Accueil / Écriture / Blogue à desseins / Articles selon une catégorie
>>> Accès aux archives
>>> Fil RSS Abonnez-vous au flux RSS


Lundi, le 19 novembre 2012
L’IA, les robots et moi (créateurs, créatures, et cætera)
Il y a 10 ans, je venais de créer ce blogue. À cette époque, je m’apprêtais à soutenir une thèse dans un domaine dérivé de l’intelligence artificielle et je me posais des questions sur mon avenir. Dix ans plus tard, je suis toujours autant intéressé par l’intelligence artificielle et mon métier d’enseignant et chercheur me permet de faire de jolies rencontres, comme revoir le mois dernier lors d’une conférence quelqu’un qui avait été l’auteur d’un essai fondamental sur l’IA que j’avais lu avec passion dans mes premières années d’études universitaires, puis, bien des années plus tard, avait été un de mes professeurs du temps où j’étais encore un étudiant parisien, et qui est désormais un collègue. Il m’avait alors confié qu’il devait participer en tant qu’invité aux dernières Utopiales afin d’intervenir sur une table ronde dédiée au sujet des morales humaines et lois robotiques dans l’œuvre d’Isaac Asimov...
En mars 2012 s’était déroulé à Lyon le sommet européen de robotique « InnoRobo ». Mon intérêt pour l’intelligence artificielle (l’IA) et la robotique ne date pas d’hier : tout jeune adolescent, j’étais déjà fasciné par les œuvres de science-fiction évoquant des créatures artificielles, qu’il s’agît de grosses machines avec de simples boutons lumineux clignotants – comme le « Colossus » du film le Cerveau d’acier de Joseph Sargent sorti en 1970 (et adapté du roman Colossus de Dennis Feltham Jones) –, de robots vaguement humanoïdes – comme « Robby » de la Planète interdite de Fred McLeod Wilcox en 1956 –, ou que les machines fussent si semblables aux êtres humains que seuls des tests très poussés permettaient de les distinguer de nous – comme les « réplicants » dans Blade Runner de Ridley Scott sorti en 1982 (adapté des Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick).
J’éprouvais déjà pour les créatures artificielles une réelle fascination, un mélange curieux d’admiration et de crainte, que je dois à la tradition judéo-chrétienne et à l’héritage culturel gréco-romain qui m’ont façonné. Or c’est peu dire que la Bible n’est pas tendre avec ceux qui se permettent de réaliser des créations qui nous ressemblent, car cet art est réservé à Dieu seul : « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. » (Genèse 1:26). L’Ancien Testament est bourré d’interdits sur la réalisation de créations nous ressemblant : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre » (Exode 20:4, mais on retrouve des propos similaires aussi en Lévitique 26:1, en Deutéronome 4:25 ou 5:8, etc.). À ce propos, je devrais aussi m’interroger pour mon attrait pour les arts plastiques, et en particulier pour la sculpture et le modelage de l’argile... Dans la mythologie grecque, le destin est tragique pour l’être légendaire qui aurait été à l’origine de l’humanité, à savoir le Titan Prométhée. Après avoir créé les hommes à partir d’argile et d’eau, il vole le Feu de l’Olympe (symbolisant la connaissance) aux dieux pour en faire don aux hommes, déclenchant le courroux des dieux qui l’enchaînèrent à un rocher où un aigle venait chaque jour lui dévorer le foie.
De fait, les histoires de créatures intelligentes se terminent mal, en général, et les créateurs qui osent braver l’interdit sont remis à leurs places de simples mortels le plus souvent de manière très cruelle.
Les premières créatures appelées « robots », qui sont plutôt des androïdes, sont celles que l’on retrouve dans la pièce de théâtre R.U.R. de l’auteur tchèque Karel Capek... Je pense que ce n’est pas trop déflorer l’histoire que de dire que, à la fin de la pièce, les robots se révoltent et finissent par anéantir l’humanité.
Les créatures artificielles qui ressemblent à l’homme, on en retrouve aussi des traces dans la tradition juive avec le Golem, ce « second Adam » d’argile prenant vie par le pouvoir magique du rabbin le Maharal de Prague. En détruisant le Golem, le rabbin aurait été écrasé par la masse de sa créature.
Dans Frankenstein ou le Prométhée moderne, écrit en 1818 par Mary Shelley, la science reprend la place qu’occupait auparavant la magie, et on sent dans ce texte que l’arrivée de l’électricité permettait d’imaginer toute forme de pouvoirs, dont celui de donner vie à une créature composée de parties de corps humains décédés. Là encore, le récit se termine par la mort du créateur (qui traquait sa créature qui ne faisait que semer la désolation autour d’elle), et l’horreur inspirée par cette histoire était telle qu’une confusion a fini par s’établir entre la créature et le créateur, « Frankenstein » désignant pour la plupart des gens le monstre au lieu du scientifique qui était parvenu à créer une telle abomination.
Au moment où l’homme mettait le pied sur la Lune, Stanley Kubrick sortait son film 2001, l’Odyssée de l’espace (au scénario inspiré de nouvelles écrites par Arthur C. Clarke). Le vaisseau spatial était assisté par une intelligence artificielle appelée HAL 9000. Les astronautes, comprenant que l’IA était en train de dérailler, avaient décidé de la désactiver... mais celle-ci, ayant pu lire leurs intensions sur les lèvres, avait essayé de les supprimer.
On peut noter que la seule manifestation de HAL, outre sa voix et son contrôle du vaisseau spatial, est son œil rouge, nécessairement menaçant, comme l’est celui du robot Terminator quand il est débarrassé de son enveloppe humaine.
Dans la saga des films Terminator, dont le premier volet avait été réalisé par James Cameron en 1984, le concept est toujours le même – des méchants robots viennent pour détruire l’humanité et il ne reste qu’une poignée d’humains pour lutter contre les machines – mais l’histoire se complique par des voyages dans le temps pour revenir dans le passé afin de changer l’issue de cette bataille. Suivant les épisodes, le Terminator venait du futur soit pour tuer le leader de la révolution, soit pour le protéger.
Dans les années 1970 et 1980, même si on rencontrait en Occident des robots moins méchants (comme « R2D2 » et « C6PO » de la saga la Guerre des étoiles), c’était surtout les influences orientales (où le robot est vu plutôt comme un compagnon que comme une créature soumise à un maître) qui vinrent changer le regard que nous portions sur les créatures artificielles, comme Astro le petit robot (Astroboy dans sa version originale japonaise) ou « Nono » de la série télévisée d’animation franco-nippone Ulysse 31.
On commençait à faire apparaître des robots plus gentils à partir du moment où ces derniers devenaient plus « humains », ou en tout cas quand ils perdaient un peu de leur rationalité initiale au profit de l’émotion. On trouvait ainsi « Johnny 5 », dans Short Circuit de John Badham, sorti en 1986, qui est un exemple intéressant de recyclage de la créature de Frankenstein. C’est à nouveau l’électricité qui provoque la vie en changeant un robot militaire et en lui donnant des capacités émotionnelles que l’on ne retrouve pas chez les artefacts ordinaires. Le robot est considéré comme étant un humain parce qu’il est capable d’avoir de la sensibilité et de l’humour.
Bien plus tard, il y eu aussi « Andrew », le robot domestique de l’Homme bicentenaire de Chris Columbus, sorti en 1999, et adapté de la nouvelle éponyme d’Isaac Asimov. Tout au long des deux siècles où se déroule cette histoire, le robot évolue, il subit des modifications qui le font paraître de plus en plus humain, et ce dernier se bat juridiquement pour chercher à être reconnu comme un être humain à part entière par l’humanité. Il y parvient au moment où il acquiert enfin une caractéristique essentielle pour tout être vivant, c’est-à-dire la possibilité de mourir...
C’est d’ailleurs intéressant de voir que, dans les œuvres de fiction traitant de l’intelligence artificielle, les oppositions de base entre la vie et la mort, le créateur et sa créature, l’amour et la haine, ou le fait de donner la vie ou de tuer semblent perdre leurs frontières pour se mêler, car on a un peu l’impression qu’une créature artificielle ne peut être considérée comme intelligente que si elle est aussi vivante, et que donc elle a aussi la capacité à mourir. C’est ainsi que Frankenstein finit par se faire tuer par sa créature, ou que Tyrell, le créateur des réplicants de Blade Runner, se fait écraser la tête après un baiser de la mort donné par une de ses créatures qui souhaitait l’obliger à modifier son caractère génétique afin de prolonger sa durée de vie...
Ces jeux curieux entre la vie et la mort, la créature et son créateur, le fait de donner la vie et de tuer se retrouvent chez ce même réalisateur qu’est Ridley Scott dans d’autres œuvres cinématographiques. Déjà, dans le premier Alien sorti en 1979, on rencontre, en plus d’une intelligence artificielle assez basique chargée de piloter le vaisseau spatial et appelée « Maman », un androïde caché parmi les humains appelé « Ash ». Sans vouloir interpréter tout de façon freudienne, il est difficile de manquer dans ce film les jeux multiples sur la reproduction et la sexualité, avec une certaine obsession pour l’orifice buccal : les êtres humains sont contaminés par les aliens qui leur pondent un fœtus de créature dans la bouche, les aliens sont pourvus d’une tête phalloïde ainsi que d’une deuxième bouche rétractile dans leur bouche, l’androïde Ash cherche à étouffer Ripley en lui introduisant un magazine dans la bouche en une parodie de scène de fellation, les androïdes sont des machines dont les circuits sont alimentés par un liquide blanc et gluant...
On dirait vraiment que ces idées hantent le réalisateur américain car dans Prometheus, son dernier film en date, ces obsessions sur les modes de reproduction et sur l’artificiel sont encore plus criantes : si les machines androïdes sont des créations des humains, nous, les êtres humains, serions les créations d’une espèce extra-terrestre appelée les « Ingénieurs » ; l’origine de la vie sur Terre serait due au sacrifice d’un Ingénieur qui aurait mêlé l’ADN de son organisme à l’eau à travers l’action de nanorobots ; ces mêmes nanorobots seraient capables de contaminer un être humain pour le transformer en créature zombiesque parvenant à féconder une femme stérile ; un Ingénieur sorti de son hibernation cherchera à détruire les humains que son espèce est parvenue à créer... Cette fois-ci, les monstrueuses créatures, ce sont nous, et nos créateurs cherchent à nous détruire comme avait tenté de le faire le Docteur Frankenstein.
Sans dresser une liste exhaustive des œuvres de fiction (cinématographiques) où sont présentées des intelligences artificielles et leurs incarnations sous forme de robot (j’aurais pu parler d’I, Robot d’Alex Proyas qui est sorti en 2004 ou d’A.I. de Steven Spielberg qui est sorti en 2001), je crois que l’une des visions les plus réalistes mais néanmoins tordues qui soient sur les liens entre la nature et l’artificiel, le modèle et sa copie, se rencontrent dans le du film de science-fiction franco-espagnol Eva réalisé par Kike Maíllo et sorti en 2011 où se mêlent les sentiments humains d’amour, de jalousie et de haine dans un monde de petits génies de l’intelligence artificielle et de la robotique.
Enfin, pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là. Les robots que j’ai croisés au mois de mars de cette année sont plein de potentialités en terme de capteurs et de capacités d’action mais, à mon sens, ils sont encore loin d’être dotés de programmes pouvant leur donner un semblant de comportement intelligent...
Nao
« Nao » d’Aldebaran Robotics

