Accueil / Écriture / Blogue à desseins / Articles selon une catégorie
>>> Accès aux archives
>>> Fil RSS Abonnez-vous au flux RSS


Lundi, le 14 novembre 2016
Violence de la nature sauvage
J’aurais voulu exprimer ma tristesse de voir disparaître Leonard Cohen ou à quel point j’étais navré du résultat des élections aux États-Unis.
Mais un autre événement s’est produit ce samedi qui m’a touché de manière aussi bien physique qu’émotionnelle.
Durant le week-end prolongé qui vient de s’achever, samedi était le seul jour annoncé par les services de météo comme étant beau, c’est ainsi qu’avec la petite famille nous avions décidé de faire une balade à l’air pur dans les proches alentours de Lyon.
Alors que nous étions encore dans la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, nous engageant dans un chemin de terre bordé d’habitations qui montait jusqu’à un bosquet, nous avons entendu un coup de feu.
J’avais mon fils de 21 mois dans les bras car la montée était un peu rude pour lui, mon épouse tenait notre fille de quatre ans par la main, et nous avons échangé un regard interrogateur.
Nous nous sommes arrêtés un instant afin que j’installe le petit bonhomme dans le porte-bébé de randonnée que je porte sur le dos, quand un bruissement de feuilles s’est fait entendre.
Et là, tout s’est passé très vite. Ma fille s’est mise à hurler. J’ai cru qu’elle avait pris peur en voyant un chien, mais c’est un sanglier qui a déboulé de la forêt. L’animal nous a contournés à toute allure mais il s’est soudain arrêté, découvrant qu’il débouchait sur des habitations, un terrain non familier.
Se sentant pris au piège, il a alors fait demi-tour, et j’ai craint pour la sécurité des enfants et de ma femme. Celle-ci s’est baissée pour les protéger et moi, j’ai crié pour lui faire peur.
Le sanglier m’a chargé et s’est échappé par un jardin.
Nous avons demandé de l’aide à la première personne croisée dans ces habitations qui m’a prodigué les premiers soins et qui, coup de chance, était médecin généraliste. Mon épouse s’est chargée de rassurer les enfants qui, après les cris et les pleurs, se sont mis à jouer avec ceux du médecin pendant que je me faisais soigner.
Nous avons ensuite vu un chasseur qui était à la poursuite du sanglier et qui, tenant une feuille ensanglantée, indiquait avoir touché la bête.
Nous avons rebroussé chemin et sommes rentrés à Lyon, non sans avoir au préalable alerté la mairie du danger.
J’ai passé le reste de la journée aux urgences et j’en suis ressorti avec quelques points de suture à la jambe.
Les enfants sont encore traumatisés. La grande ne voulait plus dormir seule dans son lit, craignant de voir débarquer un sanglier dans son sommeil. Mon gamin dit « peur, peur ! » et montre ma jambe en disant « Papa, bobo ! »
J’ai fait des cauchemars dans lesquels nous étions poursuivis par un sanglier qui, dans l’imaginaire des rêves, avait plutôt pris la forme d’un rhinocéros.
De cette surprenant et violente rencontre, je me demande encore si, entre les deux, l’animal sauvage affolé de quelques centaines de kilos était plus à craindre que le chasseur...
Conséquence physique de ma rencontre avec le sanglier




