    >>> Amis
    Parce que rien ne vaut le fait d’avoir de bons copains et de partager avec eux des joies simples.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Animaux
    Au sujet de nos amies les bêtes.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Critiques
    Article critique. Point de vue personnel sur une œuvre. Coup de cœur ou coup de gueule.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Curiosités linguistiques
    À propos de la langue française ou d’autres langues, dialectes et parlers régionaux. Réflexions sur les usages linguistiques de la communauté francophone. Aspects insolites de la langue. Jeux de mots.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Dessin / Arts graphiques et numériques
    Dessins réalisés de manière traditionelle (crayon, stylo, feutre, fusain, pastel, pierre noire ou sanguine, craie, plume, encre de Chine, etc.) ou traités par ordinateur à travers des logiciels d’infographie. Curiosités calligraphiques. Ambigrammes (figures graphiques de mots devenant d’autres mots à partir d’une symétrie ou rotation). Anamorphoses. Peintures. Arts en deux dimensions.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Événements / Grands rendez-vous
    Comptes rendus ou programmes de grandes rencontres : conventions, festivals, conférences et soirées thématiques.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Famille
    Parce qu’on est le fils, le frère, le cousin ou le neveu de quelqu’un.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Fantastique
    De tout ce qui a trait à ce genre artistique où intervient le surnaturel.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Films / Télévision / Vidéo
    À propos des productions artistiques essentiellement visuelles : films (court, moyen ou long métrage), animations, dessins animés, mangas, séries télévisées, vidéo-clips, etc.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Histoires / Légendes
    Au sujet de l’Histoire et des histoires. Faits avérés ou non. Mythes.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Humour / Insolite / Bêtises
    Impressions insolites. Histoires drôles ou surprenantes. Blagues.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Internet / NTIC / Informatique
    De tout ce qui a trait aux « nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Informatique (aspects matériels et logiciels). Internet, aspects du Web, HTML. Multimédia.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Livres
    Livres, revues, recueils de nouvelles et anthologies.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Musiques / Radio / Audio
    À propos des productions artistiques essentiellement auditives : musiques, chansons, concerts, opéras, émissions de radio, etc.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Projets / Avenir
    Réflexions sur le devenir de la Terre ou, plus modestement, de ma petite personne...
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Quiz
    Questionnaires et sondages, le plus souvent ludiques.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Recettes / Gastronomie
    De tout ce qui a trait à l’art culinaire. Recettes de cuisine. Bonnes tables. Grandes bouffes.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Regards sur le monde
    Impressions et réflexions sur notre société.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Science–fiction
    De tout ce qui a trait au genre artistique qui incorpore dans son imaginaire des réflexions scientifiques (plus ou moins poussées). Par excès, si on considère que les mythes et la magie peuvent tenir lieu de science, peut englober le genre fantasy.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Sculptures / Arts plastiques
    Taille de pierres ou modelage, mais aussi peinture, architecture, etc. Expositions. Vernissages. Musées.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Textes de fiction
    Productions littéraires personnelles, de la short short story à la nouvelle.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Tranches de vie
    Impressions à la première personne.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Travaux d’écriture
    Au sujet de l’art d’écrire, que ce soit sous forme romanesque, documentaire ou émotionnelle. Travaux personnels d’écriture en cours. Réflexions d’amis auteurs.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
    >>> Vie professionnelle
    Au sujet de mon travail d’enseignant-chercheur.
    [voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]