Reeti
« Reeti » de Robopec

RoboThespian
« RoboThespian » de Engineered Arts Limited




Dimanche, le 10 janvier 2010
Lyon sous la neige
Boulevard des Belges, les jolies demeures jouxtant le Parc de la Tête d’Or ne sont plus seulement cachées par les arbres, la neige les protège un peu du regard.

À l’intérieur du parc, on ne croise pas que les indéfectibles joggeurs... il y a aussi des personnes en ski de fond.

Le lac est en partie gelé, les oiseaux se sont mis au loin.

La Porte des Enfants du Rhône.

Vue sur la Colline de la Croix-Rousse

Les murs tagués près de l’aire de skate contrastent agréablement avec les couleurs atténuées par la neige et le gris de ciel.

Rue de la République.

Place des Terreaux, la fontaine Bartholdi.

Musée des Beaux-Arts. Un des bronzes du jardin semble durement éprouver le poids de la neige.

La colline de Fourvière. La basilique Notre-Dame et la tour métallique.

Sur la colline, le Parc des Hauteurs. Là aussi, des skieurs...

Depuis la colline, zoom sur l’église Saint-Nizier.

Zoom sur la Place Bellecour.

Vue sur le nord de Lyon. L’opéra. Le parc de la Tête d’or.

Le lion ailé garde l’entrée de la basilique, impassible malgré la neige et le froid.

Vue globale sur Lyon. La cathédrale Saint-Jean. Les tours de la Part-Dieu et Oxygène. La place Bellecour.

Le théâtre gallo-romain.

La Primatiale Saint-Jean

La Place Bellecour.

Vue sur Fourvière depuis Bellecour.

Les quais du Rhône.

Quelques jours plus tôt, la Tour Part-Dieu.




Jeudi, le 13 août 2009
Journée évianaise
Excursion bien agréable, hier, à Évian-les-Bains avec des amis.
Ravissante petite bourgade en bord du lac Léman, en face de Lausanne, la ville accueillait l’exposition Rodin et les Arts décoratifs dans le cadre de son Palais Lumière. Superbe exposition, grand moment d’émotion, et quelques souvenirs un peu nostalgiques aussi : j’ai toujours été un grand admirateur du travail de l’auguste Auguste et, durant mon année parisienne, j’allais souvent me ressourcer auprès du jardin de l’hôtel Biron.
Après avoir entendu mes amis discuter de leurs envies communes d’acquérir un téléphone mobile « intelligent », en contemplant la sculpture de créatures mythiques, une naïade enlevée par un satyre, j’ai pensé que fantasy et nouvelles technologies pouvaient enfin de se mêler avec succès : l’invention de l’i-faune.
Plus tard, autre source d’amusement en passant à côté d’une buvette au bord du lac. Nous avons entendu la serveuse s’esclaffer après avoir pris une commande : « Une Vittel-menthe ? À Évian ! »
Un comble, en effet...



Mardi, le 19 mai 2009
Tiens, un zeugma !
En répondant hier au courrier électronique d’un copain de mon laboratoire qui me proposait de le rejoindre, avec d’autres collègues, pour une balade en roller, je me suis aperçu que j’avais rédigé un zeugma.
Le zeugma se définit comme étant une figure de style qui « force un terme à s’accorder avec plusieurs déterminants alors que sur le plan sémantique un seul peut normalement convenir ». Plus simplement, il s’agit d’un verbe suivi de deux compléments, l’un gérant une idée abstraite, le second une idée concrète. Par exemple :
« Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours »
de Guillaume Apollinaire dans son recueil de poèmes Alcools.
Certes, ce que j’ai écrit était moins poétique, mais était arrivé de façon inopinée.
Tout d’abord, j’avais répondu à mon collègue par l’affirmative : il devrait faire beau, et après quatre heures de cours donnés à des étudiants de Master, un peu de sport du temps de midi m’aurait fait du bien. Mais en préparant mon cartable, mon enthousiasme a fait place à la franche réalité. J’avais oublié qu’en fin d’après-midi j’allais me rendre à l’atelier d’arts plastiques. Avec une matinée prise par les enseignements, il ne me restait plus beaucoup de temps pour me consacrer à mes activités de recherche et d’administration. De plus, je devais transporter, outre mon ordinateur portable et mes notes de cours, mon matériel d’arts plastiques et ne pouvais pas en plus m’encombrer d’un sac de sport avec mes rollers.
C’est ainsi que j’ai fini par décliner l’invitation à la balade en roller, indiquant que ma journée allait déjà être bien chargée... et que moi aussi.


Samedi, le 5 juillet 2008
L’heureux tour / le retour
Ça y est, c’est officiel : fin août, au retour de Nyons où se déroulera la convention nationale de science-fiction, je devrai quitter mon appartement de Saint-Étienne. Une page sera tournée. Ou plutôt qu’une page, il s’agit d’une boucle qui sera à nouveau bouclée, de l’accomplissement d’un demi-tour permettant de faire tour complet... et donc, d’un « retour ».
Grâce aux archives de ce blogue, je découvre qu’il s’agit d’une drôle de réponse à la vie que j’avais vécue il y a presque cinq ans de cela...
Je ne suis pas vraiment triste, oh non, car si je quitte – sans vraiment la quitter – cette préfecture de la Loire où je vais continuer à aller régulièrement pour mon travail, c’est pour pouvoir vivre avec la femme de ma vie dans un appartement (encore à trouver) situé dans l’un des arrondissements de la préfecture du Rhône.
Lyon est une ville que j’adore, qui m’est chère pour de multiples raisons, la ville dans laquelle j’avais déjà vécu à deux occasions, la première fois pour débuter la partie la plus intéressante de mes études, loin de mes parents, et la seconde pour y préparer et soutenir une thèse de doctorat. Six ans de ma vie.
Lyon, où je me trouvais encore il y a deux jours, à l’occasion du bref passage de ma belle-sœur, elle que je ne vois plus guère puisque, avec mon frère, ils se sont installés au Canada.
métro Guillotière, à Lyon
Ma vie va donc prendre un nouveau tour, un heureux tour, avec sans doute moins de temps pour faire de la sculpture, mais beaucoup plus à passer dans les transports en commun, ce qui va me donner l’occasion de pouvoir reprendre l’écriture, moi qui — inspiré par ma belle — porte depuis quelque temps l’envie de coucher sur papier des nouveaux textes de fiction.
Alors, hier, j’ai pris quelques heures pour terminer la sculpture en argile qui traînait depuis trop longtemps, elle a besoin de l’été pour sécher afin de pouvoir être cuite avant le déménagement.


Mercredi, le 28 mai 2008
Fest’Uval Jean Mon’Arts 2008
Ouais, je sais, je ne poste plus beaucoup d’articles sur le blogue à desseins (pas ma faute : ma vie est très mouvementée en ce moment), mais oyez, oyez : la prochaine édition du Festival de l’Université Jean Monnet (plus connu sous l’appellation Fest’Uval Jean Mon’Arts) se déroulera les soirs des jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 juin 2008, au Château de Saint-Victor, à quelques kilomètres de Saint-Étienne.
Fest’Uval Jean Mon’Arts 2008
Au programme : des concerts de musique (classique, jazz, pop rock, reggae, hip hop, etc.), des représentations théâtrales, de la danse (moderne ou orientale) et toujours une exposition de peintures, sculptures, dessins et photographies... où votre serviteur présentera ses dernières créations.
C’est un festival de qualité, gratuit, mêlant jeunes et moins jeunes (étudiants, profs et autres personnels universitaires) dans un cadre des plus agréables... alors venez y faire un tour !