Lundi, le 5 septembre 2011
La Planète des singes : évolution et nouvelle génération
Avant d’aller voir le film La Planète des singes : Les Origines, un intelligent préquel de La Planètes des singes de Pierre Boulle, je vous conseille de revoir les vidéos des adaptations cinématographiques précédentes de l’auteur français de science-fiction, en particulier la version de 1968 réalisée par Franklin J. Schaffner et celle de 2001 réalisée par Tim Burton.
Dans la version de 1968, quatre astronautes quittent la Terre en 1972 pour un voyage d’exploration spatiale et arrivent sur une planète inconnue 20 siècles plus tard. Sur cette planète, les êtres humains sont dénués de parole et de raison et les grands singes (des primates non humains) en sont les maîtres. Sur les quatre voyageurs, un premier (la seule femme de l’équipage) meurt durant le voyage à cause d’un problème dans le système d’hibernation, un deuxième est tué à l’occasion d’un safari (organisé par des gorilles) et un troisième est lobotomisé par une équipe de savants chimpanzés. Le colonel George Taylor, le seul rescapé, guérit d’une blessure à la gorge qui l’avait rendu temporairement muet, attire l’attention de Zira (une guenon scientifique) qui l’aide à s’échapper, puis découvre au milieu de fouilles archéologiques la preuve que l’humain pouvait parler autrefois sur cette planète (avec une poupée humaine qui dit : « Maman ! »). Le film se termine lorsque Taylor, fuyant les singes avec une indigène nommée Nova dans la « zone interdite », découvre avec stupeur les restes de la Statue de la Liberté, comprenant ainsi que cette planète est la Terre et que les humains se sont autodétruits avec la bombe atomique...
(En aparté, l’astronaute Taylor aurait pu s’en douter un peu : les singes parlaient le même anglais que lui et utilisaient le même système d’écriture ! Par contre, ils ne maîtrisaient ni l’électricité ni les machines à vapeur, la seule force motrice étant issue d’espèces domestiquées telles que le cheval... ou l’homme.)
Contrairement au roman de Boulle, dans le film de Schaffner, les événements se déroulent sur une planète qui est la nôtre (même si on ne le sait qu’à la fin du film, désolé de spoiler) après une évolution de deux mille ans. Dans le roman de Boulle, la « planète des singes » est bien différente de la Terre... mais lors du retour sur sa planète d’origine, le seul astronaute terrien rescapé découvre que les singes sont aussi parvenus à dominer notre planète.
Dans un cas comme dans l’autre, je m’étais interrogé sur la manière dont cette sorte d’évolution à l’envers aurait été possible puisque, en scientifique adepte de la théorie de l’évolution, j’ai toujours considéré ceux de mon espèce comme des lointains cousins des grands singes. Dans les films suivants de la saga aux scénarios écrits principalement par Paul Dehn (qui est aussi scénariste de quelques aventures cinématographiques de James Bond), que sont le Secret de la planète des singes de Ted Post sorti en 1970, les Évadés de la planète des singes de Don Taylor sorti en 1971, la Conquête de la planète des singes de J. Lee Thompson sorti en 1972 ou la Bataille de la planète des singes de J. Lee Thompson sorti en 1973 et rescénarisé par Joyce Hooper Corrington et John William Corrington, l’idée mise en avant est qu’une guerre nucléaire aurait ravagé la Terre, détruisant l’essentiel de la population humaine, les survivants étant soit des humains dépourvus d’intelligence et de langage et vivant dans la nature, soit des mutants télépathes adorateurs de la bombe automique et vivant terrés dans les décombres du métro. Une telle explication était plausible pour l’époque, on était alors en pleine guerre froide et on vivait au sein de l’équilibre de la terreur formé par les blocs de l’Ouest et de l’Est tous deux détenteurs de l’arme atomique. Néanmoins cette idée de cataclysme nucléaire qui aurait permis, d’une part, de détruire presque entièrement une espèce (les humains) et permettre à une autre de les supplanter (bon, OK : ça s’est déjà vu, les mammifères ont dominé la Terre après la disparition des dinosaures), d’autre part, d’apporter des mutations rapides et bénéfiques majeures à des espèces (les singes pouvant parler, les humains devenant télépathes), et même de créer des failles spatio-temporelles (permettant à trois singes évolués du futur de revenir dans le passé — c.-à-d. notre présent — et ainsi de laisser la possibilité à César, le fils du couple de chimpanzés, d’amener les singes domestiques à se révolter et battre les humains). Mouais, pas très convaincant...
Dans le film de 2001 réalisé par Tim Burton, avec un scénario écrit par William Broyles Jr., Lawrence Konner et Mark Rosenthal, la suprématie des singes sur la planète Ashlar serait liée à une sorte de « contamination » de cette planète par des singes intelligents et agressifs rescapés du crash d’une station spatiale terrienne. Là encore, j’avais du mal à accepter une telle justification.
La Planète des singes : Les Origines remet au goût du jour les idées science-fictives des versions précédentes. Déjà, Rupert Wyatt, le réalisateur, est un Britannique né en 1972, c.-à-d. pendant la sortie des films de la saga de la Planète des singes. Des idées telles qu’une destruction globale par une catastrophe nucléaire militaire, nous n’y croyons plus tellement depuis le déclin de l’Union soviétique. Et au niveau des catastrophes nucléaires civiles, Tchernobyl ou Fukushima ont provoqué des développements de cancers mais pas de mutations « positives » amenant à des superpouvoirs à la manière des X-Men. Nous ne croyons plus trop non plus à l’exploration spatiale (un vol spatial habité vers Mars semble déjà le bout du monde), et encore moins aux voyages dans le temps. Et puis, il y a eu les années SIDA, la brebis Dolly, le projet séquençage de l’ADN humain... Du coup, les idées en vogue sont plutôt à puiser du côté du domaine médical et des sciences cognitives, avec des attentes fortes dans les retombées des travaux menés en génie génétique, en virologie et dans la recherche destinée à lutter contre les maladies neurodégénératives.
Prenez ces ingrédients, mélangez le tout et secouez bien et vous obtiendrez un cocktail assez cohérent comme base du film La Planète des singes : Les Origines sorti en salle cet été 2011. Le résultat est un divertissement vraiment plaisant et assez bien ficelé, les singes sont bien plus réalistes que ceux obtenus par les acteurs grimés dans les versions des années 1968 à 1973, ou même que la version de 2001. On se laisse assez facilement emporter par l’histoire, les personnages et les effets spéciaux, et on s’amusera des clins d’œil multiples aux anciennes versions.