Mercredi, le 20 février 2008
Mots de l’âge, modelage
Pourquoi n’ai-je plus rien raconté sur ce blogue depuis plus d’une semaine ?
Eh bien, d’une part, je suis bien occupé par mon boulot, me réveillant souvent à des heures impossibles pour avancer dans mes travaux de recherche, et d’autre part parce que je me consacre en ce moment davantage à la sculpture qu’à l’écriture.
En effet, puisqu’il est assez frustrant d’écrire des textes qui ne sont pas lus, faute de trouver un éditeur, je préfère réaliser des créations plastiques qui, elles, seront vues à l’occasion d’expositions.
Je viens de terminer de patiner une pièce, intitulée les Amants aquatiques, que je n’ajouterai pas à ma galerie virtuelle car elle n’est pas censée trouver d’acheteur, étant une commande pour un particulier.
sculpture amants aquatiques terre cuite patinée
sculpture amants aquatiques terre cuite patinée
(Les couleurs sortent un peu bizarrement, les photos ayant été prises sans flash, avec un éclairage par lampes halogènes.)
Je travaille à présent sur une autre pièce, une fillette d’un très jeune âge, presque un bébé, et c’est ma nièce qui me sert de modèle, photographiée sous de nombreux angles par mes parents.
D’ailleurs, je me suis acheté quelques livres sur le modelage, la façon de réaliser les formes humaines, les visages et les expressions. Comme je lis beaucoup dans les transports en commun, quand je tombais sur des descriptions expliquant que le visage est composé de telle ou telle partie, comment s’organise la ceinture scapulaire, que pour former l’intérieur des oreilles il suffit de tracer une courbe externe, une courbe interne et de creuser une conque, comment s’organise la jonction entre le nez et la bouche, comment rendre une personnalité rien que par la forme des yeux... je ne pouvais m’empêcher de vérifier ces éléments auprès des autres voyageurs, en m’arrêtant de préférence sur les jolies filles.
Parfois, nos regards se croisaient et... mais non, mesdemoiselles, je ne suis pas un vil mateur !


Vendredi, le 25 janvier 2008
Un millier de grues du Japon
Le plafond du bureau de mon domicile est couvert d’une multitude de grues japonaises.
Le travail de pliage du plus célèbre représentant de cet art qu’est l’origami a débuté au mois de novembre, la constitution des guirlandes de grues a démarré dès décembre, et ce n’est qu’au cours de cette semaine que j’ai accroché la dernière guirlande.
Quand on entre dans la pièce où se trouve cette œuvre formée par l’accumulation d’un motif prenant possession de tout l’espace situé au-dessus de la tête, on ne manque pas d’être assez impressionné par le résultat, porté par le vertige de cette série de formes colorées qui semble se décliner indéfiniment, si ce n’est à l’infini :
1000 grues du Japon, 1000 origami cranes

1000 grues du Japon, 1000 origami cranes

Il est dit que : « Quiconque plie mille grues de papier verra son vœu exaucé. »
Bon, arrivera bien ce qui doit arriver. Ou pas...


Dimanche, le 13 janvier 2008
Catalogue, mon beau catalogue
Il y en a, quand ils sont petits, ils feuillettent avec passion les magazines de voitures. Des voitures de luxe. Des voitures de sport. Ou des motos. Quand ils grandissent, les voitures ne sont plus tout à fait les mêmes, la curiosité émerveillée de l’enfance a fait place à la question : « quel va être mon nouveau modèle ? » – sous-entendu : « quelle voiture correspond le mieux à la personnalité que je souhaite afficher ? »
Pour les filles, ce sont plutôt les catalogues de fringues. Mais cela revient au même.
Et puis, pour les deux sexes, surtout quand ils vivent ensemble et qu’ils veulent ajouter de la matière à leur nid douillet, ce sont les catalogues Ikea (dont l’absurdité est cruellement illustrée dans le film Norway of Life de Jens Lien).
Les catalogues sont donc une sorte de miroir de l’âme, un peu comme s’ils pouvaient correspondre, pour les gens, aux vitrines de ce qui leur font le plus envie.
Je ne me sens pas matérialiste, et pourtant je n’échappe à ce principe. Ce qui me fait baver d’envie depuis qu’il s’est retrouvé dans ma boîte aux lettres, c’est le catalogue d’un marchand de matériel de Beaux-Arts.
Ahhhh... Je découvre plein de nouvelles techniques artistiques, plein de bricoles qui permettrait de faire ceci ou cela... Et en mieux... Des peintures, des outils, des... Plein de... Toute cette potentialité pour donner forme, couleur et matière aux élans de mon imagination...
Ah, non ! Vade retro, catalogus ! Ouais, il faut que je me calme.
Soupir : même dans la création artistique, on ne peut pas partir de rien...


Mercredi, le 5 décembre 2007
Chapelle Sixtine
Quand je n’essaie pas de faire de nouveaux essais en origami, je décore mon plafond de guirlandes réalisées à partir d’un millier de grues du Japon.
Cela transforme de manière étonnante mon bureau, regardez plutôt :
16 guirlandes de 10 grues du Japon

Un millier de grues du Japon

Les grues, en détail

Sinon, pourquoi « Sixtine » ?
En raison d’un vilain jeu de mots : il n’y a pour l’instant que seize (sixteen) guirlandes de 10 grues accrochées, soit 16 % du millier qui s’y trouvera dans quelques jours...


Jeudi, le 25 octobre 2007
Pli, noeud, graphe, lien...
Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment, mais tous mes centres d’intérêt – aussi diversifiés soient-ils – me dirigent, que je le veuille ou non, vers une thématique commune.
En sculpture, après m’être intéressé au modelage et à la taille directe, je continue mon travail sur les formes et les couleurs avec un épisode sur les pliages, et leurs expressions magnifiées qu’est l’origami.
Mes 100 premières grues en origami
En arts graphiques, et cela depuis quelque temps maintenant, je travaille sur les ambigrammes, ces textes dont la calligraphie étrange cache des propriétés de symétrie.
Pour l’une de mes activités sportives favorites, la pratique de la plongée sous-marine, lorsque nous ne nous entraînons pas dans la piscine, nous voyons – en plus des consignes de sécurité, des aspects liés au matériel et à l’orientation – comment réaliser des nœuds marins, essentiels pour attacher une partie du matériel de plongée ou pour la navigation en bateau.
Il est étonnant de voir que ces trois domaines, abordés de façon ludique en ce qui me concerne, sont grandement étudiés et théorisés, et j’ai du mal à employer ces derniers sous forme purement artistique ou pratique en essayant d’ignorer tous les modèles mathématiques qui se trouvent derrière.
Dans mon travail de recherche, je suis amené à manipuler des graphes pour de multiples raisons, des propriétés de voisinage, des histoires de distance ou certaines formes de représentation.
Ainsi, dans la « vraie vie », tout comme dans mes textes de fiction, je suis amené à assembler des concepts qui semblent n’avoir aucun point commun, à les replier, à les nouer, à les assembler, à les lier...
Avec un peu d’espoir et de chance, j’espère bien aboutir un jour à une forme artistique ou intellectuelle qui puisse avoir quelque intérêt, dans quelque domaine que ce soit... une petite clé ouvrant l’une des portes parmi la multitude constituant l’énigme de l’univers...