Mercredi, le 29 juillet 2009
Article supprimé
(...)


Jeudi, le 17 juillet 2008
Nos amies les bêtes
Non, je ne suis « pas vraiment » en vacances, je me suis occupé de ma chère et tendre et de nous trouver un nouvel appartement. Maintenant que ces problèmes semblent en bonne voie de se résoudre (je dois aller à Lyon ce matin pour signer le bail mais il me faudra ensuite trouver un déménageur), je peux me poser un instant devant un ordinateur et parler de quelques petites anecdotes de mon quotidien – en rapport avec les animaux – qui colorent ma vie d’épisodes allant du Disney le plus dégoulinant au Looney Tunes le plus caricatural (avec Pépé le putois en particulier), en passant par Lassie chien fidèle, l’univers de la petite Heidi... et même un peu d’Alien aussi...
Je m’explique :
  • j’ai été adopté par la chienne de ma compagne, une adorable golden retriever, une vieille mémère qui ne se rend pas compte de son âge... Ainsi, quand elle n’a pas un bobo à l’œil, c’est à la pa-patte... Alors non, je ne vais pas te renvoyer la ba-balle, cou-couche panier, tu arrêtes de faire la fofolle, à la retraite pendant 3 semaines et puis c’est tout ;
  • en rentrant d’un week-end chez ma copine, j’ai manqué mon train à cause d’un troupeau de vaches... Des explications ? Pour le moment, mon amie vit en montagne, et quand les fermiers emmènent paître leurs bêtes d’un endroit à l’autre et qu’ils empruntent les seules routes praticables par les voitures, il n’y a qu’à patienter, et tant pis si on arrive trop tard à la gare de la grande ville car le train, lui, n’attend pas ;
  • le 8e passager : alors que je tondais les abords d’un chalet au coupe-bordure, j’ai éprouvé une très désagréable sensation à l’oreille gauche... Panique, cela faisait « toc toc » contre mon tympan, alors à force de secouer la tête, d’y verser de l’eau, j’ai réussi à en faire sortir l’araignée qui y avait trouvé refuge (j’ai de grands conduits auditifs, m’a confirmé le médecin vu le lendemain) ;
  • en allant voir le Capitaine-qui-ne-signale-pas-qu’il-s’en-va-en-week-end de retour chez lui, sa petite chatte n’a pas arrêté de me tourner autour (histoire de dire : il ne faut pas que mon maître me laisse toute seule, raison pour laquelle ce dernier accueillait une autre félidées le soir même)... et en les quittant pour aller à mon rendez-vous, à cette agence logement, afin d’y déposer mon dossier, je me disais que je ne sentais pas très bon... De retour chez moi, j’ai découvert que la féline créature avait projeté sur ma chemise une espèce de liqueur brunâtre et nauséabonde que j’imaginais être l’apanage des seuls putois ou moufettes... Sympa, la bestiole !
À bientôt pour de nouvelles aventures !