Lundi, le 15 octobre 2007
Qui dîne dort peu
Ouais, l’expression française « qui dort dîne » – du moins dans son acception actuelle et non celle que lui donnaient les aubergistes d’autrefois – n’a pas vraiment pu s’appliquer à moi, la semaine dernière. Les rares soirs consacrés à une activité qui ne soit ni sportive ni artistique, je me suis retrouvé en bonne compagnie pour des dîners sympathiques.
Mercredi, j’ai retrouvé André-François Ruaud – le « capitaine » des moutons électriques, éditeur – à la gare de Châteaucreux... Nous sommes allés ensemble voir et écouter l’étonnant spectacle musical et humoristique Laissez votre science au bestiaire des Kazoo’s Belli, le groupe auquel participe notre ami le prof/chercheur/auteur/musicien Jean-Jacques Girardot. J’avais déjà assisté à une représentation des Kazoos, il y a près d’un an maintenant, mais comme Jean-Jacques a adapté le spectacle au thème du congrès dont il constituait la clôture peu commune, de la fantasy avait été introduite dans cet ensemble plutôt hard science par l’entremise du « bon génie des procédés ». Plaisir de voir des copains, le chanteur Rémi Garin, l’autrice Sylvie Lainé venue en famille, le sculpteur Didier Cottier... mais les uns doivent rentrer à Lyon ou ailleurs, les autres ne peuvent éviter le dîner de gala officiel, aussi André-François et moi sommes retournés au centre-ville à la recherche d’un petit restaurant. Il était cependant déjà plus de vingt-deux heures, et en semaine, dans notre bonne ville de Saint-Étienne, c’était peine perdue. Malgré tout, je suis parvenu à faire quelque chose d’assez convenable pour mon invité avec les crevettes et filets de poisson qui traînaient encore dans mon congélateur.
Jeudi soir, après une réunion pédagogique, dîner en compagnie de collègues dans un restaurant japonais. Le repas s’éternisait, les plats mettant un temps considérable à nous parvenir : la préparation des sushi, maki et sashimi ne semble pas bien s’adapter aux grands groupes de personnes. Néanmoins, l’ambiance était chaleureuse : je suis ravi de pouvoir travailler avec des infographistes, magiciens de l’art et des nouvelles technologies, et des profs pour le moins atypiques.
Samedi midi, à mon retour de la salle de gym, j’ai rencontré Jean-Jacques par hasard dans un magasin de surgelés (il fallait que je reconstitue le stock de mon congélateur). Déjeuner impromptu en sa compagnie, nous évoquons son spectacle de mercredi dernier et son retour à la vie « normale » car il va cesser pour un temps ses activités musicales. Chouette, il se peut que nous écrivions enfin la suite de notre nouvelle steampunk !
Samedi soir, j’étais invité par Gilles Massardier, un éducateur spécialisé, mais aussi diacre et auteur amateur de science-fiction (voir les Yeux pour pleurer) que j’avais rencontré le mois dernier lors de l’événement organisé par les Lyonnes de la SF. La soirée s’est déroulée au Passage de Saint-Chamond, un « lieu de vie », c’est-à-dire une structure où, avec son épouse et ses enfants (ainsi que, durant la semaine, d’autres éducateurs et travailleurs sociaux), ils accueillent jusqu’à huit enfants « à problèmes » dont ils s’occupent en se démarquant des projets classiques des grosses institutions et des familles d’accueil. Que dire d’autre que durant ces quelques heures en présence de Gilles, de son épouse, de ses gamins, des enfants du Passage et de la charmante psychologue, j’étais entré dans un autre univers ? La science(-fiction) évoque des univers parallèles, mais il n’est pas nécessaire de recourir à de tels subterfuges pour déboucher dans d’autres mondes, en tout cas « autre » pour moi qui ai vécu une enfance heureuse et très protégée au sein d’une famille aimante. Le travail que Gilles et ses collègues effectuent est formidable, je suis admiratif de la force qu’ils déploient à chaque instant pour vivre au quotidien avec des mômes dont les malheurs font ensuite trouver bien dérisoires les inimaginables horreurs rapportées par les médias ou certaines planches dessinées par Jiho. Étudiant en psychologie pendant quelques années, je n’ai jamais été spécialement attiré par les aspects cliniques, m’intéressant davantage aux aspects expérimentaux et aux théories cognitives. Cela m’avait permis d’échapper à la brutale réalité rencontrée par ceux qui travaillent dans le « social »... Pourtant, la vraie vie, ce n’est pas l’Île aux enfants : les monstres existent et ils ne sont pas gentils.
Dimanche, enfin, j’ai pu rattraper mon manque de sommeil. Mais cela ne m’a pas empêché de terminer une sculpture.
Naviguons sur la vie avec légèreté...
Sur les flots



Mercredi, le 3 octobre 2007
Dessin, sculpture et mauvais jeu de mots
Reprise de l’atelier d’arts plastiques, hier soir. Les habitués, quelques nouveaux, discussions sur les projets à venir, le matériel à acheter, les techniques qui seront étudiées ; de fait, je suis un des rares à réellement travailler.
Je présente à Laurent – l’artiste qui anime l’atelier – l’ambigramme que j’ai dessiné à partir de son nom (voir ici), dessin qui a l’heur de lui plaire et de l’intriguer. Il a envie d’essayer d’en faire un avec son seul prénom. Je lui montre aussi l’ambigramme de mon pseudo sous style « tribal » (voir ) et lui fait savoir que je compte l’adapter pour me le faire tatouer. (À ce propos, j’ai vu mon médecin, il n’y a a priori aucune contre-indication pour un tatouage, à part quelques rares allergies recensées, l’essentiel étant de ne pas faire de tatouages temporaires, surtout en noir, ce qui ne sera pas le cas). Laurent me déconseille d’employer un tel motif, ou du moins de davantage le travailler (il ne faut pas oublier qu’il a là un caractère définitif !) ; le tatouage devant avoir un squelette avec une structure plus précise que les petits « bidules » que j’ai dessinés un peu partout, lors de mes premiers pas dans ce mode graphique. Pas faux. L’ami Laurent est toujours de bon conseil...
Allez, au travail ! Avec ma massette et un ciseau, ainsi qu’une grosse lime, je dégrossis la pierre pour transformer le bloc de stéatite en un majestueux voilier. Puis je ponce l’élément qui deviendra la voile et passe la pierre polie sous l’eau afin de révéler la couleur que l’on retrouvera une fois la pièce terminée.
Laurent : « Ah oui, c’est un très joli vert veiné... »
Et moi, de répondre : « Tu veux dire... comme la tisane ? »


Dimanche, le 23 septembre 2007
Dernier rappel : *** Exposition en cours ***
Si vous voulez voir mes sculptures, vous avez encore tout juste une semaine...
C’est à Saint-Étienne, et ça se trouve ici.
Entrée libre.


Jeudi, le 13 septembre 2007
La double double-vie de Fabrice M.
L’excellent et regretté Polonais Krzysztof Kieślowski avait réalisé, en 1991, un film étonnant : la Double Vie de Véronique. Dans ce petit bijou cinématographique, une femme, après la mort de son impossible double, voyait sa vie curieusement changer...
En ce qui me concerne, j’ai deux doubles vies : une d’enseignant/chercheur qui m’occupe durant une bonne partie de la période diurne des jours ouvrables (et bien souvent davantage) où je suis le « docteur Fab M. », et une autre d’auteur/sculpteur – que j’exerce le reste du temps – sous le pseudonyme de Mister « F. Méreste ».
Parfois, ces deux vies se mêlent. Hier matin, avant de coiffer ma casquette de prof et de passer la journée à participer à des jurys de soutenance de stage ou à donner des cours, j’étais devant l’ordinateur afin de concevoir l’affiche annonçant la prochaine exposition d’arts plastiques de mes collègues et moi-même (cela se passera à l’atrium de la Bibliothèque universitaire du site de Tréfilerie « Droit, Lettres », à Saint-Étienne, du 13 au 28 septembre 2007, voir ici). Et tout à l’heure, je vais installer cette expo avant de retourner bosser « pour de vrai » à mon labo.
Samedi, cette fois en tant qu’auteur, j’irai à Lyon pour participer au Lyonnacolo, une soirée-débat avec quelques auteurs et animateurs du petit monde science-fictif de France et d’Italie, un événement organisé par les Lyonnes de la SF.
Bref, je n’ai vraiment pas le temps de m’ennuyer...
Enfin, petite nouveauté : j’ai décidé de ne plus indiquer directement mon pseudonyme sur les étiquettes des œuvres plastiques que je vais exposer. Désormais, seuls seront présents le nom de la sculpture, l’URL permettant d’accéder à ce site Web et, en guise de signature, le nouvel ambigramme de mon nom d’artiste :
Méreste, l’ambigramme me servant désormais de signature




Jeudi, le 26 juillet 2007
Ressources
Achats compulsifs. Hier, une razzia à la Fnac (plein de bouquins de David Lodge et un essai en neuropsychologie). Puis, de retour chez moi, plus d’un dixième de mon salaire mensuel est parti en commande en ligne d’outils et de pierres afin de poursuivre mes activités de sculpture...
Whouf !
Et puis, en soirée, l’ordinateur s’arrête, ainsi que toutes les lumières. Panne d’électricité. Je réouvre les volets, allume quelques bougies... plus d’électricité dans tout l’immeuble. Je vais voir à l’extérieur... et remarque une note scotchée sur la porte d’entrée : en raison des travaux, coupure prévue entre 20 heures et 23h30.
Je rentre chez moi et essaie de profiter des dernières lueurs du jour pour avancer une nouvelle de Lodge, mais il est très difficile de lire, même à l’aide de plusieurs bougies. Bon, eh bien, je vais au moins dormir longtemps cette nuit... C’était sans compter les lumières qui se sont rallumées vers 22 heures.
Le lendemain matin, une autre surprise : plus d’eau. Ah, l’horreur, maudits travaux ! Impossible de vivre sans pouvoir prendre sa douche, tirer la chasse d’eau, se laver les dents. De l’évian pour faire du thé au petit déjeuner. Je regarde mon stock de bouteilles d’eau. Est-ce que cela sera suffisant pour faire un semblant de toilette ? L’eau revient vers 10 heures, juste de quoi faire la vaisselle... puis ne coule plus. Une heure à patienter avant que ne parvienne un filet saumâtre... pas très engageant, puis une eau incolore, en gros flot, comme d’ordinaire.
Ces petits moments de privations ont quand même le mérite de nous permettre de relativiser sur l’emploi des ressources, foutus citadins privilégiés que nous sommes... Sur cette planète, combien de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable, à l’électricité, à des livres ou d’autres formes de culture ?


Mardi, le 24 juillet 2007
De la poussière
Depuis quelques jours, je fais de la sculpture sur stéatite dans mon appartement. Du coup, il y a plein d’éclats un peu partout, et surtout, de la poussière, vu que cette pierre est pleine de talc.
Bizarre : j’ai l’impression que ce sont les vacances sur la blogosphère. Les copains de MySpace semblent aux abonnés absents. Pas de nouvel article, plus de commentaire. Espérons qu’ils se reposent bien.
Pour ma part, je compte partir bientôt. Partir en vacances, oui, car les Antilles, ce sera dans moins de deux semaines ; mais je parlais surtout de mon départ prochain de MySpace. Je compte en effet reconstruire mon site web perso, avec des vraies pages sur mes textes, sur mes sculptures et un blog contenant les archives des diverses versions des carnets virtuels tenus depuis... 2002. Eh bien, voilà encore quelque chose à dépoussiérer !


Mercredi, le 4 juillet 2007
De la terre sur le clavier
Je suis allé voir mon médecin pour récupérer un pack "vacances" (quinine pour protéger ma peau de l’hypersensibilité au soleil, gouttes pour les oreilles en cas de pépin quand je ferais de la plongée sous-marine, et autres médicaments nécessaires quand on se trouve dans des contrées exotiques) ainsi que mon dentiste qui, désespéré de ne rien trouver au niveau de mes magnifiques quenottes, a quand même procédé à un détartrage, pour la forme.
Enfin, je poursuis à domicile mes sculptures en cours, en particulier une en argile, avant de m’attaquer à la stéatite.
Avancer ce genre d’activité chez soi, c’est bien parce que les retouches peuvent se faire au jour le jour, mais c’est un peu compliqué quand on a du matériel électronique : j’ai retrouvé ce matin des traces de terre un peu partout, sur le téléphone ou le clavier...


Lundi, le 4 juin 2007
Dernières sculptures
Ça y est, mes dernières sculptures en cours sont désormais prêtes pour l’exposition lors du Fest’Uval ! (Au sujet du Fest’Uval Jean Mon’Arts, voir l’article précédent.)
Je vous présente :

Un Ange dans la Tête
(librement inspiré de ma propre nouvelle de science-fiction "Des Ailes dans la Tête", parue dans les Anges électriques, numéro spécial de la revue Fiction.)




Remarquez qu’il y a réellement un petit ange dans la tête, visible par une lumière interne (mais difficile à rendre avec un appareil photo).


Le Succube masqué et la Bête
(librement inspiré de mon propre roman, un thriller à paraître quand... euh... les éditeurs le décideront...)





Dimanche, le 3 juin 2007
Fest’Uval à proximité de Saint-Etienne !!!
Programme du Fest’Uval Jean Mon’Arts (7 au 9 juin 2007)


Ce festival aura lieu du jeudi 7 au samedi 9 juin, de 19h30-20h00 à minuit, au château de Saint-Victor sur Loire (près de Saint-Étienne, 42).

Pendant toute la durée du festival, expositions de phographies, peintures et sculptures (dont les dernières créations de votre serviteur, Fabrice Méreste).
Petite info : dans la mesure du possible, j’ai indiqué les liens des MySpaciens et autres qui se produiront lors du Fest’Uval...
Pour télécharger le programme en version imprimable, c’est ici.



Jeudi 7 juin 2007


Théâtre de Verdure (théâtre et danse)

(20h00) l’Aspatoule
(21h30) Le Groupe de Danse Universitaire
(22h00) Compagnie Actes Liés

Salle Geltendorf (pièces de théâtre)

(20h00) Le Grand Large
(21h45) Mais-tisse Moi Ça
(22h15) Les Nouveaux Nés

Cour du château (concerts)

(20h00) Dya Mohn
(21h00) Rated Y
(22h00) l’Alambik
(23h00) DripS

Église (concerts)

(20h00) Bel’Canto
(20h30) À l’Improviste
(21h00) Duo Ilios
(22h00) Chœur des Étudiants de Musicologie

Restaurant (concerts)

(21h00) Christian.G
(22h00) Monsieur Fred 3



Vendredi 8 juin 2007


Théâtre de Verdure (pièces de théâtre)

(20h00) Les Ptits dans l’Dos
(21h15) Association en Scène
(22h30) Compagnie Actes Liés

Salle Geltendorf (théâtre et musique)

(20h00) Les Nouveaux Nés
(21h15) @lex
(22h00) Le Grand Large

Cour du château (concerts)

(19h30) Clock
(20h30) Les Fils du Coupeur de Joints
(22h00) Overdose
(23h15) La Deroot’s

Église (concerts)

(20h00) Nébune
(20h30) Zoot
(21h30) Olivier Craig-Dupont
(22h00) Atacama Jazz

Restaurant (concerts)

(21h00) Christian.G
(22h00) Monsieur Fred 3



Samedi 9 juin 2007


Théâtre de Verdure (théâtre et danse)

(20h00) Association en Scène
(21h15) Le Groupe de Danse Universitaire
(21h45) Les Frères Suédois
(23h00) Les Ptits dans l’Dos

Salle Geltendorf (pièces de théâtre)

(20h00) Les Amis en Scène
(21h55) Mais-tisse Moi Ça
(22h00) L’Aspatoule

Cour du château (concerts)

(19h30) La Pagaille
(20h45) Jade
(22h00) Godot
(23h15) Hacenoba Latin Jazz

Église (concerts)

(20h30) Olivier Craig-Dupont
(21h00) Nébune
(21h30) Zoot

Restaurant (concerts)

(21h00) Monsieur Fred 3
(22h15) Highway



Jeudi, le 15 juin 2006
Sur de bonnes bases
Ah, enfin, j’ai à nouveau Internet à la maison !
Il fait beau, je profite du soleil (mais à l’ombre, vu que j’ai une fâcheuse tendance à me transformer trop vite en homard).
Le festival de la semaine dernière (Fest’Uval Jean Mon’Arts, au château de Saint-Victor-sur-Loire) a remporté un franc succès. J’ai bien aimé les concerts (qu’ils aient été de musique chorale, jazz ou rock), la danse (modern jazz) ou le théâtre (avec une petite préférence pour les pièces des Amis en scène et de la Compagnie Navaja avec son « Navaja Circus »).
Et puis, bien entendu, il y avait une exposition. Me voilà devant la vitrine présentant quatre de mes sculptures : « Alter-égoïsme », en haut ; le « Don », au milieu, à gauche ; le « Masque du Démon » au milieu, à droite ; « l’Ange contemplatif » en bas. Si j’ai une tête étrange, c’est que je me suis photoshopé en Fantomas pour qu’on ne puisse pas me reconnaître... mais vous ne me distinguerez pas mieux sur les autres photographies que l’on peut trouver de moi sur Internet, par exemple parmi les auteurs de SF sur le site des Pages Françaises de Science-Fiction.

Notez que derrière la vitrine, il y avait une exposition de photographies... intéressantes  ;-)



Lundi, le 29 mai 2006
Bien dans le réel, moins dans le virtuel
Ça y est. Enfin, presque... Quel soulagement d’avoir pu vider le dernier carton du déménagement ! Maintenant, mon appartement a désormais une allure à peu près convenable. Les derniers meubles m’ont été livrés ces derniers jours, j’en ai installé une partie avec l’aide d’un copain, le reste tout seul par la suite (je suis à présent un roi du tournevis, du marteau et de la perceuse), et maintenant que j’ai une grande armoire et une nouvelle bibliothèque, j’ai pu m’acheter des fringues... et je vais à nouveau pouvoir m’offrir des livres.
Mouais...
Il n’empêche que, plus de deux mois et demi après ma nouvelle installation dans ce logement, je n’ai toujours pas Internet (enfin, l’ADSL). Et comme plein de contribuables de notre beau pays, j’ai choisi la télédéclaration des revenus. Mmmmmm... Faudrait quand même que je puisse me connecter très prochainement sur le sites des impôts.gouv.freu, sinon, ça va pas l’faire.
À part ça, sachez que je vais présenter mes dernières sculptures lors de l’exposition organisée pendant le Fest’Uval Jean Mon’Arts, au château de Saint-Victor-sur-Loire, à quelques kilomètres de Saint-Étienne.


Lundi, le 2 janvier 2006
Et d’une !
Ça y est, j’ai déjà commencé à réaliser les bonnes résolutions énoncées un peu plus tôt.
J’ai profité des dernières heures de vacances pour mettre à jour mon site, il n’y a donc plus de « frame »... Ainsi, même si cela est transparent, il est à présent possible de lier les différentes sections de mon site.
Et puis, comme promis, voici une présentation de mes sculptures.
Voilà une année qui démarre bien !


Dimanche, le 11 décembre 2005
Article supprimé
(..)


Lundi, le 14 novembre 2005
Portnawak-cities
Samedi après-midi, à Lyon, nous sommes arrivés trop tard pour profiter pleinement de la Biennale. Pas grave, ce sera pour la prochaine fois. Nous nous étions garés près des quais, non loin des Universités Lyon II et Lyon III, avions traversé le pont de la Guillotière et, parvenus dans la Presqu’île, nous avions l’impression de vivre un mauvais rêve. La rue de la Barre portait bien son nom car elle était barrée par un cordon de CRS. Pas moyen d’aller à la place Bellecour. Nous avons alors pris la rue Bellecordière, n’en revenant pas quand nous avions vu débarquer les clients de la FNAC évacués par la sortie arrière, entendant sans comprendre parler de casseurs et gaz lacrymogènes.
Le lendemain après-midi, passage au musée d’arts modernes de Saint-Étienne pour assister, outre aux expositions temporaires et permanentes, à une représentation théâtrale des plus originales sur le thème des mathématiques. En rentrant du musée, nous nous sommes arrêtés à une station service pour faire le plein. Mon amie, en remplissant le réservoir de sa voiture, a vu des jeunes mettre de l’essence dans un jerricane. La vente au détail n’est-elle pas proscrite depuis quelque temps ? Impossible de ne pas penser aux incendiaires de véhicules.
Ainsi, le week-end dernier, les balades initialement destinées à nous élever au moyen de l’art nous ont pourtant désagréablement ramenés à la bassesse matérielle à travers la cruelle insécurité ambiante...