Mardi, le 21 août 2007
L’invité malvenu
Résumé hyper-rapide de mes deux semaines de vacances à la Martinique :
  • Côté positif : la beauté des tropiques à la luxuriante végétation ; la mer des Caraïbes dans laquelle j’ai réalisé de formidables plongées (la faune sous-marine – car il y a très peu de flore sous l’eau : les coraux, éponges, gorgones, anémones ou autres sont des animaux – est magnifique, étonnante et diversifiée avec ses tortues, poulpes, calmars, crustacés (les drôles de crabes-flèches et les jolies crevettes nettoyeuses), coquillages et poissons aux couleurs et formes variées) ; les grands mammifères marins sauvages vus lors du retour en bateau (des dauphins qui s’amusaient avec les vagues produites par notre embarcation, ainsi que des orques naines, moins joueuses) ; l’ambiance sympathique dans le centre ; la ville de Saint-Pierre (détruite par l’éruption de la montagne Pelée en 1902) ; Fort-de-France et son marché ; le jardin de Balata ; les plages des Salines et de Tartane ; les cocktails et jus de fruits exotiques ; la nourriture antillaise...
  • Côté négatif : les bestioles qui piquent sous l’eau (corail de feu, oursin de feu, ver de feu, éponge « pas-touche » ainsi que toute une série de poissons) ou qui piquent dans l’air (mes bras et jambes sont ravagés par les piqûres de moustiques mais je m’estime heureux de ne pas avoir fait la connaissance des mygales) ; les coups de soleil... et un invité non attendu appelé « Dean ».
ouragan     n. m.
1640; houragan 1604; huracan, uracan XVIe ; d’une langue des Antilles, par l’esp. huracán « tornade »
Forte tempête caractérisée par un vent très violent dont la vitesse dépasse 120 km à l’heure, et spécialement par un vent cyclonal. ⇒ cyclone, tornade, typhon. La mer des Antilles est souvent agitée par des ouragans.

Conséquences de l’arrivée de Dean : je n’ai pu plonger qu’à 15 occasions au lieu des 20 prévues, la fin du séjour devenait un peu compliquée avec les coupures généralisées d’eau, d’électricité et de télécommunication, et nous devions rester à l’abri du cyclone, limitant nos activités à la lecture et aux jeux de société. Le passage de l’ouragan a été terrible pour l’île, mais (fort heureusement) ne touchant que des éléments matériels avec les bateaux renversés, les toitures arrachées, les champs de bananiers complètement détruits, la canne à sucre très atteinte également, les routes coupées, etc.
Oui, se trouver dans l’œil du cyclone était une expérience assez particulière dont j’aurais préféré ne pas avoir à me vanter...