Dimanche, le 18 septembre 2005
Mes journées du patrimoine
D’ordinaire, un tel week-end, je vais voir des musées, j’assiste à des visites guidées, je me rends dans des édifices qui n’ouvrent leurs portes qu’à cette occasion...
Samedi. J’essaie de donner une touche finale à ma sculpture « le Succube masqué et la Bête » et c’est la cata : les bras de terre de la créature, encore trop fragiles, cassent, et il me faut réparer les dégâts avant de passer la pièce au four. L’heure tourne. Je loupe mon cours de sport. Je me rends alors dans divers magasins. Pas très agréable de rejoindre la meute des consommateurs. Mais j’en reviens quand même avec un bac, ce qui me permet de replanter mon bananier, devenu trop à l’étroit dans son pot. Ça ferait plaisir au copain Francis Valéry qui, la dernière fois qu’il était venu chez moi, s’était coiffé d’une casquette de consultant fen shui pour dire que mon appartement était admirablement organisé mais manquait de plantes vertes.
Dimanche. Suis parti tôt le matin avec trois autres sympathiques Stéphanois et nous nous sommes retrouvés dans un charmant coin de la Drôme où nous avons aidé une amie et son copain à déménager. Retrouvailles agréables, et journée bien sportive, les quatre étages sans ascenseur et les multiples cartons, meubles et matériels électroménagers (dont deux machines à laver) ont allègrement compensé le cours loupé la veille.
De bons moments entre copains à l’autre bout de la région, de la sculpture, du jardinage... c’est une autre vision des journées du patrimoine.


Mardi, le 19 juillet 2005
Devoirs de vacances
Bon, même si je suis en vacances (enfin, je télétravaille un peu – le minimum syndical), est-ce une raison pour délaisser ce weblog ?
Non, hein ?
Mais, quand on fait de la sculpture presque toute la journée, difficile de se mettre à l’ordinateur, parce que l’argile, ben, ça salit le clavier...
Alors, avant de partir je-ne-sais-pas-quand pour je-ne-sais-pas-où, je termine de modeler une grosse pièce en terre, j’ai imprimé les corrections de mon roman faites par un copain alors qu’il habitait la Californie (mince, cinq ans déjà que ces corrections ont été faites, il m’a fallu tout ce temps pour les digérer !) avec la ferme intention de retoucher intégralement mon manuscrit, et j’ai aussi quelques bons bouquins en stock pour me rafraîchir l’esprit (les dernières parutions des moutons électriques, L’auteur ! L’auteur ! de David Lodge, et un Amin Maalouf pour la touche d’exotisme)...
J’espère qu’en septembre j’aurais bien avancé les corrections de mon roman, que les pièces en argile sur lesquelles je travaille pourront passer au four et être peintes, et m’attaquer à une nouvelle dont le scénario trotte déjà depuis quelque temps dans ma tête...


Dimanche, le 19 juin 2005
Ça sent les vacances
Passer tout l’après-midi du samedi à faire de la sculpture, bien protégé du soleil brûlant à l’ombre de l’appartement, et se faire appeler par un copain avec qui on a prévu d’aller aux spectacles musicaux de la ville, prémices de la Fête de la Musique...
Se rendre compte qu’il est déjà 18 heures, et découvrir qu’il y a de l’argile un peu partout, en particulier sur le téléphone...
Réussir à nettoyer partiellement les dégâts, à dîner, à se doucher, à se changer, et à être l’heure au rendez-vous...
Ne pas trop se tromper de chemin pour parvenir à la Cour des Sons (c’est une contrepétrie ?) et louer le Ciel du retard du premier groupe afin de ne rater aucun morceau de ce duo électro-jazzy...
Être assez stupéfait de la performance du second groupe, un trio électro-trip hop-rock (un DJ, un guitariste et un « homme-machine ») accompagné, suivant les morceaux, de trois chanteurs et une chanteuse, passant d’une puissance musicale à la Prodigy aux accords superbes dignes de Portishead... Ouah !
Revenir dans le centre de Saint-Étienne et écouter les étranges carillons de la cathédrale Saint-Charles...
Décidément, la ville ne veut pas dormir !


Samedi, le 4 juin 2005
J’aime bien...
Il est des personnages qui ne peuvent pas laisser indifférent. Pour moi, le réalisateur et scénariste Jean-Pierre Jeunet est de ceux-là.
Mercredi dernier, j’ai eu la chance de le voir au cinéma Le France de Saint-Étienne. De 18 heures au lendemain, rien que du bonheur... Cela a débuté par les premiers courts métrages de Jeunet : L’évasion (1978) et Le Manège (1980), des films d’animation où le travail de son complice Marc Caro fait des merveilles et annonce la superbe Cité des Enfants perdus (1995), Pas de repos pour Billy Brakko (1984) et Foutaises (1989), où on retrouve les prémices d’éléments qui seront exploités dans Delicatessen (1991) et Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001).
Ce type est fascinant. On sent bouillonner en lui une créativité extraordinaire. Pour passer d’Alien IV (1997) à Amélie Poulain, il faut vraiment être un magicien. Et le mélange des genres, il l’a transcendé dans son dernier film, Un long dimanche de fiançailles, qui mêle avec brio à la fois la romance, le film de guerre et l’enquête policière.
De Jean-Pierre Jeunet, j’adorais l’œuvre, maintenant je suis aussi admiratif de l’homme, un immense artiste, et un être fondamentalement humain.
Et si vous tenez à voir d’autres créatifs, aux réalisations plus modestes, certes, pensez à faire un tour à Saint-Victor sur Loire. C’est le dernier jour du Fest’Uval Jean Mon’Arts où vous pourrez assister à une multitude de spectacles, de la danse, de la poésie, de la chanson française, de la musique chorale, du trip hop, du rock... et même assister à une exposition où votre serviteur présente quelques une de ses sculptures.



Samedi, le 28 mai 2005
Dans la demeure du maître du haut château
Gentes dames et damoiseaux, oyez, oyez !
Votre serviteur aura l’honneur de présenter quelques unes de ses créations (en terre cuite) dans le cadre du Fest’Uval Jean Mon’Arts du jeudi 2 au samedi 4 juin 2005 au rez-de-chaussée du château de Saint-Victor sur Loire.
Qu’on se le dise et qu’on y aille !


Jeudi, le 28 avril 2005
Cuivre, or, argent
Grosse fatigue.
Lundi, je suis allé voir le médecin. Je n’en pouvais plus. Cette maudite toux qui ne partait pas, et puis des maux de tête à n’en plus finir, chaque fois que je tousse j’ai l’impression d’un marteau qui s’enfonce dans mon crâne. Sans compter des troubles du goût, toute nourriture me semblait contenir du savon (depuis, j’ai changé de dentifrice, et ça va mieux). Et une impossibilité à me concentrer, plus moyen d’écrire malgré la motivation et le temps pour le faire.
Le médecin voulait me donner un arrêt de travail. Meuh non, pas la peine, je suis en vacances. Alors il m’a interdit d’utiliser un ordinateur. Argh, non, pitié, vous voulez ma mort !
Je me retrouve maintenant avec de la vitamine C, des trucs au goût d’orange (chimique) pour soigner la toux, et des oligo-éléments : cuivre, or, argent. Manquent bronze et fer et j’aurais eu les mêmes métaux que ceux présents dans les peintures que j’utilise pour mes sculptures. J’imagine cette curieuse remarque pour une exposition : « Ce qu’il fait de beau à l’extérieur, l’artiste l’emploie aussi pour son bien à l’intérieur... »


Jeudi, le 24 mars 2005
Ben, y s’rait temps !
Oups, je viens de découvrir que la Crèche que j’avais sculptée est toujours en place sur une étagère... Noël et l’Épiphanie sont maintenant bien loin, j’aurai dû ranger ma Crèche depuis longtemps.
Oui, surtout qu’aujourd’hui, c’est Jeudi Saint, et donc demain, l’« anniversaire » de la mort du Christ (tant pis pour ceux qui peinent à suivre par défaut de culture judéo-chrétienne, manquerait plus que je fasse un cours de catéchisme, non mais !).
De la fête de la naissance à la commémoration de la mort suivie, dimanche prochain, du rappel de la Résurrection ou, sous sa version laïque, du Père Noël distributeur de cadeaux aux œufs de Pâques, tout ça, c’est le temps qui passe avec son lot de choses agréables... et certaines qui le sont moins. Oui, Forrest, la vie, c’est comme une boîte de chocolats.