Mardi, le 20 septembre 2005
Une nouvelle fiancée
En fait, non, pas tout à fait.
Quoi de mieux qu’une nouvelle fiancée ?
Trois nouvelles fiancées !
Elles sont trois, des charmantes demoiselles que j’ai apporté à mon betta splendens célibataire aujourd’hui.
Sont-elles aussi splendides que leur nom latin le suggère ? Certes, elles sont jolies, mais dans le monde animal, c’est le mâle qui se pare des plus beaux atours, et les trois timides femelles ne peuvent rivaliser avec le monsieur qui semble être vêtu d’une robe de soirée aquatique conçue par les plus grands couturiers de la création.
Chez les homo sapiens sapiens que nous sommes, en revanche, ce sont les dames qui portent les plus belles toilettes, qui arborent les plus élégantes coiffures et les maquillages les plus recherchés.
D’où vient cette différence ?
Mettez deux poissons combattants mâles dans le même aquarium (non, ne le faites surtout pas en vrai, c’est un exemple fictif !). Ils ont beau être magnifiques, ces combattants, mais mis l’un en face de l’autre, ils se retrouvent aussitôt transformés en de redoutables guerriers (les betta splendens ne s’appellent pas « poissons combattants du Siam » pour rien) et vont se battre jusqu’à la mort de l’un, et bien souvent des deux.
Ceci m’amène à proposer une théorie : n’est-ce pas pour faire disparaître les duels que les hommes d’aujourd’hui, lorsqu’ils se retrouvent en (« bonne ») société, portent tous le même type d’habit, à savoir un smoking ?


Vendredi, le 12 août 2005
Prenez et mangez, ceci est son corps
Là, à l’instant, une mouche est venue m’ennuyer.
En la chassant de la main, sans le faire exprès, j’ai attrapé la bestiole entre mes doigts.
Du coup, je ne savais plus quoi en faire...
Écraser l’animal pour ne plus me faire embêter ? Beurk...
Noyer l’insecte dans l’évier ? Ça fait moins de saletés, c’est sûr.
Pourtant, bêtement, je l’ai balancé dans mon aquarium.
La mouche, étourdie, a tenté de se sortir de ce piège aquatique... mais pas bien longtemps. Avec une certaine surprise, j’ai vu mes poissons exotiques se jeter sur elle. Ils sont vraiment tout petits, ces danio rerio mais, à quatre, il n’a pas fallu longtemps pour qu’ils la dévorent. Ben ouais, ils sont carnivores, alors quoi de plus normal ? Quand on leur donne toujours des vers de vase lyophilisés ou de cet obscur « aliment complet », comme je le fais, on ne se rend pas bien compte, alors ça surprend. Enfin, cette mort stupide n’aura donc pas été inutile pour tout le monde.
Merde, dans une semaine, je partirai faire de la plongée en mer Rouge. Et là-bas, il y a des requins...


Mercredi, le 22 juin 2005
Je cherche une nouvelle fiancée
Lundi matin, j’ai découvert que mon combattant mâle préparait un nid de bulles... et le soir, j’ai eu la joie de voir que le nid avait été rempli d’œufs de ces petits poissons. Le mâle s’attaquait à oxygéner sa prochaine progéniture et défendre le nid contre les danio rerio mais je voyais qu’il avait bien du mal à tout faire face à la multiplicité des attaques, aussi ai-je décidé de l’aider... J’ai isolé une partie de mon aquarium, laissant le mâle et ses œufs dans une partie, le reste des poissons dans l’autre. Cependant, les œufs étaient un peu malmenés durant ce déménagement et les bulles ont éclaté, dispersant les œufs un peu partout, cette première ponte était donc perdue...
Le mâle s’est donc résolu à construire un nouveau nid de bulles mais, au petit matin du mardi, il avait encore bien du travail à accomplir.
Au cours de la journée, j’ai rencontré un collègue aquariophile qui m’a expliqué que, lorsque les combattants s’étaient établis en couple, le cycle de ponte était de 13 jours, ce qui m’a rassuré après ce premier échec.
En rentrant du travail, mardi soir, j’ai hélas fait une macabre découverte. La femelle combattant s’était coincée la tête dans un petit trou de la souche d’arbre où les poissons aiment bien se cacher et, prise au piège, en était morte.
Le mâle, depuis, n’avait plus la même motivation pour mettre en place un nouveau nid de bulles. C’est pourquoi, à présent, pour ce jeune veuf, je cherche une nouvelle fiancée...
Catégorie(s) : [Animaux]
Lien permanent : URL:http://www.mereste.net/weblog.php?num=191


Lundi, le 20 juin 2005
La saison des amours
Ce matin, j’avais prévu de changer l’eau de mes poissons et... en fait non. Le combattant mâle n’arrête pas de poursuivre la femelle et cherche à l’emmener dans un coin de l’aquarium où il a construit un joli nid de bulles...
Que faire ?
Je ne vais quand même pas déranger les petits animaux marins alors qu’ils cherchent à se reproduire ?
Catégorie(s) : [Animaux]
Lien permanent : URL:http://www.mereste.net/weblog.php?num=192


Jeudi, le 19 mai 2005
Journée pas type (mais j’aimerais bien !)
Hier, réveil à 4 heures du mat’.
Non, ce n’est pas pour faire la queue afin de voir la « revanche des suites » au ciné, je devais aller à Lyon où j’étais convié à un jury.
Auditions, discussion, vote... de 8h30 à 15h30. Au final, j’ai été heureux de faire basculer la majorité dans le sens qui me semblait le plus juste.
Petit coucou à mes anciens collègues.
Passage pour voir le copain André en train de bosser avec son pote Rafu.
Un bref bonjour à mon ex copine, une fille charmante qui est restée ma meilleure amie.
Un peu de temps pour acheter de la nourriture pour mes poissons exotiques et du matériel pour mon aquarium.
Puis la course pour arriver à la gare et attraper le train du retour.
Arrivé à Saint-Étienne, je croise la miss avec qui j’ai failli sortir, l’an dernier. Ah, les hasards...
Soirée à finaliser un article sur le steampunk avec le compère Jean-Jacques.
Je me suis couché, très tard, avec la satisfaction d’avoir eu une journée remplie, et bien remplie.


Mercredi, le 26 janvier 2005
Ouais, je sais...
Au lieu de m’occuper de mon nouveau site à moi, je fais du ski le week-end, je termine une nouvelle sculpture et je corrige des copies...
Et surtout, je suis à présent l’heureux papa de 8 charmants bambins : trois betta splendens (complètement stones, les jolies bêtes, le combattant mâle ne bouge que pour faire des bulles ou se déplacer vers la bouffe, et les femelles se cachent presque tout le temps) et cinq brachydanio rerio (complètement speedés, eux, ils traversent l’aquarium en une fraction de seconde, de vraies « formules un » de la natation).
Ah oui, j’y pense : faut que je reprenne mes entraînements à la piscine...
Bon, en attendant que je revienne, vous pouvez toujours voir ça (elle est pas belle, la vie ?)


Samedi, le 23 novembre 2002
Ah ? Viagra plus fort que Greenpeace !
Information curieuse entendue par hasard : la fameuse pilule bleue anti-impuissance aurait un effet inattendu sur l’environnement. Plus précisément, le Viagra aidera à faire remonter... le nombre d’individus de certaines espèces menacées.
Quelles espèces ? Non, pas l’homo sapiens sapiens, bien entendu, mais les animaux dont ce dernier se sert, en prédateur suprême, pour soigner sa sexualité défaillante.
Tout le monde a entendu parler de la corne de rhinocéros (en poudre, pas en greffe, voyons !). Les médecines traditionnelles font un grand usage de composants extraits d’animaux rares pour produire leurs remèdes "miracles". Mais, depuis peu, le Viagra fait une concurrence sévère aux étals des chamans-apothicaires.
Victoire de la science sur la magie, les produits exotiques censés redonner une vigueur perdue ne se vendent plus, la clientèle s’étant détournée vers les pilules bleues, et sans demande, plus de chasse de ces animaux malheureusement pour eux pourvus de glandes, organes ou autres appendices autrefois tant recherchés...