Mardi, le 22 mars 2005
Soli solo
Je viens de recevoir aujourd’hui le contrat des moutons électriques pour la publication de ma nouvelle « Des ailes dans la tête » dans l’anthologie les Anges électriques. Une nouvelle étrange, curieusement hard science pour une antho dont le titre fait croire à un recueil de nouvelles de fantasy, et ceci sera le premier texte que je publie professionnellement seul, tout seul, comme un grand. C’est assez paradoxal, parce que pour un prochain numéro de Fiction – la célèbre revue F & SF de langue française qui vient de faire son retour –, je dois terminer un article sur l’écriture en collaboration. L’écriture à plusieurs, ça me connaît, outre un texte de fiction écrit avec Jean-Jacques Girardot, en tant que scientifique, j’ai publié presque tous mes articles avec des « pairs », directeur et co-directeur de thèse ou autres collègues chercheurs. Mais bon, voilà : « Des ailes dans la tête » est le premier texte publié sous mon seul nom de plume, un texte qui traite de l’identité, du processus de création, de la sculpture, des neurosciences... et des anges.
En plus de cet article et d’autres textes à avancer, je dois aussi faire évoluer ce site. J’y ai ajouté des expositions virtuelles de mes sculptures (mais il faut que je corrige certaines instructions javascript qui ne fonctionnent pas correctement avec des navigateurs sous Linux), et je dois aussi reprendre l’ensemble de mes archives, des posts publiés sur mes weblogs depuis octobre ou novembre 2002, ça commence à faire beaucoup...


Mercredi, le 26 janvier 2005
Ouais, je sais...
Au lieu de m’occuper de mon nouveau site à moi, je fais du ski le week-end, je termine une nouvelle sculpture et je corrige des copies...
Et surtout, je suis à présent l’heureux papa de 8 charmants bambins : trois betta splendens (complètement stones, les jolies bêtes, le combattant mâle ne bouge que pour faire des bulles ou se déplacer vers la bouffe, et les femelles se cachent presque tout le temps) et cinq brachydanio rerio (complètement speedés, eux, ils traversent l’aquarium en une fraction de seconde, de vraies « formules un » de la natation).
Ah oui, j’y pense : faut que je reprenne mes entraînements à la piscine...
Bon, en attendant que je revienne, vous pouvez toujours voir ça (elle est pas belle, la vie ?)


Dimanche, le 5 décembre 2004
Satisfaction
Quelques petits riens de la vie qui font passer un bon week-end...
Quitter le bureau en se disant que l’on a bien travaillé durant la semaine.
Se dire que les amis invités pour la soirée d’anniversaire, dans quelques jours, pourront être là, ou, à défaut d’être présents, auront une petite pensée au même moment.
Donner de l’argent au Téléthon et se dire qu’il sera utilisé pour la bonne cause.
Terminer une sculpture, en recommencer une nouvelle, trouver les produits tant recherchés pour donner de superbes effets de patine aux pièces.
Apprendre que les sculptures mises au four n’ont pas explosé et attendre avec impatience de les récupérer pour essayer les nouvelles patines.
Avoir le temps de faire les courses, le ménage et préparer de nouveaux plats.
Aller à une soirée organisée par des collègues, passer un moment très sympa, découvrir de nouvelles têtes, apporter les sushis préparés un peu plus tôt et recueillir plein d’éloges pour cet essai culinaire plus que réussi.
Rentrer de la soirée vers quatre heures du matin, mais être quand même assez en forme pour débuter un kilomètre de brasse coulée, dès onze heures.
Passer devant le marché de Noël, entendre la musique de « Douce Nuit », fredonner les paroles en allemand et s’amuser de la force des traditions, des habitudes, des rituels.
Découvrir des prix de vols promotionnels sur la ligne aérienne qui convient et se dire que rejoindre la famille à Noël en avion est peut-être une idée judicieuse.
Installer la Crèche sculptée l’an passée et se rendre compte que les personnages, bien que très fragiles (car réalisés en argile non cuite), n’ont pas trop souffert du rangement.
Ne toujours pas être fatigué malgré une nuit à moins de six heures de sommeil.
Être prêt à prendre de l’avance sur le travail de la semaine en préparant encore ce soir un sujet d’examen.
Et avoir le temps de penser à tout ceci, de le coucher par écrit, et de le mettre en ligne...


Mardi, le 20 juillet 2004
Plongée dans les ténèbres
Plein de trucs curieux arrivés ces derniers jours.
D’abord, une nouvelle qui m’a fait plaisir, sur l’instant : un copain qui déprimait depuis plus de deux ans suite à une rupture a retrouvé une petite amie. Content pour lui. Je demande des détails sur la miss. C’est une blonde de vingt ans. Ah... (il a plus de 15 ans qu’elle). Et, de la manière dont il me l’a décrite, elle est exactement comme son ex. Angoisse : l’histoire qu’il a vécue ne lui a vraiment pas servi de leçon ?
J’ai aussi eu des nouvelles de D. Un message sur mon répondeur. Depuis sa sortie de l’hôpital, il y a des mois, il n’avait plus donné signe de vie. Je l’ai aussitôt appelé. Il avait l’air complètement stone au téléphone. Il dort toute la journée, sonné par les médocs. Pourtant, avec la fin prochaine de son arrêt médical, il a pris conscience d’arriver au bout du tunnel cotonneux dans lequel on le laissait traîner depuis un an. Welcome to the real world.
Passage éclair de papa-maman. C’était sympa, ils étaient tout bronzés (la retraite, chez certains, ça signifie vraiment les vacances), et ça doit être la première fois qu’ils ont squatté dans mon nouvel appart.
Mon père avait son appareil photo. Alors petite mise à jour du sculpturoblog. Profitez-en pour voir de jolies choses...
À propos de « Jolies Choses », je vous conseille le blog de Virginie. Qui ça ? Indices : sexe, violence et drogue. Mais surtout des mots, des mots, des mots...
Sans transition : l’alcool tue au volant, et pas nécessairement celui qui a conduit bourré. Et quand il ne tue pas... ça peut donner ça... (vous n’aviez pas vu les jolies choses avant ? tant pis pour vous, c’est aussi ça, la vraie vie.)
Je crois que je vais passer à la nuit à écrire après des semaines à me contenter de bosser, mater des DVD et jouer sur l’ordi. C’est dingue, mais me faut-il l’électrochoc de me prendre une veste, voir des images fortes et lire des mots puissants pour retrouver l’essence de moi-même ?


Dimanche, le 20 juin 2004
Raku
Au cours de cette semaine, j’ai eu le plaisir de revoir un sympathique enseignant-chercheur japonais. Je lui ai fait un peu visiter Saint-Étienne, et je crois que c’est sans doute la première fois que j’ai servi de guide, n’étant pas encore arrivé dans la ville depuis an. Toutefois, comme je m’intéresse à mon cadre de vie immédiat, il ne m’a pas été trop difficile de présenter quelques curiosités, quelques témoignages du passé minier ou quelques endroits bien agréables de la ville comme ces ruelles où les bouquinistes gardent des trésors ou ces places où il est si doux de prendre un repas en terrasse.
Par ailleurs, j’aimerais bien un jour découvrir le Japon. J’ai failli y partir, il y a de cela quelques années à l’occasion d’une importante conférence, mais la date de soutenance de ma thèse m’a fait manquer ce rendez-vous. Alors j’assimile au quotidien certaines touches de culture de ce pays, que ce soit dans le domaine culinaire ou vidéo en allant de Kurosawa... au Capitaine Harlock de notre enfance, plus connu ici sous le nom d’Albator.
Une nouvelle envie venue du Japon concerne la sculpture. Samedi dernier, je suis allé à une exposition et je suis tombé sous le charmes des œuvres en terre cuites à raku du sculpteur. Le raku est une technique apparue au Japon au XVIe siècle où les pièces, juste après cuisson au four, sont mises dans un récipient (une grosse poubelle par exemple) avec des matières combustibles comme de la sciure ou du papier pour être enfumées un certain temps. Le carbone présent va alors agir avec les matières et donner des effets de surface étonnants. En admirant les séries de têtes de rhinocéros et les bustes de samouraïs, j’écoutais le sculpteur et mon prof d’arts plastiques parler de cette technique raku, des terres plus ou moins chamottées, des engobes, des températures de cuissons, des mélanges d’oxyde et des aléas : le résultat final est presque toujours surprenant. Dans de telles conditions, l’artiste se doit d’être aussi alchimiste...
Pour l’instant, je débute à peine dans la sculpture. Mes premiers essais présents sur le sculpturoblog sont le plus souvent des pièces en terre crue peintes à l’acrylique. Mais, qui sait, peut-être un jour prochain oserais-je aussi me lancer dans l’aventure du raku ?


Dimanche, le 7 mars 2004
Article supprimé
(...)


Lundi, le 26 janvier 2004
Sculpturoblog en ligne
Vous trouverez ici un aperçu de mes sculptures en argile peintes.
Merci à mon papa qui m’a prêté son appareil photo numérique et qui m’a transféré les fichiers...


Dimanche, le 7 décembre 2003
De la couleur !
Samedi matin, j’ai réalisé la troisième sculpture de ma série de monstres. En trois heures, le bloc d’argile s’est transformé petit à petit en une créature obèse étonnante, les poings fermés, dont l’aspect menaçant contrastait à merveille avec ses habits de clown.
Il faut encore une bonne semaine de séchage avant de passer de les premières couches de couleur.
Les deux autres sculptures ont déjà été peintes et reposent sur ma bibliothèque en attendant de prendre place sur les meubles qui doivent m’être livrés l’année prochaine.
La première est une créature sortant de l’œuf qui tient un peu du dinosaure, de la grenouille et d’« Alien ». Je l’ai recouverte d’une couche de peinture antirouille vert-foncé (qui a mis bien du temps à sécher) et je suis passé avec un jus métallique argenté (de la peinture acrylique très diluée) sur la coquille afin de mettre en valeur les creux et bosses de la forme, quant à la créature elle-même, je lui ai passé un léger jus d’ombre brûlée (en peinture acrylique) afin d’atténuer le brillant de la peinture anti-rouille. Le résultat est assez surprenant.
La deuxième sculpture est un ange déchu inspiré de la Chaire de la Vérité de la Cathédrale de Liège. Je l’ai peinte avec de l’acrylique blanche satinée et, sur cette base, je suis passé avec un jus métallique argenté afin de retrouvé un aspect de vieux marbre.
Enfin, j’ai peint la terre servant de cache autour de ma lampe halogène avec un camaïeu de jaune (toujours en peinture acrylique, notamment un ocre jaune et un jaune de Naples) et en employant pour la finition un jus métallique doré. Le mariage de ces nuances avec la structure en bois (hêtre) qui l’entoure est des plus heureux.
Après le plaisir des formes dans l’espace, je redécouvre les joies de la couleur... et je m’amuse comme un môme !


Dimanche, le 23 novembre 2003
Décalage hor’art
Samedi, 18 heures, gros coup de pompe alors que je suis en train de travailler sur un nouvel article de recherche.
Allez, une petite sieste, rien qu’une heure, histoire d’avoir de l’inspiration.
Réveil embrumé. Il est plus de 23 heures.
À la radio, des animateurs jouent aux DJ’s et invitent les auditeurs à venir les rejoindre dans une boîte du coin.
J’ai une pêche d’enfer. Boosté par la musique, je transforme mon loft en atelier. Je démonte une lampe halogène que j’ai bricolée mais qui manque encore d’une certaine touche esthétique. Avec de la terre, je m’arrange pour que la lampe ait une jolie structure.
Et comme je suis lancé, je me décide à commencer une nouvelle sculpture, un monstre angélique inspiré de la Chaire de la Vérité de la Cathédrale de Liège.
Un peu plus tard, ma créature prend forme. J’entends à la radio que la soirée à la discothèque s’achève. Déjà 4 heures du matin !
Euh... Si je retournais bosser mon article ?


Dimanche, le 16 novembre 2003
(L)a vie d’artiste
Ô joie, ô bonheur !
J’ai enfin eu le temps de m’acheter des meubles. Oui, depuis septembre, je dormais sur un matelas posé à même le sol. Maintenant, ça y est, j’ai un vrai lit, un tout beau qui va bien avec mon loft. Alors je joue au décorateur d’intérieur, une armoire ici, un luminaire là, j’essaie de rendre mon lieu de vie le plus esthétique possible... Enfin, pour l’instant, je ne me suis pas encore fait livrer mes diverses autres commandes, je n’ai pas encore confirmation de la justesse de mes choix.
Et puis, je reprends des cours d’arts plastiques. C’est fou ce que le fait de sculpter me manquait ! Quel plaisir de retoucher de la terre, de sentir les formes naître sous ses doigts !
Tiens, je me demande d’ailleurs si je n’étais pas sorti dans le passé avec une jolie sculpteur (sculpteuse ? sculptrice ?) simplement par amour de ses créations...
Qu’importe !
Ah, j’apprécie mille fois mon appartement avec ses grandes fenêtres, ses murs aux tonalités claires, sa lumière... Idéal pour s’en servir comme atelier.
Mais bon, allez savoir pourquoi, mes premières sculptures sont d’étranges et terrifiantes créatures sorties des plus noires profondeurs de mon imaginaire...


Jeudi, le 3 avril 2003
Avis de retour à l’anormal
Voilà, c’est la fin de l’histoire de Cellulaire sans en avoir l’air.
Que peut-on déduire de ce petit texte ?
Que je connais un peu le quartier chinois parisien. Oui. Que je suis allergique aux téléphones portables. Aussi. Et que j’écris des textes qui ne sont pas publiés. Certes.
Bon, en tout cas, poster des bouts de cette nouvelle m’a permis de ne pas me lâcher sur mon blog. Comme tout le monde, j’aurais eu tendance à laisser mon naturel agir, à en vouloir au monde et joindre ma voix à la série des "putain-ils-sont-vraiment-trop-cons-de-faire-la-guerre", à en vouloir à notre État bien-aimé qui profite du contexte international pour supprimer des postes à l’éducation nationale au profit des ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, bref, à en vouloir aussi à toutes ces petits problèmes du quotidien qui nous gâchent un peu la vie (le moniteur de mon ordinateur qui grille, la grève des transports en commun, la grève du restaurant du personnel...) mais non, sans dire que tout va bien, ne disons pas que tout va mal.
Non, je ne suis pas de ceux qui chroniquent avec humour et/ou cynisme l’actualité, d’autres ont davantage de talent que moi pour le faire.
Non, j’aurais pu parler de quelques films que j’ai vus dernièrement (par exemple Adaptation de Spike Jonze), de quelques livres lus (comme Eternity Epress de Jean-Michel Truong), mais non, rien.
Explication : j’ai trouvé une manière géniale d’utiliser toutes les feuilles qui encombrent mon appartement (mes brouillons de thèse, d’articles scientifiques et de textes de science-fiction). Je fais des marionnettes en papier mâché. Et des marionnettes locales, bien sûr, un véritable théâtre de Guignol.
Oui, j’ai laissé un peu tomber l’écriture (du moins de mon blog) pour concevoir des personnages de marionnettes.
Tiens, dans la série des coïncidences amusantes, en voici une concernant le film Adaptation. Dans ce film, Jonze parle d’un scénariste (joué par Nicolas Cage) et des problèmes de la création littéraire. Or il se trouve que ce scénariste a notamment participé à l’écriture de Dans la peau de John Malkovich (un autre film réalisé par Spike Jonze). Oui, fiction et réalité sont bien mélangées. Et quelle est la profession du personnage du film Dans la peau de John Malkovich ?
Marionnettiste de rue, tiens donc...

Archives

Chronologie :

>>> Amis
Parce que rien ne vaut le fait d’avoir de bons copains et de partager avec eux des joies simples.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Animaux
Au sujet de nos amies les bêtes.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Critiques
Article critique. Point de vue personnel sur une œuvre. Coup de cœur ou coup de gueule.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Curiosités linguistiques
À propos de la langue française ou d’autres langues, dialectes et parlers régionaux. Réflexions sur les usages linguistiques de la communauté francophone. Aspects insolites de la langue. Jeux de mots.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Dessin / Arts graphiques et numériques
Dessins réalisés de manière traditionelle (crayon, stylo, feutre, fusain, pastel, pierre noire ou sanguine, craie, plume, encre de Chine, etc.) ou traités par ordinateur à travers des logiciels d’infographie. Curiosités calligraphiques. Ambigrammes (figures graphiques de mots devenant d’autres mots à partir d’une symétrie ou rotation). Anamorphoses. Peintures. Arts en deux dimensions.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Événements / Grands rendez-vous
Comptes rendus ou programmes de grandes rencontres : conventions, festivals, conférences et soirées thématiques.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Famille
Parce qu’on est le fils, le frère, le cousin ou le neveu de quelqu’un.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Fantastique
De tout ce qui a trait à ce genre artistique où intervient le surnaturel.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Films / Télévision / Vidéo
À propos des productions artistiques essentiellement visuelles : films (court, moyen ou long métrage), animations, dessins animés, mangas, séries télévisées, vidéo-clips, etc.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Histoires / Légendes
Au sujet de l’Histoire et des histoires. Faits avérés ou non. Mythes.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Humour / Insolite / Bêtises
Impressions insolites. Histoires drôles ou surprenantes. Blagues.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Internet / NTIC / Informatique
De tout ce qui a trait aux « nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Informatique (aspects matériels et logiciels). Internet, aspects du Web, HTML. Multimédia.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Livres
Livres, revues, recueils de nouvelles et anthologies.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Musiques / Radio / Audio
À propos des productions artistiques essentiellement auditives : musiques, chansons, concerts, opéras, émissions de radio, etc.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Projets / Avenir
Réflexions sur le devenir de la Terre ou, plus modestement, de ma petite personne...
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Quiz
Questionnaires et sondages, le plus souvent ludiques.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Recettes / Gastronomie
De tout ce qui a trait à l’art culinaire. Recettes de cuisine. Bonnes tables. Grandes bouffes.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Regards sur le monde
Impressions et réflexions sur notre société.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Science–fiction
De tout ce qui a trait au genre artistique qui incorpore dans son imaginaire des réflexions scientifiques (plus ou moins poussées). Par excès, si on considère que les mythes et la magie peuvent tenir lieu de science, peut englober le genre fantasy.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Sculptures / Arts plastiques
Taille de pierres ou modelage, mais aussi peinture, architecture, etc. Expositions. Vernissages. Musées.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Textes de fiction
Productions littéraires personnelles, de la short short story à la nouvelle.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Tranches de vie
Impressions à la première personne.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Travaux d’écriture
Au sujet de l’art d’écrire, que ce soit sous forme romanesque, documentaire ou émotionnelle. Travaux personnels d’écriture en cours. Réflexions d’amis auteurs.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]
>>> Vie professionnelle
Au sujet de mon travail d’enseignant-chercheur.
[voir les 5 derniers articles] ou [voir tous les articles]