Archives

Chronologie :

>>> Amis
Parce que rien ne vaut le fait d’avoir de bons copains et de partager avec eux des joies simples.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Animaux
Au sujet de nos amies les bêtes.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Critiques
Article critique. Point de vue personnel sur une œuvre. Coup de cœur ou coup de gueule.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Curiosités linguistiques
À propos de la langue française ou d’autres langues, dialectes et parlers régionaux. Réflexions sur les usages linguistiques de la communauté francophone. Aspects insolites de la langue. Jeux de mots.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Dessin / Arts graphiques et numériques
Dessins réalisés de manière traditionelle (crayon, stylo, feutre, fusain, pastel, pierre noire ou sanguine, craie, plume, encre de Chine, etc.) ou traités par ordinateur à travers des logiciels d’infographie. Curiosités calligraphiques. Ambigrammes (figures graphiques de mots devenant d’autres mots à partir d’une symétrie ou rotation). Anamorphoses. Peintures. Arts en deux dimensions.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Événements / Grands rendez-vous
Comptes rendus ou programmes de grandes rencontres : conventions, festivals, conférences et soirées thématiques.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Famille
Parce qu’on est le fils, le frère, le cousin ou le neveu de quelqu’un.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Fantastique
De tout ce qui a trait à ce genre artistique où intervient le surnaturel.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Films / Télévision / Vidéo
À propos des productions artistiques essentiellement visuelles : films (court, moyen ou long métrage), animations, dessins animés, mangas, séries télévisées, vidéo-clips, etc.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Histoires / Légendes
Au sujet de l’Histoire et des histoires. Faits avérés ou non. Mythes.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Humour / Insolite / Bêtises
Impressions insolites. Histoires drôles ou surprenantes. Blagues.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Internet / NTIC / Informatique
De tout ce qui a trait aux « nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Informatique (aspects matériels et logiciels). Internet, aspects du Web, HTML. Multimédia.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Livres
Livres, revues, recueils de nouvelles et anthologies.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Musiques / Radio / Audio
À propos des productions artistiques essentiellement auditives : musiques, chansons, concerts, opéras, émissions de radio, etc.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Projets / Avenir
Réflexions sur le devenir de la Terre ou, plus modestement, de ma petite personne...
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Quiz
Questionnaires et sondages, le plus souvent ludiques.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Recettes / Gastronomie
De tout ce qui a trait à l’art culinaire. Recettes de cuisine. Bonnes tables. Grandes bouffes.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Regards sur le monde
Impressions et réflexions sur notre société.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Science–fiction
De tout ce qui a trait au genre artistique qui incorpore dans son imaginaire des réflexions scientifiques (plus ou moins poussées). Par excès, si on considère que les mythes et la magie peuvent tenir lieu de science, peut englober le genre fantasy.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Sculptures / Arts plastiques
Taille de pierres ou modelage, mais aussi peinture, architecture, etc. Expositions. Vernissages. Musées.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Textes de fiction
Productions littéraires personnelles, de la short short story à la nouvelle.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Tranches de vie
Impressions à la première personne.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Travaux d’écriture
Au sujet de l’art d’écrire, que ce soit sous forme romanesque, documentaire ou émotionnelle. Travaux personnels d’écriture en cours. Réflexions d’amis auteurs.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Vie professionnelle
Au sujet de mon travail d’enseignant-chercheur.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]